Partagez | 
 

 Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Lun 24 Aoû 2015 - 0:41

Accoudé sur le dossier de sa chaise crasseuse, il fixait l'immense hybride que le chasseur lui avait amené non sans faire part de son mécontentement. Quelques billets supplémentaires avaient satisfait et fait disparaitre son dérangeant semblable. Il était donc assis là à attendre bêtement dans la poussière que le neko daigne revenir à lui. S'il avait été moins bête, il aurait récupéré de quoi le réveiller pendant qu'il était au laboratoire. Il y avait été, avait récupéré ses affaires dans son appartement qui ne lui manquerait guère, puis il avait récupéré un certain nombre de dossier, de données informatiques et de produits médicaux en tout genre. Personne n'était venu l'ennuyer et le questionner. C'était l'un des avantages d'être une personne absolument excécrable : on pouvait tout faire, même l'illégal, la majorité des gens préfèrent éviter de vous affronter. Et c'était grâce à cet incroyable pouvoir qu'il avait pu copier et supprimer certaines de ses données et repartir sans embrouille avec des cartons de paperasse et de médicaments. Ou parce que les vigiles avaient pensé qu'ils s'agissaient là simplement de ses affaires personnels.

Il n'avait rien déballé, ni rangé. Les cartons de paperasses, sa valise et les boites de médicaments trainaient toujours dans l'entrée, cette même entrée où ronflait l'hybride et où il trônait sur sa chaise fatiguée. Tout au plus avait-il fait l'effort de mettre au frais les produits sensibles aux températures, dans un réfrigérateur qui tournait encore par on ne sait quelle miracle, et dans lequel nulle n'aurait pris le risque de stocker de la nourriture.
Il n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire de ce gorille. C'était un rebelle, un véritable rebelle, il en était intimement persuadé. Contre cet hybride à la carrure dysproportionnée, il ne faisait pas le poids. Aucune chance de le maitriser. Du moins sans ce magnifique gadget qu'il lui avait passé autour du cou, sans aucun gaïté d'âme étrangement. Les réglages les plus bas de ces colliers permettaient d'envoyer un avertissement désagréable, éventuellement douloureux, mais cela ne pouvait pas le protéger de la bête. Un réglage suffisamment haut permettait de mettre l'hybride K.O., mais ce n'était pas son but, pas plus que de risquer de le blesser. Pour certains, Motoo était l'incarnation parfaite de l'oppresseur de par le simple fait qu'il désapprouve la création qu'était ces merveilles de la science et de son comportement avec eux, mais surtout avec leurs propriétaires. En réalité, il n'avait jamais ni utilisé, ni blessé l'une de ces créatures, exception faite des nécessités de son travail, et il ne leur vouait aucune haine. Uniquement une réprobation de leur existence, à laquelle eux-même ne pouvaient finalement rien.

La commande du collier dans la main, le scientifique ne surveillait plus vraiment le réveil du neko. Le regard dans le vide, il repensait aux derniers évènements : l'adoption impromptu de Kaiin et sa fugue prévisible, l'explosion au Tsubasa Palace, son congé forcé, l'explosion de la ville secrète des nekos, leur capture et les nouveaux problèmes que tout cela avait provoqué. La solution était peut-être finalement plutôt devant lui qu'au ministère.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mer 26 Aoû 2015 - 2:08

[Tant que je suis seul, je n'utiliserai pas le gras pour différencier les persos]

Les derniers instants ne sont plus qu'un vague souvenir dans ma tête. Tantôt flou, tantôt d'une clarté surprenante, mais tous ses souvenirs d'une escapade à la fourrière, de nekos, d'humains, et de batailles, converges vers un seul point. Le néant. Un néant tout à fait douloureux, d'ailleurs. Alors que mon dernier souvenir est une cuisante douleur dans tout le corps, me voilà maintenant en position assise. Je ne sens rien à mes poignets, ni à mes jambes, mais je sens quelque chose dans mon cou. Est-ce une de ses formes de collier douloureux que les humains mettent parfois sur leur neko? C'est ma petite Suzue qui m'en parle souvent…

Haaa c'est vrai, ma petite Suzue...

