Partagez | 
 

 Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


avatar



MessageSujet: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Ven 8 Avr 2011 - 2:55

Cela faisait une semaine que la petite Mai était seule et se promenait dans les rues. Elle ne se fiait qu'à elle même et était arrivée que depuis hier à Tokyo, la grande ville. Elle savait que son frère jumeau s'y trouvait, qu'elle l'y retrouverait, mais ne savait pas encore l'emplacement de la ville souterraine, donc elle ne pouvait pas s'y rendre. Pour elle, ce n'étaient que des rumeurs. Humant l'air, sur le haut d'un bloc appartement, elle décela une odeur qui l'attirait bien : de la nourriture. Son ventre grondait. Elle n'avait rien mangé depuis le sandwich au thon qu'elle avait volé d'un marché, cet après-midi... et il était au moins 21h. La petite neko avait passé sa journée à courir, humer l'air, pour essayer de trouver une trace de la senteur, des empreintes de son frère perdu. Rien. Tokyo était quand même une très grande ville et elle ne connaissait pas encore les allées et venues des gens, des nekos. Sa fourrure la protégeait quelque peu du vent alors qu'elle courrait dans la sombre nuit en habits quelque peu osés et non-appropriés pour la saison. C'était toujours les mêmes et si elle devait les laver, elle se glissait dans un bain publique, volait du savon et lavait le tout. C'était un petit haut tube jaune-beige avec des lignes sous les seins qui coordonnaient bien avec ses tatouages. Le bas était plutôt un pagne, des étoffes de tissus de la même couleur que son haut, coupés en triangles pour cacher, mais lui laisser tout de même beaucoup de place pour tous les mouvements qu'elle pouvait possiblement imaginer et tout cela tenu après ses hanches par des élastiques rigides, collant à sa peau. Elle avait quand même besoin d'une petite culotte puisque c'était très facile de voir en-dessous... pas que cela lui dérange vraiment.

Mai était une petite féline qui ne paraissait pas compliquée du tout, mais qui, au fond, avait une personnalité très complexe. Elle ne paraissait que frivole et émotive, se fiant à ses instincts de chat plus qu'à sa propre logique, mais ce n'était pas tout à fait vrai. Elle savait ce qu'elle faisait. Elle était capable de bien analyser -et ce, très rapidement- une situation et en tirer le meilleur parti. Elle avait grandit pour cela. Les scientifiques qui l'avaient prise et qui l'avaient torturés toutes ces années avec des examens, des tests physiques, lui avaient au moins laissé cela : une agilité de cirque, une force monstre, une capacité de réflexion et d'analyse hors de l'ordinaire. C'est pourquoi elle avait réussi à se monter un petit gang de rue de nekos, de survivre avec eux dans les rues pendant plusieurs mois, voir années, puis maintenant s'arrangeait très bien seule. Les humains et leurs objets de torture ou de soumission ne lui faisaient pas du tout peur. Elle avait presque envie de se laisser attraper par un abruti un jour juste pour le voir trembler alors qu'elle se serait sauvée dans sa maison et le chasserait à son tour. Cette pensée la fit sourire d'un expression machiavélique et complètement sadique. La vie n'était qu'un jeu qu'elle savait très bien jouer. Cela l'amusait fortement... et pas que ce qu'elle faisait. La douleur des autres pouvait très bien lui tirer une grimace de plaisir fou. Cela aussi bien humain que neko si un de sa propre race lui avait attiré des ennuis ou l'avait tout simplement ennuyée...
Voilà Aname Mai. Une hybride qui n'a peur de rien, qui sait ce qu'elle fait et, surtout, qui est classée comme rebelle.

Elle courrait maintenant de toit en toit. Ses cheveux restaient en place puisqu'ils étaient toujours ainsi, quelque peu en bataille avec un volume fou. Elle avançait rapidement, avec brio, comme si elle courrait sur du pavé alors qu'elle était pieds nus et courrait sur les toits parfois en pente ou même sur une toute petite bordure. La féline rebelle savait où elle allait : une grande tour avait attiré son attention avec toutes ses lumières brillantes. Cela semblait calme, la nuit ainsi, et surtout beau. Avant, toutefois, elle ferait un petit arrêt pour se prendre une petite collation. Un esprit sain dans un corps saint! Pour se faire, elle devait satisfaire son petit creux. Les gants en cuir qu'elle avait volé faisaient des miracles pour elle. Bon, elle n'avait pas besoin de souliers puisqu'elle avait des jambes plus de bête que l'allure humaine, mais lorsqu'elle s'agrippait ainsi, qu'elle glissait, c'était bien d'avoir la paume recouverte et le bout des doigts à l'air pour les griffes. Elle sauta d'un toit, s'agrippa à la rambarde d'un balcon et se laissa tomber sur celui d'en dessous. Quelqu'un qui fumait s'écria, ne s'attendant pas à voir une neko à moitié habillée tomber du ciel sur son balcon. Mai regarda l'homme et feula pour le faire fuir. Intimidation réussie. Avec un petit rire de satisfaction, elle s'agrippa encore à la rambarde pour sauter, mais cette fois-ci, jusqu'en bas. Elle fit une légère roulade vers l'avant pour que le choc ne lui fasse pas mal et sauta par la suite sur une voiture pour humer l'air. Mais... d'où venait cette senteur épicée qui lui donnait la salive à la bouche? L'alarme de la voiture sur laquelle elle restait sonnait et alertait les gens alentour, mais, arrogante comme Mai, elle ne faisait rien de plus qu'humer, yeux fermés. Finalement, elle tourna la tête d'un coup sec vers l'endroit d'où elle parvenait à capter ces odeurs. Elle piqua une course rapide alors qu'un homme s'approchait d'elle en criant. Elle l'ignora complètement ; la nourriture était près!

Elle tourna dans une allée et freina devant une porte ouverte d'où fusait un gros rectangle de lumière. Une cuisine d'un restaurant. Parfait. Elle aurait juste à entrer et voler un plat! Ce qu'elle fit. Elle entra en courant, bousculant un cuistot qui se rattrapa de justesse, juste assez pour dire qu'il ne mit pas sa main dans l'huile bouillante. Ne regardant pas ce qu'elle prenait, elle agrippa une assiette vide et prit des poignées sans freiner sa course d'un peu de tout, à mains nues. Ses mains sales, qui venaient de passer la journée à toucher à tout, tout ce qui est publique et plein de microbes, à la terre, aux arbres, au sol... Bref, la nourriture n'allait pas être très bonne. Et mélangée. Finalement, elle sortit en riant alors qu'elle commençait à se faire pourchasser correctement, sautant par-dessus une table à couper, renversant un peu du contenu de son assiette trop pleine, mais elle venait de sauter au moins un mètre vingt d'haut, donc c'était normal qu'un sushi ou deux tombent. Elle allait filer par la porte, mais un des employés -probablement suicidaire- se plaça entre elle et sa sortie. Feulant, mais gardant un sourire joueur, menaçant et dangereux, la neko sauvage sauta pour donner un double coup de pieds en plein dans le torse de son "adversaire". Ce dernier tomba au sol avec encore un peu du contenu de l'assiette de la féline alors qu'elle gardait son ballant, se remettant à courir comme si rien ne venait de bloquer son chemin, seulement la ralentir quelque peu.

Elle finit par monter sur une poubelle industrielle, plus loin dans la ruelle, alors qu'elle se faisait poursuivre -encore, oui!- et sauta d'un prodigieux bond sur un escalier de secours, l'attrapant de justesse dans sa main libre. Se remontant à l'aide de ses pieds Elle finit par monter l'escalier puis embarquer sur le toit. Elle continua son escapade en riant, soupirant de moquerie. Lentement, tout en mangeant, elle se dirigea vers cette tour lumineuse, par-delà les toits. C'était son endroit préféré pour se déplacer. Personne ne venait vraiment déranger et fallait être habile pour monter sur les toits. Savoir comment aussi. C'était tout ce que Mai faisait, donc ce n'était pas difficile du tout pour elle. Finalement, elle finit son assiette alors qu'elle arrivait à sa destination. Il fallait encore qu'elle descende de là. Il n'y avait pas de balcon, cette fois-ci, donc elle devrait trouver autre chose. Se léchant les doigts, elle se mit sur le bord du bâtiment pour regarder en bas, à ses pieds. Une gouttière. Ça allait faire l'affaire. Lançant l'assiette au loin, elle sauta en bas, s'agrippant à la gouttière, glissant en laissant ses mains sur les côtés pour ralentir la chute, chauffant ses gants, et ses pieds nus aussi contre les bords, mais ces derniers ne sentirent aucunement le brûlement puisqu'elle ne faisait que marcher nu-pieds. Elle sauta à deux mètres du sol et attrapa l'assiette au vol, riant de son propre jeu. Tranquillement, avec une déhanchement d'enfer, elle se dirigea vers la structure de métal, sourire charmeur, conquérant bien affiché...
Revenir en haut Aller en bas


avatar


Nombre de messages : 2985

MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Sam 16 Avr 2011 - 16:59

« Une Neko agresse les enfants de ses maîtres sur un coup de folie ! »

Emmett poussa un soupir dédaigneux en reposant le journal sur la table. Dieu qu'il détestait les médias ! Après avoir fait tout un foin des Nekos malades pendant quelques semaines, voilà qu'ils tentaient de camoufler ces mêmes événements par des Unes différentes. Un coup de folie mon cul ouais, même le dernier touriste venu de l'autre bout du monde (comme lui par exemple, arrivée d'Angleterre depuis quelques mois à peine) savait pertinemment que ces hybrides stupides étaient conditionnés pour ne jamais subir de coup de folie. Vous imaginez votre frigo devenir fou et vous attaquer ? Non ? Ben là c'est pareil. La Neko en question dans l'article était malade, elle aussi... Le comportement violent était la deuxième phase de la maladie. Les maîtres n'avaient qu'à s'en prendre qu'à eux-mêmes de ne pas avoir remarqués le changement de caractère de leur esclave à temps !

L'épidémie se répandait assez rapidement... trop rapidement peut-être. Mais le jeune homme attablé à la terrasse de ce café s'en fichait éperdument. Qu'ils crèvent tous ces espèces de trucs animés ! Il n'aurait plus qu'à se trouver un autre passe-temps utile, c'était pas ça qui manquait de nos jours. Hm j'ai dit passe-temps utile ? Oui, ce jeune anglais aime particulièrement attraper les Nekos errants, et les revendre un bon prix aux laboratoires pas très regardants sur la provenance des sujets. Comme ça, il faisait d'une pierre deux coups en s'amusant à capturer ces pauvres créatures, tout en étant payé au black. Pas de travail régulier contraignant et ennuyeux à mourir, mais des missions de capture lorsque ça lui plaisait, et uniquement lorsque ça lui plaisait. La belle vie quoi !

Et aujourd'hui, le jeune traqueur était motivé à recevoir une jolie prime. Et oui, il avait repéré une nouvelle console de jeu qui l'intéressait fortement, alors il fallait bien de quoi la payer. Oui, Emmett est futile. Et encore, s'il n'était que ça ! Et pour avoir une prime, il fallait choper un de ces résidus de laboratoires. Ça n'était pas très difficile en général, il suffisait d'être bien préparé. Et avec un peu d'aide en plus, ça devenait carrément facile. Enfin en général. Certains Nekos donnaient de la résistance, les mâles le plus souvent, mais les trois quart du temps ces sales bêtes finissaient tout de même assommées dans le camion, et hop retour à la case départ : le labo ! Là, les scientifiques leur faisaient on ne sait quoi, test ou même euthanasie, certainement. Emmett se fichait totalement de leur sort en vérité. Tant qu'il avait sa prime pour se faire plaisir en gadgets hich tech, nouveaux costumes de luxe, soirées dans des bars à draguer des filles et se payer la nuit à l'hôtel... Bref, ce genre de choses dont vivent les gens aux mœurs dissolues comme notre bel anglais.

Notre homme, vêtu d'un ensemble de marque chemise blanche et pantalon noir, est donc installé, seul, à la terrasse d'un café, profitant de la chaleur relative de cette belle journée de printemps, mais surtout du panorama sur une grande place très fréquentée non loin de la Tour. Le poste de guet idéal pour observer tous les faits et gestes des Nekos du coin. Il y en aurait bien un qui aurait un comportement louche... De toute façon, le traqueur avait tout son temps, n'ayant absolument aucune obligation. Et puis il était très bien installé, avec son journal, son café et sa clope.

Emmett farfouilla dans sa poche, en sortit son téléphone portable et chercha un numéro dans le répertoire. Tsumetai Yuki. Un « collègue ». Emmett appuya sur le bouton d'appel et plaça l'appareil contre son oreille. La tonalité ne tarda pas à retentir... encore et encore... jusqu'à ce qu'il tombe sur le répondeur. L'anglais grogna et maugréa dans sa langue maternelle en attendant le bip. « Ouais Yuki, espèce de feignasse, tu veux pas v'nir choper du neko avec moi là ? J'suis à la Tour, j't'attends. » Après ce bref message baragouiné dans son japonais tâtonnant, il rangea son portable. Puis il se saisit nonchalamment sa tasse de café corsé, en but trois gorgées, savourant le goût amer du liquide chaud et intense sur sa langue, avant de reposer la tasse dans un geste lent... enfin qui s'amorçait lent, et qui s'acheva brutalement. Pas très loin de lui, une neko débraillée venait de voler une assiette à un client, s'enfuyant sans discrétion. Elle semblait très fière d'elle, et distançait sans problème ses poursuivants. Emmett eu un sourire satisfait : jackpot ! Une proie potentielle...