Elle me manque. J'espère qu'elle va bien. Si dans mon malheur, j'ai espoir qu'elle s’est enfuie, alors je me sentirai mieux, bien mieux. De la savoir en sécurité me suffit amplement. J'ai presque le goût de rire, malgré mes nombreuses blessures, coupures et ecchymoses, aussi douloureuses soient-elles, car, c'est que je dois être dans la même situation que mon pauvre meilleur ami. Lui aussi, quelque part, il est prisonnier d'un humain, sinon, il nous aurait rejoints depuis longtemps. Lui et moi sommes différents, alors qu'il se serait probablement mis en colère, que ses émotions auraient pris le dessus, moi, je reste calme. Aussi, j'écoute les bruits alentour. En fait, presque rien, seulement une légère respiration, un léger mouvement, à proximité de moi. Je respire lentement, m'imprégnant de l'odeur. Je suis surpris de sentir poussière et humidité. Comme si nous étions dans un espace depuis longtemps abandonné. En fait, mon nez me pique tellement la poussière est présente en quantité!

J'ouvre lentement les yeux, afin de confirmer à mes autres sens que nous sommes dans un endroit abandonné. Non pas une cave, ni même un entrepôt, non, une maison. Dans une simple entrée de maison. Devant moi se tient un humain. Je ne l'avais presque pas vu, mais il devait être dehors, avec les femelles et les fuyards, car c'est que beaucoup plus tard dans la bataille que je l'ai aperçu, sans pour autant y faire attention. La seule chose que je sais, cependant, c'est que ce n'est pas lui, qui avec ce pistolet, m'a neutralisé. Plus maigrelet, plus petit, je sais que je pourrais faire qu'une bouchée de lui. Mais la manette qu'il tient distraitement dans sa main me décourage quelque peu. Mes yeux croisent sont regard, alors que ceux-ci me traversent sans s'en apercevoir. Il semble perdu dans ses pensées. Être dans la lune, comme les autres disent souvent.


- Dis-moi pas que cette maison infestée de poussière est la tienne, je plains ton doc… Dis-je de ma voix grave, essayant de mettre un peu d'humour dans cette situation des plus critiques.

Sans me retenir plus longtemps, cependant, mon nez me trahit. Et C'est d'un étourdissant éternuement que je termine ma phrase. Je renifle avant de m'essuyer avec ma manche poisseuse de sang pas tout à fait sec. Il y a trop de poussière, je crois faire une allergie à cette dernière. Vite, un peu d'air frais, ça ne ferait pas de tort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mer 26 Aoû 2015 - 2:52

La voix grave du neko le fit sursauter. Motoo s'étira en l'écoutant, fulminant intérieurement de son inattention : s'il l'avait souhaité, le neko aurait probablement pu le maitriser avant qu'il ne puisse ne serait-ce que tenter d'appuyer sur le bouton activant le collier. Pourtant, il ne l'avait pas fait. Peut-être par précaution. Un léger sourire se dessina sur le visage du scientifique en entendant le neko s'exprimait.... avant d'éternuer bruyamment.

- Je n'habite pas ici. Enfin... je n'habitais pas ici.

Il se redressa et s'approcha des affaires peu ordonnés, exceptés pour lui même. Il saisit une trousse de secours qu'il lança à l'hybride avant de se diriger vers la porte.

- Tu as raison, sortons.

Il ouvrit la porte en soupirant, parlant pour lui même.

- Il faudra faire du ménage...

Il sortit sans attendre le neko, mais sans lâcher la télécommande du collier. Il devait le garder à l'oeil, il n'était pas à l'abri d'une attaque. Il avait eu l'occasion de le voir se battre et mettre à mal un molosse et un hunter confirmé et n'avait pas vraiment envie de se frotter à lui. Il essuya négligemment un banc en métal aussi fatigué que le reste de la maison et s'installa, espérant que la rouille ne le ferait pas s'effondrer.
Observant l'immense créature, il lui montra la télécommande et désigna le collier d'un geste de la tête.