Restait plus qu'à la surveiller un peu histoire de s'assurer qu'elle rentrait effectivement dans les critères demandé par les labos, tout en priant pour qu'aucun humain ou autres bestiole poilue viennent le déranger... Emmett reprit sa cigarette en bouche en jetant un œil à son portable. Yuki allait-il écouter son message à temps ?

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


avatar



MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Sam 16 Avr 2011 - 19:23

La journée venait de commencer, un journée sensé être calme et reposante. La veille il avait passé toute la nuit à essayer de gagner de l'argent au casino du coin. Mais vous avez déjà vu un casino qui rendait les gens riche vous ? Tout ça c'est du blabla pour vous inciter à jouer pour mieux vous dépouiller après... Si on devait qualifié les gens qui venaient souvent dans ce genre d'endroit d'imbécile alors Yuki en était éperdument un. Pourtant malgré tout, il arriva à gagner à la table de jeu. Parmi les joueurs, il y avait des gens avec leurs nékos soit disant porte bonheur. Voir ceux-là influencer les humains dans leurs choix lui donnait la nausée. Pourquoi la science avait fait don de la parole à ces bestioles ? En quoi ils en avaient besoin au final ? Bref, il n'aimait pas ce genre de personne dépendant de leurs nékos pour tout faire. C'est à cause d'eux que les nékos courent les rues maintenant et qu'ils savent se débrouiller sans nous.

Bref, c'était hier et comme qui disait "le passé est le passé, le présent est le présent, alors avance sans te soucier du futur". Le soleil le forçait à sortir mais il était là de ne rien trouver à faire. D'ailleurs cela faisait plusieurs jours qu'il n'avait pas eu d'appel de la fourrière concernant son changement de poste. Oui, quand il avait postulé la première fois en tant que surveillant, il avait échoué au test psychologique à cause d'une question sur les nékos. A bien y réfléchir, c'était une bonne chose pour lui car il n'aurait pas pu être accepté comme agent mobile ou de terrain comme beaucoup disait.
Après un cours laps de temps, il finit par sortir de chez lui. Qui n'a pas connu les jours où l'on ne veut rien faire et rester devant la télé mais qu'il ne parle que de chose usante ou inutile...

Un simple pantalon noir, une chemise blanche avec son éternel dessus noir dont il ne pouvait se passer ainsi que ses petits joujou favoris pour le cas où et hop ! A l'assaut de la grande ville de Tokyo !
Le soleil au rendez-vous, des vacances ! Ah il en rêvait mais c'était pas encore l'heure de penser à ça puisqu'il venait à peine d'être embauché. Feignant lui ? Pas du tout, si il avait bien une chose qu'il détestait c'était qu'on le traite ainsi. Pour les personnes qui le connaissaient bien c'était un moyen de le faire partir au quart de tour, lui pourtant si calme.
D'un pas lent, il se dirigea vers le centre voulant essayer de passer par le marché noir. C'était un endroit où il avait beaucoup de contact et où il se procurait certains produits qui lui servait pour ses fléchettes. C'était moins cher d'acheter les produits séparer que d'acheter du matériel de chasse directement d'autant que ses études en médecine lui avait appris pas mal de chose sur le corps des nékos qui ressemblait fortement à ceux des humains à l'exception près qu'il n'avait aucun remord à prendre la vie de ces machins. Enfin il ne peut désormais plus puisqu'il les lui faut vivants, après pour la bonne santé il n'avait jamais dit de telle chose...

Au bout de quelques minutes, il aperçut une voiture qui s'arrêta non loin de lui. Une jeune femme descendit la vitre pour l'interpeller en s'excusant, elle devait être un peu plus vieille que lui mais qu'importe sa fine voix et son allure de femme maladroite lui donnait tout les charmes du monde. Notre néko-hunter s'arrêta alors pour l'aider esquissant un sourire avant de s'avancer et de prendre appuie sur le haut de la voiture. Finalement, ce n'était pas une mauvaise journée qui s'annonçait. Le regard fixe sur les yeux émeraude que possédait l'inconnue il ne sortit qu'un " Bonjour, que puis-je pour une aussi jolie femme tel que vous ? ".
Ce n'est qu'après lui avoir dit qu'elle recherchait la clinique vétérinaire pour son néko souffrant à l'arrière que son sourire disparu lentement. Mais qu'avaient-elles tous à se soucier de ces animaux de foire ? Il voulait bien lui répondre du tac au tac de l'aider à l'achever plutôt qu'elle gâche ses économies dans de tel broutille mais... c'était un coup à se prendre une baffe et de réduire ses chances à zéro.
C'est pourquoi il lui indiqua la destination opposé au vétérinaire en précisant qu'il pensait que c'était par là mais que ça le mettait mal de se tromper. Au moins, il avait des chances de la revoir et ça n'aurait pas été complètement de sa faute si l'autre chose à l'arrière mourrait.

Une fois la destination montrer, il se proposa de lui donner son numéro de téléphone en prétextant vouloir avoir des nouvelles du néko car il s'inquiétait, ce qui était totalement faux vous vous en doutez bien... Mais les femmes de maintenant recherchait plus souvent des hommes sentimentaux adorant les nékos.. C'en était presque écœurant.
Yuki attrapa son téléphone avant recevoir un appel de Emmett, c'était un homme qu'il avait connu dans le métier et qu'il voyait régulièrement pour le travail. Il faut dire que ce qui le saoulait chez lui, c'était sa fâcheuse manie de toujours l'appeler au mauvais moment ! Puisqu'après avoir vu que son téléphone sonnait, la jeune femme s'excusa avant de filer pour le bien de son néko...

L'air énervé, il ne répondit même pas à l'appel de son collègue pour ne pas s'engueuler avec au téléphone. il lui aurait sûrement dit "Arrête un peu de draguer et vient avec moi choper du néko ! ". Ce n'était donc pas la peine d'user de la salive pour rien... Malgré tout, il écouta son message ensuite pour finir encore plus énervé qu'il ne l'était. Enfin, si il lui donnait rendez-vous à la tour pour chasser du néko ce n'était pas pour rien. Malgré le fait qu'il était très irritant, niveau boulot on ne pouvait rien lui reprocher...
La tour n'était qu'à quelques pas d'ici, on pouvait facilement voir les pieds de là où il était. Il entama donc le pas avant de voir d'observer au loin des personnes courant. Les gens parlaient entre eux d'une néko qui avait fait irruption il y a peu de temps volant de la nourriture avant de repartir en direction de la tour. Apparemment, l'action était au rendez-vous...
Yuki s'empressa de courir tentant d'apercevoir la proie en question. Suivant le son des cries qui pouvaient retentir tout près. Il préféra monter en hauteur pour mieux essayer de l'apercevoir, chose qu'il réussit finalement à faire.

Portable en main, il rappela Emmett se doutant qu'il serait dans les environs en train de l'observer lui aussi... Les choses qu'il ne fallait surtout pas faire lors d'une course au néko, s'était justement de courir après comme ces imbéciles faisait en dessous. Mais par contre, c'était bon pour Yuki qu'ils courent tous après comme ça puisque ça allait la fatiguer un moment ou à un autre. Et c'était précisément là qu'il fallait frapper.
Un décrochement se fit entendre laissant la tonalité disparaître de son portable.


" Emmett ? C'est Yuki, tu choisis toujours les meilleurs moment pour m'appeler... Bref, je pense que tu dois suivre cette furie là ? Je ne sais pas où tu es mais je suis sur le toit d'un bâtiment côté ouest de la tour. J'ai la cible en visuel, je sais pas ce que t'en pense mais je suis d'avis de la laisser courir un peu, elle devrait pas tarder à faire une pause dans un coin... J'étais pas vraiment préparer à croiser un de ces machins aujourd'hui mais j'ai toujours le strict nécessaire sur moi... "

Le regard toujours fixe sur la néko en cavale, il essaya à tâtons de voir ce qu'il avait dans les poches. Pas grand chose en effet... Il n'avait pas préparer de tranquillisant, si Emmett n'avait rien prit lui aussi, il n'allait rester qu'une solution pour l'attraper... La force et les pièges...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


avatar



MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Mar 17 Mai 2011 - 18:39

La vie était dure, ça, y avait pas photo. J’avais vécu dans les rues presque toute ma vie, et malgré ce que disaient les asservis ou les humains, une fois qu’on s’est acclimatés à la vie sauvage, on trouve un équilibre. Et on s’en sort. Même s’il nous manque quelque chose ou qu’on vit en solitaire – cela dit, un peu de compagnie, je dirais pas non –. M’enfin. Ce soir-là, j’étais comme d’habitude à parcourir les rues. Je n’avais pas eu envie de voler ma nourriture, alors même si ça faisait cliché, j’étais en train de chasser les souris. Pathétique, vous dites? Non. C’était très amusant, vraiment. Plus divertissant que ça tu meurs.
Enfin, en tout cas, une fois que j’en eux chopées cinq, ou six, ou… Euh, une dizaine en fait, j’en mangeai quelques unes en me repaissant des légers mouvements des souris qui n’étaient qu’agonisantes, et de leur sang qui emplissait mon palais comme une douce liqueur. Exquis. Hum, je faisais flipper parfois, en fait. D’ailleurs, une gamine qui n’avait rien à faire dans les rues à cette heure-ci s’enfuit en courant en me voyant, m’arrachant un rire amusé. Que les humaines étaient peureuses. Le genre humain en général, en fait. Mais bon, ils n’étaient que des animaux après tout, comme nous, comme les chats, comme… Bref, on va pas s’étendre. J’engloutissai donc les souris que j’avais chassées, un sourire satisfait fleurissant sur mes lèvres à la fin de mon maigre festin en sentant un filet de sang perler le long de mon menton. Je l’essuyai d’ailleurs – on ne gaspille pas ça! –, et me léchai les lèvres d’un air de pacha gourmand. Après quoi, je me levai finalement, observant avec de grands yeux curieux le monde nocturne.
Monde nocturne qui d’ailleurs me détourna un instant de mon objectif. Une fois que je jugeai alors suffisamment divagué, je me remis à humer l’air, cherchant une trace de mon grand frère que je n’avais toujours pas retrouvé. Où pouvait-il bien être? Il y avait une ville souterraine ou quoi? Je commençais sérieusement à me poser la question en tout cas! Parce que depuis le temps, c’était quand même bizarre que je n’aie pas retrouvé son odeur, ou que je ne l’aie pas vu. A moins d’être nulle, mais ça bien sûr, c’était hors de propos. Enfin. Je continuai donc à chercher, et finis par remonter dans la tour de Tokyo. Là où je m’étais il y avait de ça quelques semaines lamentablement viandée devant une jolie féline. J’avais dû avoir l’air fine moi, tiens. Un chat qui tombe sur les fesses! On aura tout vu. Bref, je remontai le long des poutres métalliques comme je me plaisais à le faire parfois, et grimpai au sommet de la tour pour admirer la superbe vue de Tokyo la nuit.
Ce fut une fois rendue là qu’une odeur attira mon attention. Des sushis. Oui, c’était bien ça que je sentais au loin. Je baissai les yeux au bas de la tour et vis… Une neko avec une assiette. Une assiette vide. C’était sûrement de ça que venait la délicieuse odeur que le vent portait à mes narines. Sans me soucier de l’exercice, je descendis à nouveau de la tour, jusqu’à finir en bas. Plantée devant la féline.

- Salut! Je suppose que tu as tout fini mais, par curiosité, tu les as cherchés où?

Non, je n’allais pas me jeter sur elle et lécher son assiette vide comme une neko rebelle affamée. Euh… Certes neko rebelle je l’étais, mais les dix souris m’avaient calée. Même si, bon, l’odeur des sushis avait ravivé ma gourmandise.
Une autre souris passant à proximité, je la suivis du regard, ma queue s’agitant un peu dans tous les sens avant de sauter dessus et de me redresser, l’exhibant fièrement dans ma bouche avant de l’engloutir toute entière. Après quoi, je fis un petit sourire d’excuse à cette inconnue, me massant la nuque d’un air gêné.

- Hé hé… Désolée, je dois passer pour une sauvageonne! Je m’appelle Yamome, enchantée.

Grand sourire. C’était dangereux pour une rebelle de rester en pleine rue tokyoïte avec cette grande chasse organisée des nekos rebelles, mais franchement, je m’en foutais comme de l’an quarante.

- A propos, tu connaîtrais pas un certain Ryuku par hasard?

Autant demander, hein. Savait-on jamais. Enfin, en tout cas, maintenant que j’avais un peu de compagnie, autant ne pas la laisser filer!

(HRP : Désolée, c'était vraiment, vraiment trop tentant x)).
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