- Cette télécommande permet d'envoyer un signal au collier que tu portes qui t'enverra une décharge normalement suffisante pour te mettre à terre. Je n'ai pas envie de l'utiliser, mais si tu essaies de m'attaquer, ou de fuir, je n'hésiterais pas.

Son ton était naturellement froid, mais malgré l'avertissement, aucunement menaçant. Il l'informait. C'était tout. Il espérait simplement pouvoir éviter d'actionner l'abominable collier. Le faire souffrir ne lui apporterait aucun plaisir, mais une attaque ne lui laisserait guère le choix et il n'était pas prêt à le laisser fuir.
Il tenta de détailler les blessures du neko. Il soupira.

- Tu penses être blessé ? Je veux dire, fractures ou blessure qu'on ne pourrait pas soigner simplement avec du desinfectant et des points de suture ?

Il se redressa, s'approchant de l'hybride, mais s'arrêtant à une distance raisonnable.

- Je peux t'aider à te soigner si tu le souhaites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Lun 31 Aoû 2015 - 0:21

Pas d'appuis sur la détente, c'était bon signe. Mais étrange pour un humain qui avait essayé, plus tôt, de nous empêcher de bien nous en tirer. Peut-être a-t-il un brin de gentillesse en lui? Ma petite sœur et mon meilleur ami pensent le contraire, mais pas moi. Je garde espoir. Attentif, je le regarde partir vers la sortie, sans qu'il ne lâche la manette d'une seconde. Il est prudent, malgré son erreur d'absence de tantôt. Mes yeux suivent lentement ses mouvements, le voyant se diriger vers le bordel sur le bord de la porte. Il finit par me lancer un paquet. Malgré ma réticence, malgré ma propre prudence, je l'attrape par réflexe, surpris de voir que c'est finalement qu'une simple trousse de soin pour mes blessures. Mais qui pouvait-il être comme humain?

Et puis, c'est quoi cette logique d'habiter sans habiter ici? C'est clair comme de l'eau de roche qu'il n'habitait pas ici! C'est plein de poussière, et de saleté, et de moisissure. Quasiment pire que dans la ville souterraine! N'importe quel humain - et neko - tomberait malade en restant ici. S'il voulait donc habiter ici, il y aurait du ménage à faire là. Sans trop se préoccuper de moi, il sort par la porte avant, ce qui m'oblige à me lever pour le suivre de mon pas lourd. Même si je n'en avais pas l'envie, mieux valait l'avoir à l'œil non?

Je le vois s'assoir sur un vieux banc rouillé, plus ou moins certain de lui, alors que je décide de rester assez loin de l'humain, debout et prêt à toute éventualité. Il se contente seulement de me narguer avec la télécommande, comme si je ne savais pas que ça pouvait exister! Ma petite Suzue, si intelligente, m'a bien mis en garde contre ces choses-là. N'ayant cependant pas eu l'occasion de l'essayer, et ne voulant pas, j'acquiesce distraitement par un grognement. Je me contente de me battre avec la trousse, sortant de dedans une lingette d'alcool que je m'applique avec difficulté sur les blessures les plus sérieuses avant d'essayer, avec mes grosses mains, de bander ceux-ci avec le bandage. En fait, je dois surement représenter une bonne scène, moi qui essais vainement d'enrouler un ruban de nylon propre autour de mon bras, avec bien sûr, un seul bras et des canines pour faire le tour bien serré.

Mais malgré cette difficulté, je me recule d'un pas en voyant l'autre là, l'humain, s'approcher un peu. Trop prêt à mon goût.