avatar



MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Mar 24 Mai 2011 - 11:27

Elle n'était plus rien pour lui. Rien, vraiment rien. Il l'avait retrouvé avec lui, cet humain dégénéré ! Il aurait dû lui arracher les yeux quand il l'avait rencontré la première fois, lui lacérer le visage à coup de griffes pour lui apprendre ce dont un neko est capable ! Elle s'était carrément installée chez lui ! La garce ! Et lui qui s'était inquiété pour elle... pendant qu'elle batifolait gaiement avec cet humain puant d'arrogance. Et lui qui avait culpabilisé pour ce qu'il avait fait avec cette plantureuse Juli ! Il aurait dû le lui cracher au visage ! Lui montrer combien elle n'était rien ! Cette petite chatte en chaleur manipulatrice ! Elle n'était rien ! Il ne voulait plus rien avoir à faire avec elle ! Elle pouvait bien se faire attraper par la fourrière... ou mieux ! le trafic de ce Totman ! Il n'en avait rien à faire, absolument rien ! Ils pouvaient bien faire d'elle tout ce qu'ils souhaitaient, cela lui était totalement égal ! Tout à fait !
Pourquoi était-il donc retourner là-bas alors ? Pourquoi être retourner devant la maison de ce Nobu prétentieux ? Bah, ce n'était qu-un pur hasard si ses pas l'avaient amené là-bas, jusque devant la maison perdue au fond de l'immense jardin. Il n'en avait que faire d'elle, il n'était pas du tout inquiet pour elle. Et retrouver la maison totalement vide et la magnifique féline disparue avec cet humain le laissait complètement de marbre ! Il ne ressentait plus rien pour elle, d'ailleurs il n'avait toujours ressenti qu'une attirance physique pour elle. Il avait juste voulu la sauter comme la chatte en chaleur qu'elle était, elle, l'envoûtante Aiko. C'était simplement qu'elle avait un corps de rêve, un belle poitrine, un magnifique fessier,une peau douce comme la soie, un parfum ensorcelant, un regard espiègle, un rire communicatif, une combativité admirable, une fragilité attachante...


Il jeta la bouteille de saké violemment sur le sol. Il était pathétique, tout simplement pathétique. Comme s'il y était réellement arrivé par hasard, comme s'il ne s'était pas inquiété pour elle, comme si... ça lui était parfaitement égal qu'elle soit partie, qu'elle ait préférée cette humain riche, libre et plein de pouvoir à lui pathétique neko misérable, juste capable de se foncer tête baissé dans les emmerdements... Qui croyait-il convaincre... Il se rappelait de chaque instant avec elle. Quand il l'avait rencontré une nuit après l'avoir pratiquement assommé en jetant un caillou à Kumiko, leur première nuit, qu'elle avait voulu passer contre lui pour se rassurer, sa déception quand il l'avait cru parti et son soulagement lorsqu'il s'était aperçu qu'elle était toujours là. Il se rappelait parfaitement de la nuit qu'ils avaient passé ensuite, se dévoilant leur plus honteux secret, la peur qu'il avait eu qu'elle le rejette, la douceur de sa peau sous ses doigts, sous ces lèvres, son parfum délicieux, cette sensation qu'elle était un joyau, un cadeau merveilleux et fragile qu'il devait protégé.
Il laissa un rire crispé lui échapper : tout cela était franchement risible. Tout cela lui semblait maintenant bien irréel. Tout, sauf le vide qui l'envahissait, sauf cette douleur cuisante dont il n'arrivait pas à se défaire malgré la bouteille entière de saké qu'il avait bu en chemin. Il était franchement pitoyable... Il arracha avec colère l'antenne de la grande parabole qui se trouvait sur le toit avant de s'y installer. Quelques humains devraient se passer de télévision ce soir ! Ryuku imagina avec un sourire ces pauuuuuvres humains qui allaient rater leur émission de télévision préférée et tellement vitale à leur petit confort citadin sans intérêt.

Il ouvrit un nouvelle bouteille de saké, l'une des deux dernières qu'il avait volé à ce marchand. Qu'est-ce qu'il avait pu hurler ce vieux commerçant dégarni ! Comme s'il allait revenir pour lui rendre sa marchandise en s'excusant humblement d'avoir oser montrer tant d'audace lui simple neko sans importance. Il avait failli revenir, mais pour lui arracher les cordes vitales de ses main et le faire taire une bonne fois !
Cette agressivité sanguinaire ne lui ressemblait absolument pas, mais Ryuku n'en avait même pas pris conscience. Cela faisait quelques temps qu'il s'était éloigné de... tout. Isolé sur sa plage, ces rares rencontres avaient été brève et relativement pauvre en informations. Les deux dernières personnes qu'il avait vu étaient cet Akira à qui il avait acheté l'arme destructrice qui trônait à sa ceinture, proche de son indispensable couteau, et Rose dont le comportement avait été plus qu'étrange. Il avait vaguement entendu parler d'une maladie et de nouvelles actions gouvernementales, mais découvrir qu'Aiko était finalement retourné auprès de cet abject humain l'avait bien plus préoccupé.

Il se vautra littéralement dans la parabole. Ce n'était pas aussi confortable qu'un fauteuil moelleux, mais ce n'était pas si mal. D'ici, il avait une vue imprenable sur la ville et sur la grande tour de Tokyo. De la grande tour, on devait également avoir une vue imprenable sur lui, mais, même s'il avait été en état d'y réfléchir intelligemment, il ne s'en serait pas inquiété : les gens qui étaient dans la tour venait pour prendre un repas agréable en famille, boire un verre entre amis ou avoir un rendez-vous romantique, certainement pas pour apercevoir un inattendu neko installé dans une parabole sur l'un des nombreux toits de la ville. Et même si quelqu'un l'apercevait, au mieux, il ne réagirait pas, au pire, il appellerait la fourrière. La fourrière qui arrivait toujours avec une discrétion incomparable ! Il aurait tout le temps de s'enfuir ou de les combattre. A moins que ce ne soient des lâches suffisamment anciens pour se souvenir que ce neko au pelage tigré faisait parti de ceux recherchés pour avoir mis à sac laboratoires et fourrières, laissant nombres de morts et de blessés derrière eux. Là, il aurait même le temps de partir en sifflotant !
Mais de toute façon, il ne prit même pas la peine de penser à tout cela ne serait qu'une petite seconde. Installé dans la parabole, il avala une rasade de saké et observa l'activité de la rue comme si elle représentait un intéressant spectacle. Ici un neko qui suit sagement son maitre, là un couple qui s'embrasse, à côté un serveuse qui s'offusque faussement d'un client qui vient de lui mettre la main aux fesses. Quel ennui ! Ryuku était passé du désespoir et de la colère à un état blasé et détaché, mais cela ne l'inquiétait pas vraiment. Peut-être aurait-il déjà fallu qu'il s'en rende compte. Un alarme de voiture suivi de cris attira son attention, mais le temps qu'il repère la source de ces bruits la cause semblait s'être évaporée. Il soupira en avalant un peu de saké pour se consoler de ce navrant manque d'animation. Pour son plus grand plaisir, des cris retentirent à nouveau et il entre-aperçut une neko qui semblait beaucoup s'amuser à faire courir ses poursuivants ! Elle avait quelques choses de familier, mais il ne s'y attarda pas vraiment. Il observait la course poursuite comme s'il s'était trouvé devant un bon film au cinéma. Malheureusement, il la perdait parfois de vue entre les immeubles. Il ragea : il aurait dû s'installer dans la tour, il aurait eu une bien meilleure vue !

Il se consolait avec une nouvelle gorgée de saké quand un humain apparut dans son champs de vision. Non dans la rue, mais sur son toit ! Et en plus celui-ci se mit à téléphoner ! Ryuku ressentit la même irritation qu'un cinéphile en présence d'impolis qui discuteraient au milieu d'un film ou mangerait sans discrétion des pop corn piochés bruyamment ! Aucun savoir vivre... Et puis avec tous les toits de la ville, il avait fallu qu'il vienne le déranger sur le sien !
L'humain ne semblait pas l'avoir remarqué. Il faut dire que lui aussi semblait focalisé sur l'animation de la rue et que l'on s'attend rarement à un neko installé dans une parabole. Pourtant, cela ne fit qu'irriter encore davantage Ryuku. Comme si le fait que cet homme n'est pas daigné lui accorder de l'attention le déranger.

Cependant, à la suite de la conversation téléphonique, son irritation avait disparu pour laisser place à de l'amusement inattendu. Il s'adressa à l'humain pendant que celui-ci fouillait ses poches comme pour vérifier ses dires.

- Faites gaffe à ces machins là ! On en trouve partout maintenant ! Pire que de la vermine ! Il faut toujours être prêt !

Un sourire désinvolte sur le visage, il ne daigna même pas bouger de sa parabole, ni même se redresser ne serait-ce que légèrement. Il resta avachi, buvant son saké, sa queue se balançant avec une insouciance non feinte. Son regard retourna sur la poursuite dans la rue, comme si l'humain n'avait pas plus d'importance que cela. Elle était malheureusement terminée. Il soupira et aperçut une autre féline avant de se désintéresser de la scène. Il avait l'étrange sensation qu'elle lui était familière aussi. Il fixa la bouteille de saké en fronçant les sourcils, puis scruta l'humain avec perplexité, s'attendant à ce que lui aussi lui paraissent familier. Il haussa rapidement les épaules comme si cela n'avait aucun intérêt et avala une nouvelle gorgée de ce saké aux effets déroutants. De manière tout à fait inattendu, il tendit soudainement sa bouteille au blondinet devant lui, parlant comme si tout cela ne le concernait nullement.

- Saké ? Je crois que vous en aurez besoin ! Votre soirée semble s'annoncer fatiguante !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


avatar



MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Mar 24 Mai 2011 - 23:19

Rien ne pressait. Rien n'était une cause de stress pour la neko. Rien ne pouvait déranger énormément la neko impassible. Tous ce qui comptait était elle et son plaisir. Trouver son frère aussi, mais cela allait venir en temps et lieu ; elle n'allait pas se mettre à se fâcher parce qu'un neko bougeait et pouvait se retrouver caché à vivre dans la ville souterraine. Elle ne connaissait pas l'emplacement de cette ville et ne pouvait donc pas s'y rendre pour aller donner la raclée à son jumeau parce qu'il était introuvable. Quand elle allait le retrouver, elle lui sauterait dessus, voir s'il se souvenait d'elle. Il était tout de même parti à la recherche de cette bonnasse de fausse sœur alors qu'elle crevait dans un laboratoire, seule et traitée comme un objet. Cette bonnasse, elle, avait été probablement traitée comme une reine, un joyau, par le JUMEAU de Mai. Comme elle-même aurait dû être traitée. C'était supposé être elle qui se retrouvait près de son frère et pas l'autre hypocrite! Peut-être ne se rappelait-il même pas de son existence, peut-être il l'avait déjà remplacée.

Voilà, elle avait réussi à se frustrer elle-même. Elle avait réussi de se rendre hors d'elle en pensant simplement à cette bonnasse... même si cette bonnasse ne dérangerait plus jamais son frère. Par pur hasard, c'était elle qu'elle avait rencontrée en premier. Pas son frère. Cela l'avait surprise, d'autant plus que la senteur de son frère avait totalement disparue de son être, donc elle n'avait pas resté avec lui pendant plusieurs jours. Non... l'odeur d'un humain s'était retrouvée partout sur son corps. L'odeur de l'humain avec lequel elle l'avait trouvée. Rage folle et meurtrière s'était ensuivi. Bref, comme d'habitude alors qu'Aname Mai se fâchait... et fâchée elle l'avait été! Cette seule pensée la fit sourire. De nouveau calmée. Comme elle pouvait se rendre elle-même complètement barge si elle le décidait. C'était elle et elle seule qui pouvait avoir cet effet de colère instantanée. Une chance, sinon il y aurait beaucoup trop de cadavres dans les rues de Tokyo!

L'hybride continuait de jouer avec son assiette, même si, alors qu'elle s'était frustrée elle-même, elle l'avait lancé tellement haut qu'elle croyait qu'il allait accrocher un fil électrique. Heureusement pour son propre petit plaisir, rien n'était arrivé et elle l'avait rattrapé sans difficulté. Tout aussi bonnement qu'avant, la féline continua de lancer son assiette pour se divertir. Du coin de l’œil, elle aperçu une neko grimper sur le côté de la tour le moins fréquenter. Elle bifurqua dans cette direction, mais discrètement. C'était son idée de départ, mais si quelqu'un d'autre l'avait fait, elle était curieuse de savoir quel neko avait assez la forme pour s'aventurer ainsi. Finalement, cette même neko semblait l'avoir aperçue, donc Mai prit une direction complètement opposée alors qu'elle vit qu'on redescendait après l'avoir vue. Elle resta attentive, les sens aux aguets et l'entendit s'approcher tout bonnement, sans se cacher ni rien. Peut-être ne lui voulait-on pas de mal ; ça restait une neko et peut-être qu'elle se disait qu'entre hybrides, on s'entendait bien. Grossière erreur. Elle se planta devant Mai et cette dernière dû allonger le bras pour attraper son assiette puisqu'elle s'était mise dans le chemin. La petite neko toisa celle aux cheveux blancs du regard, l'écoutant parler, assiette dans une main. Une assiette pouvait faire une bonne arme, hum...

La question qu'on lui pausa lui fit hausser un sourcil, tout simplement. Elle ferait peut-être le coup de la neko à moitié civilisée qui ne parlait pas de langue humaine. Par contre, elle n'eût pas tellement le temps de faire quoi que ce soit qu'une souris passant non loin attira l'attention de son interlocutrice et cette dernière se jeta sur sa proie, comme un petit chaton de ruelles l'aurait fait. Elle croisa les bras, assiette toujours dans une main, tapant du pied. Alors qu'elle se releva et se présenta, Mai roula des yeux. Être plaisante? Non, ce n'était pas au menu aujourd'hui! En fait, si on s'était mieux présentée, peut-être, mais cet air de chat et chat seulement donnait un mauvais titre aux nekos. L'hybride aux tatouages rouges n'était pas tellement mieux avec tous les meurtres et les bastons qu'elle avait commencés et commis, mais au moins, elle le faisait avec un minimum d'intelligence et surtout avec élégance malgré toute la sauvagerie de l'acte. Par contre, la mention d'un nom lui rappela quelque chose... quelque chose.... Quelque chose en lien avec ce qu'elle avait pensé un peu plus tôt. Oui, elle connaissait ce nom, mais ne connaissait pas la personne à qui appartenait le nom. Elle eût soudainement un sourire et s'étira, la main tenant l'assiette haute vers le ciel, l'autre tenait le coude de ce bras tendu. La neko pencha son corps énormément, démontrant une souplesse hors normes. Elle bailla aussi, la moitié entre un bâillement normal et un miaulement. Son sourire en coin avait quelque chose de sombre, de sadique. La neko aux cheveux contraire de ceux de son interlocutrice la fixa droit dans les yeux alors qu'elle parlait.