- Non, aucune mauvaise blessure, juste des petites. Je n'ai donc pas besoin d'aide. Dis-moi juste ce que tu as l'intention de faire avec moi. Je sais que tu étais avec les femelles dehors pour les priver de sortir, tu es avec eux non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Ven 4 Sep 2015 - 13:59

L'immense neko ne semblait pas apprécier d'être là, mais restait étrangement inactif et silencieux. Motoo fut même surpris de le voir se lever pour le suivre. Comme l'aurait fait n'importe quel bon neko soumis. Ou n'importe quel neko prudent. Il sut que le neko comprenait parfaitement ce qu'il disait lorsqu'il eut un grognement pour toute réponse à son avertissement. Si l'hybride restait muet, la relation allait s'avérer réellement palpitante !
Sa difficulté a se soigner seule aurait pu provoquer l'hilarité de Motoo en d'autres circonstances, mais le voir reculer lorsqu'il lui proposa son aide, l'agaça. Chose que le soupir qu'il lâcha rendit public rapidement. Il ignora dans un premier temps volontairement les questions du neko.

- Certaines plaies guériraient mieux si tu me laissais y faire des points de suture. Tout comme les bandages tiendraient mieux s'il était bien fait. Je n'ai pas amener des tonnes de produits, je préfèrerais ne pas avoir à les gâcher à cause de l'entêtement d'un neko... Certaines de tes blessures sont de toute façon totalement hors d'atteinte pour toi, sauf si tu es contorsionniste, mais au vu de ta corpulence...

Malgré sa contrariété évidente, il s'éloigna tout de même de l'hybride.

- Après si tu préfères que ça s'infecte... C'est ta vie après tout.

Il se rassit en soupirant.

- Je n'ai rien l'intention de faire avec toi. Enfin... Je ne sais pas encore comment je pourrais t'utiliser.

Il avait bien dit comment, et pas quoi. Il savait exactement ce qu'il voulait faire avec cette hybride. Enfin, exactement n'était probablement pas le terme adéquat. Il avait une vague idée qui avait germé et dont l'hybride était la clé, mais il ignorait totalement comment la mettre en oeuvre. Dans d'autres circonstances, où il n'aurait pas agi sur un coup de tête soudain, mais pas inhabituel, il aurait eu non pas une ébauche de plan, mais une idée parfaitement planifié. Là, il avait tout juste une intuition.
Il se frotta l'arcade sourcillère : il s'était montré stupide. Il pouvait se passer des jours avant qu'il ne trouve comment faire réellement et qu'allait-il pouvoir faire d'un neko dangereux pendant tout ce temps ? Il ne pouvait pas le laisser libre, ou il disparaitrait s'il ne le tuait pas dans son sommeil. Mais il ne pouvait pas non plus l'enfermer dans une cage s'il avait besoin de sa coopération. L'idée que l'hybride ne veuille pas la lui donner l'avait bien traverser, mais il l'avait rejeté. Après tout, il aurait autant à y gagner que lui, non ?

- Tu viens de la ville de nekos qui a été détruite, je me trompe ? Où vous cachez vous depuis ?

Sa question lui parut immédiatement stupide : le neko n'allait pas lui donner l'adresse de leur refuge secret. Mais ce n'était pas ce qu'il voulait et il se reprit aussitôt, s'apercevant de sa formulation litigieuse.

- Je veux dire... je ne veux pas savoir où vous vous cachez, juste avoir une idée de l'environnement... propre, salubre.... insalubre comme cette maison... Tu comprends ?

Il avait désigné la baraque derrière lui.

- Est-ce que certains sont blessés ou malades ? Est-ce que certains semblent avoir des maladies que vous ne comprenez pas ? Est-ce que vous avez les moyens de vous soigner ?

Cela faisait beaucoup de questions. Trop d'un coup certainement, alors qu'il n'avait même pas daigné répondre à celle du neko concernant son lien avec ceux qui l'avaient capturé, ni même l'informer de la situation des femelles. Motoo énonçait ses questions sans trop y réfléchir, toute celle qui lui passait par la tête et qui aurait surement figuré sur une fiche bien formatée si cela s'était passé dans d'autres conditions. Il ressentait le besoin de savoir. Non, il avait besoin de savoir. L'idée qui avait germé dans son esprit était simple : pour vaincre le mal, la maladie qu'il avait créé mais surtout les épidémies qu'il craignait, il fallait s'attaquer à la source du problème. La source n'était pas les nekos eux-même, mais leurs conditions de vie. Il avait bataillé en vain pour voir instaurer des règles pour les nekos ayant un propriétaire, mais il avait face à lui un autre type de nekos, incontrôlables même s'il avait gagné contre ses supérieurs et les autorités. Si ces nekos pouvaient vivre sainement, ils ne seraient plus la cause de propagations de maladies et ne représenteraient plus un problème, sur ce point là tout du moins. Et ces nekos pouvaient également lui apprendre beaucoup plus que ceux des fourrières sur la maladie qu'ils avaient créés et qui leur avaient échappés. Peut-être même lui permettre de trouver un remède plus efficace que le vaccin et les médicaments qu'il avait emporté en masse du laboratoire.
Ces nekos étaient pour Motoo une nouvelle piste à suivre, piste providentielle, mais extrêmement dangeureuses.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Sam 5 Sep 2015 - 2:13

Comme cela peut être pénible de se mettre ses propres pansements. De toujours, c'était ma petite sœur adorée qui prenait soin, avec ses petites mains si délicates et fragiles, mais pourtant cent fois plus agiles que moi, s'occuper des blessures que je me faisais. Mais je sais tout de même comment mettre dans un minimum ces choses-là, bien que ça me cause beaucoup de difficulté. Pas toujours au point, je n'ai à ce jour rien attrapé. Mais les blessures que j'ai - bien que j'affirme qu'ils ne soient pas si graves - sont tout de même à considérer avec sérieux. Me débattant toujours, j'ignore le scientifique autant qu'il m'ignore sur ma question. Pourtant, s'il y a bien une chose que je veux savoir, c'est à propos de ma Suzue. Je suis prêt à faire quasiment n'importe quoi pour avoir une réponse sincère, ce qu'il ne semble pas me donner encore. Au lieu, il enchaîne les questions, questions qui me font sourciller. S'il veut savoir où nous nous trouvons, alors il ne demande pas à la bonne personne! Jamais il n'aura de réponse de ma part, jamais.

Mais il finit par s'expliquer mieux. Même s'il ne veut pas le lieu exact, ce n'est surement pas prudent de lui dévoiler dans quel genre d'atmosphère que nous sommes. De toute manière, nous n'y sommes pas assez longtemps pour que je puisse me permettre de lui répondre convenablement.

Je grogne de frustration face à un nouveau bandage qui me donne de la misère. Malgré mes réserves vis-à-vis l'humain - dire que Su et Tak décolore sur moi - je ne peux m'empêcher de penser qu'il a raison. Certaines blessures ne sont pas atteignables, et si je veux revoir ma petite Suzue, je dois vivre, coûte que coûte. Je soupire alors, et je vais m'assoir près de l'humain. Je lui tends le reste de la trousse.


- Un geste suspect et c'est ton visage que du devra recoller…

Puis, je le laisse faire. Je réfléchis à la manière d'avoir mes réponses, sans donner le moindre indice sur notre position. Comment ma petite Suzue aurait fait à ma place? J'ai alors une idée. Il ne veut pas répondre à ma question directement, je peux alors faire la même chose.

- La ville souterraine dans laquelle les insoumis se réfugiaient n'était pas l'endroit le plus propre au monde. L'eau y ruisselait constamment, idem pour les rejets de la ville, par endroits, la rouille était nombreuse, l'air irrespirable, et l'eau non potable. Nous devions constamment voler ou dénicher les choses dans les poubelles. Chose que dois déjà savoir, puisque nous n'avons rien!