"Oh, le nom me dit vaguement quelque chose... Pourquoi& C'est important?"

Mai se retournant, roulant des hanches en marchant dans la direction d'où elle venait, sourire toujours aux lèvres. Puis, soudainement, elle prit un élan, tourna sur elle-même une fois, assiette tendue au bout de son bras pour l'envoyer avec force extrême vers les bâtiments un peu plus loin... là où quelque chose pendouillait d'un toit. Là où se tenait une personne aussi. L'assiette vola en éclats contre le mur, surprenant beaucoup de passants, faisant hurler quelques femmes et enfants, faisant même pleurer un bébé dans sa poussette. La neko gloussa et se retourna vers l'autre féline, sourire toujours au lèvres, tête haute, fière, le dos droit. Mai sentait qu'elle allait s'amuser, aujourd'hui. Elle ne s'amusait jamais assez ; on pouvait toujours s’amuser plus!

"Ouais, le nom me dit quelque chose... Tu as l'air d'une chatte qui chasse. Ouais, le genre de chatte que je suis, tu comprends? Celles qui aiment un petit challenge, celles qui aiment le danger et la chasse, oui, surtout, la chasse..."

Mai se mit à tourner alentour de la neko aux cheveux blancs, la frôlant d'un doigt contre l'épaule, contre son omoplate, contre le bas de son dos, contre sa hanche et puis contre le bas de son ventre. Mai l'avait donc enveloppée de son bras et se tenait collée à elle, contre son flanc, pour mieux lui chuchoter à l'oreille. Ses yeux se plissèrent, malins, signe de cruauté très perceptible dans ses pupilles violettes.

"Tu sais ce qu'une de mes dernière proie juteuse hurlant alors que je l'agressais? Alors que je lui déchirais le bas ventre avec mes griffes, juste là?"

Elle laissa ses griffes frôler doucement la peau de l'autre féline sans lui faire mal ; peut-être avait-elle même occasionné des frissons, qui sait? Aussi rapidement qu'elle s'était rapprochée, elle s'éloigna d'elle en gambadant comme une petite gamine allant chercher sa crème glacée. Elle s'arrêta quelques mètres plus loin, en direction des bâtiments encore, là où la personne se tenait sur l'édifice, la personne aux cheveux blonds, puis croisa les mains dans son dos, contre ses fesses, lui donnant un air presque doux et innocent de petite fille. Elle inspira grandement et puis hurla au bout de ses poumons, ne serrant plus les mains entre elles dans son dos pour en serrer les poings le long de son corps.

"Non! Arrêtes Aname Mai! Ne me fais pas mal! Ryuku! Oh Ryuku, aide-moi! Nobu! Nobu! Aide-moiiiii!"

Puis, un sourire angélique aux lèvres, elle se retourna, revint en gambadant, faisant le tour de la neko encore une fois, sans arrêter toutefois. Elle gloussa, même, ajoutant à son air enfantin alors qu'elle venait de crier comme une démente attaquée par un vilain méchant loup. Elle avait crié si fort que les gens, au loin, dans la rue d'où elle s'était sauvée avec son assiette, se retournaient vers elle pour la regarder d'un drôle d'air. Mai s'arrêta finalement devant elle, tendant la main pour serrer la sienne.

"C'est comme ça que j'ai connu le nom, en tuant ma rivale, en lui arrachant les tripes. Plus d'Aiko pour déranger mon Arkham."

[1362 mots.]
Revenir en haut Aller en bas


avatar


Nombre de messages : 2985

MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Sam 15 Oct 2011 - 1:52

Oulà, stop !
Les événements qui venaient de se produire sous les yeux éberlués du Neko Hunter s'étaient enchaînés bien trop rapidement pour que ce dernier puisse réagir immédiatement. Il dû se repasser mentalement les frasques de cette bande de rebelles, comme s'il se remettait un DVD au ralenti.

Emmett Salinger, travaillant au noir pour la Fourrière, cet organisme tentaculaire chargé de la distribution, de la qualité et du « service après vente » (comprendre là : euthanasie) du plus populaire objet de consommation japonais, le Neko, se prélassait à la terrasse d'un café chic dans l'un des endroits les plus touristiques et les plus animés de la capitale nippone, quant non pas un, ni deux, mais trois hybrides errants avaient débarqués sans discrétion ! Nan mais, c'est un appel au secours c'est ça ? Une perche tendue vers la mort ? Soit ça, soit ces pourritures étaient sacrément culottées... se pavaner ainsi à la vue de tous, narguer et effrayer les humains, faire montre d'agressivité... Du suicide pur et simple.

Une première rebelle avait commencé à semer le trouble, dérobant la nourriture des badauds, puis elle avait été rejointe par une seconde. Ensuite, la première, aguicheuse, provocante, avait envoyé s'écraser une assiette contre un bâtiment, sur lequel était perché un troisième chat errant. Les yeux experts d'Emmett ne se trompaient pas, mais son bon sens n'y comprenait plus rien. Habituellement, les sans colliers se faisaient discrets, ou bien ils tentaient pitoyablement de mener une attaque contre un bâtiment humain, souvent dans le vain but de secourir un de leur camarade. Mais présentement, ces trois rebelles ne semblaient pas avoir de mission précise, outre peut-être rendre fou les passants et les autorités.

Le jeune bristish s'interrogeait. Devait-il rester ? Tenter d'attraper l'un de ces Nekos en situation illégale ? L'occasion était bien trop tentante... de plus, il planquait dans ce quartier depuis des jours dans le but même de serrer un spécimen, histoire de toucher sa prime et de se payer la dernière console de jeu. (Qui a dit sale consumériste?) Mais trois Nekos, ça pouvait être dangereux ! Certes, Yuki n'était pas loin... Deux humains contre trois Nekos... Emmett grimaça, avant de porter nerveusement sa cigarette à sa bouche pour en tirer une longue bouffée de poison. Les chances de succès étaient minces... Sauf si son collègue et lui parvenaient à isoler l'un des hybrides. Oui, deux contre un, voilà qui était bien mieux.

C'est ce moment que choisi justement celui-ci pour le rappeler. Emmett l'écouta se plaindre en levant les yeux au ciel, puis l'écouta accepter sa requête en souriant. Il laissa à peine son interlocuteur achever sa phrase :

« T'inquiète, j'ai c'qui faut ! Sinon je t'aurais pas appelé hein ! Bon écoute, y'en a trois. J'propose qu'on en choisisse un et qu'on se concentre dessus. On le laisse se fatiguer un peu avec ses potes, pis on lui tombe dessus ! Okay ? Observons les un peu pour voir lequel est le plus faible. On s'rappelle dans cinq minutes pis on s'rejoint ! »

Sur ce, le traqueur glissa son téléphone dans la poche intérieure de sa veste, replia son journal et écrasa sa clope dans la soucoupe de son café qu'il ne termina même pas. Il se leva, laissant quelques billets pour payer son consommation (sans pourboire supplémentaire, cela va sans dire !), pour ensuite s'en aller silencieusement. Son but maintenant était de passer inaperçu et de ne surtout pas perdre de vue ces trois cibles. Elles ne devaient pas le remarquer ou se douter qu'il tramait quelque chose. De toute façon, il y avait tellement de monde au pied de la Tour ! Et ça ne ferait qu'empirer : les passants étaient pendus à leur téléphone, glapissant d'une voix stridente ou prenant photo sur photo, histoire d'avoir un truc cool à poster sur internet le soir.

Emmett avançait lentement, se mêlant à la foule. Avec son costume chic mais très ordinaire, sa malette sobre qu'il tenait négligemment et ses cheveux noir de jais, on l'aurait presque pris pour un japonais, de loin. Il n'en n'avait rien dit à Yuki, mais déjà, il avait une préférence pour l'un des Nekos. Le mâle. Celui perché tout en haut d'un bâtiment. Les mâles valaient plus cher que les femelles, de plus, il était déjà isolé. Il était probablement aussi le plus proche de son collègue. Un rictus mauvais se forma sur le visage du jeune anglais : il commençait à réfléchir à la tactique qu'il utiliserait pour le piéger. L'attirerait-il dans un piège ? Lui tirerait-il dessus avec des fléchettes tranquillisantes ? Ou alors allait-il devoir avoir recours à la force brute ? Hm, il fallait à tout prix se rapprocher de lui, bien cerner sa cible, c'était vital.

Il était maintenant tout proche du bâtiment au Neko perché. C'est alors qu'il se rendit compte que son collègue Yuki se trouvait plus près qu'il ne l'avait cru ! C'est à dire sur le même toit ! Emmett jura dans sa langue maternelle. Il aurait pu le lui signaler quand même ! Bon, il ne l'avait pas laissé en placer une au téléphone, mais bon... Bref. Finalement, les deux Nekos Hunters allaient avoir besoin d'un plan très rapidement. Ok, soit, il réfléchirait tout en montant les escaliers ! Emmett s’engouffra à l'intérieur de l'immeuble, et commença à escalader les marches quatre à quatre.


(HRP : dernière réponse le 24 mai... omg jsuis trop désolée de jamais avoir répondu, mais je n'avais absolument aucune inspiration ! Là j'me suis forcée, du coup j'ai pondu un message super nul, mais bon au moins on peut reprendre. ^^ J'pense que je retrouverais mon inspiration quand on sera plus dans l'action.)

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


avatar



MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   Jeu 5 Jan 2012 - 0:04

L'humain aurait peut-être accepté le saké, peut-être lui aurait-il répondu. Peut-être même aurait-il bougé... s'il en avait eu le temps. Cependant un cri se fit entendre dans la rue.

- Même quand elle a besoin d'aide, c'est cet imbécile d'humain qu'elle appelle !

Voilà tout ce que Ryuku trouva à dire avec une détachement étrange d'où pointait une très légère irritation, le tout en avalant une énorme gorgée de saké, non sans en renverser à côté. Cependant, le cri résonna en lui."Non! Arrêtes Aname Mai! Ne me fais pas mal! Ryuku! Oh Ryuku, aide-moi! Nobu! Nobu! Aide-moiiiii!"
D'une légère contrariété, il venait de passer à une rage noire.

- Ce n'est pas mon Aiko ! Ce n'est pas sa voix ! Qui est cette chienne qui l'imite !? Qu'est-ce qu'elle lui a fait ?

Il avait affirmé cela dans une demi folie tout en se précipitant vers le bord de l'immeuble. Mais... avez-vous déjà vu un neko ivre se précipiter vers le bord d'un immeuble ? Ce n'est pas plus glorieux qu'un humain ivre ! Et pour être ivre, Ryuku l'était ! Il chancela, manqua de chuter 3 fois sur les 5 mètres qui le séparaient du bord et ce ne fut rien de moins qu'un miracle s'il parvint à ne pas tomber du toit ! L'humain n'eut pas la même chance : Ryuku le heurta dans sa course, le poussant dans le vide. Il tenta bien de le retenir, mais... hésita longuement sur laquelle des nombreuses mains il fallait saisir. Et lorsqu'il se décida enfin, il était évidemment bien trop tard. Ce petit incident interféra avec son humeur. Il s'arrêta brusquement, fixant le tas d'ordure qui avait amorti la chute de l'humain. Il avala une gorgée de sake avec une attitude légère, comme s'il avait déjà oublié Aiko.

- Hey mon gars faut faire attention ! ahh ces humains aucun sens de l'équilibre...

En parlant d'équilibre, Ryuku marchait sur le rebord de l'immeuble. Marcher ? Non, chanceler serait plus juste. Seuls ses gênes de chat le maintenaient sur ce toit. Ses gênes de chat... ou sa chance de cocu...
"Non! Arrêtes Aname Mai! Ne me fais pas mal! Ryuku! Oh Ryuku, aide-moi! Nobu! Nobu! Aide-moiiiii!" Le cri résonna soudain à nouveau dans son crâne. Il lâcha sa bouteille de saké qui alla s'écraser quelques étages plus bas. Avait-elle touché un passant ? Ryuku n'en avait pas conscience, pas plus que des cris, s'il y en avait eu. Ses mains s'étaient posées au sol et il se tenait dans une position féline peu commune pour lui, tel un fauve à l'attaque, la queue battant derrière lui avec lenteur, dans l'attente de l'attaque à venir.

- Laissez moi l'attraper pour vous ! Je l'abimerais pas... pas trop en tout cas !

Son regard se tourna subitement vers l'humain qui était entré sur le toit. Un regard animal et sauvage.

- Vous êtes tout seul maintenant... Alors accepter de m'avoir à vos côtés.

Une voix calme, déterminée... glaciale. Qui devint un instant plus légère quand il ajouta dépité.

- puis toute facon j'ai rien de mieux à faire, ma bouteille de sake a disparu...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't mess with me [OPEN! Venez en grand nombre! // EVENT 2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Évènement tant Attendu [ LIBRE pour tous Indiens! VENEZ EN GRAND NOMBRE!]
» Mek' pour l'open de peinture GW
» “ MacDonald's™ : Venez comme vous êtes. ”[with Jade]
» ND Open IV
» Le Mess des Marines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty Neko :: 
Amis et détente
 :: Corbeille :: Events et fiches d'infos diverses
-