" Je dirais que c'est pire que ta maison. Mes parents sont morts du virus il n'y a pas si longtemps, tu sais, le virus que vous les humains avez fabriqué? À cause des conditions, il n'est pas rare de voir un des nôtres malade. Grippe, toux, fièvre, nausée… Plusieurs symptômes, plusieurs malades. Et à part voler plusieurs médicaments et de les essayer, faute de diagnostique et de spécialiste, nous n'avons pas les moyens d'endiguer certaines maladies et quelques-uns meurent. Maintenant que j'ai répondu à tes questions, peux-tu répondre à la mienne, oui ou non? Les femelles, vous en avez fait quoi? Je ne réponds à rien d'autre tant que je n’ai pas de réponse, honnête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Sam 5 Sep 2015 - 20:47

Ignorant totalement ses questions, le neko se débattait avec ses bandages. Soigner certaines blessures seul était impossible, et se faire un bandage seul n'était jamais chose aisée. Motoo le regardait en silence, jusqu'à ce que l'hybride se lève pour le rejoindre et accepter son aide, sans l'admettre, tout en le mettant en garde. Avant même de commencer les soins, au souvenir de Kaiin, il lui préféra lui demander son autorisation une nouvelle fois.

- Est-ce que tu acceptes que je te fasses des points de suture ? Certaines blessures le nécessitent, mais je sais que vous n'appréciez pas du tout ça. Les fils s'en iront seuls une fois que ce sera guéris.

Des gaz, du désinfectant, les gestes du scientifique étaient précis, signe qu'il avait l'habitude de faire ce genre de chose. Il écoutait avec attention la réponse que l'hybride daignait lui donner.
Il lui confirmait ses pensées : ce neko venait de la ville souterraine. Ils étaient nés d'hybrides qui y vivaient également et étaient morts du virus. Il lui confirmait également ses craintes : leurs conditions de vie étaient telles, que les nekos tombaient malades... et mourraient des maladies. Ils constituaient un nid infectieux important, risque pour eux même et pour les humains. Motoo avait d'abord voulu simplement éliminer les nekos, mais, avec le recul, cela s'était avéré être une idée farfelue. Même si tous les rebelles étaient exterminés, d'autres viendraient, abandonnés par leur maitre, ou fuguant leur mauvais traitement. C'était une boucle infinie qui ne pouvait finir.

Il stoppa ses soins en entendant le neko réitérait plus clairement sa question : qu'était-il advenu des femelles ? Il eut un sourire à la fois amusé et compréhensif. Un autre doute s'envolait : ce neko et celles de l'extérieur étaient liés, d'une façon ou d'une autre.

- L'une d'elle... ou les deux est de ta famille ? Ou... ta moitié peut-être ?

Il reposa le matériel, pour appliquer une crème sur les hématomes les plus importants avant de continuer.

- Le chasseur qui t'a capturé à semble-t-il pensé que j'allais terminer son travail et attacher tes deux amies pour lui pendant qu'il allait jouer à l'intérieur. Il a également laissé son assistant neko pour les surveiller, mais l'une des femelles a été assez maligne pour utiliser sur lui la seringue de calmant que je n'avais pas pu lui injecter.

Il avait dans un premier temps voulu stopper la femelle rose, déformation professionnelle ? Par la suite, consciemment ou non, il avait laissé les deux femelles sans surveillance et sans s'assurer qu'elles ne s'échapperaient pas, tout comme il avait laissé trainé la seringue. Tout comme il avait pris soin de les informer de leur sortie de la fourrière en parlant fort. Il n'aurait su dire s'il avait été conscient de ce qu'il faisait ou non, mais il était maintenant quasi certain d'une chose : ce n'était pas un accident ou une maladresse de sa part.
Il aurait pu présenter tout cela différemment au neko, se présenter en héros discret, n'ayant volontairement pas attacher la femelle et lui laissant une arme, la seringue, pour l'aider, avant de les prévenir de leurs sorties pour les hâter dans leur fuite et de l'acheter pour lui éviter une fin plus funeste... mais ce n'était pas le genre de Motoo. Même si cela aurait certainement pu l'aider dans sa quête.

- Elles se sont enfuies, et si elles ne se sont pas fait attraper par la suite, je dirais qu'elles sont libres et saines et sauves.

Il essuya la crème de ses mains avec sa chemise et rangea le matériel. Des soins. Des soins et de la nourriture, voilà ce dont manquaient ces nekos. Il ouvrit la bouche pour formuler une proposition, mais la referma aussitôt. Le neko n'avait, à juste titre, aucune confiance en lui. Jamais il ne risquerait la survie des siens, c'était évident pour Motoo. Il soupira avant de reprendre.

- Est-ce que tu accepterais que je t'examines ? Et que je te fasses éventuellement des vaccins mineurs ? Je ne te ferais rien sans ton complet accord, mais cela te protègerait des maladies. Et me permettrait de soigner celle que tu as peut-être déjà.

Il attendait sa réponse, à la fois inquiet et excité par celle-ci.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Dim 6 Sep 2015 - 2:51

Même s'il me demande mon autorisation, je ne peux pas le lui refuser, sous peine de me ramasser, sous une forme quelconque, plus endommagé qu'avant, et pour le bien de mes proches, je ne le veux pas. C'est donc sans broncher que je subis les quelques interventions de sa part, ne sourcillant à peine lorsqu'il m'applique les points de suture. J'ai l'habitude, depuis tout ce temps, à force de me bagarrer avec mon meilleur ami, ou bien en faisant des raids contre les humains au nom de mes parents, décédés, de ma sœur et des nekos insoumis. L'air empestait des odeurs d'alcool et de désinfectant, deux odeurs que je ne trouve particulièrement pas très agréables, pour un nez plus raffiné et développé d'un neko. Mais j'endure, car je dois le faire afin de retrouver un jour ma petite Suzue.

Malgré dans quel état je suis, et dans quelle position fâcheuse où je me trouve, un sourire s'étire sur mes lèvres, dévoilant mes canines de chat. Non pas un sourire méchant, mais plutôt un sourire de soulagement à l'idée que ma charmante Su et notre amie Mado est toutes deux survécu. Je savais bien que ma sœur était très rusée et assez maligne pour se sortir de là, surtout sans humains dans les parages. Malgré son corps plus frêle, elle se débrouille bien, et je l'admire pour cela. Sans m'en empêcher, je laisse sortir un soupire de soulagement. Elles sont saines et sauves, ce qui veut dire que j'ai des chances de les revoir. Savoir que le lien qui relie le frère et la sœur depuis toujours amènerait immanquablement Suzue pour me sauver, comme elle essaie depuis des semaines de trouver le moyen de sauver Tak.

Un instant je pense ne pas le croire, car il pourrait dire n'importe quoi, le manipuler. Pourtant, j'écoute, et son ton de voix, tout en s'occupant de mes blessures ne montre pas d'intérêt pour la manipulation, seulement un échange d'information, et je ne perçois aucun mensonge dans son ton. Sans compter que les faits semblent concorder avec ce que je me rappelle, et c'est plutôt juste.

Je regarde l'humain, lorsqu'il me demande la permission de m'examiner. Que souhaite-t-il faire par là? Je vois bien qu'à la base, il pose bien des bandages et fait de bons points de suture, mais je ne sais toujours pas à qui - ou plutôt à quel genre d'humain - je m'adresse. Un médecin? Peut-être, mais pourquoi tous ces tests. Il pourrait se procurer n'importe quel neko des fourrières, mais me prit à la place. Je sais bien que je suis chanceux d'être ici, plutôt qu'avec l'humain hunter. Lui, il n'aimait carrément pas les nekos, ça transparaissait.

Mais il n'empêche, donner la permission de me faire mettre plein de trucs dans le corps. Les autres ne m'avaient-ils pas dit que le virus avait été implanté dans un neko, à la base? Et s'il me mettait plein de trucs pas très nets? Pas évident comme choix, mais avec ce collier, impossible de réellement dire non, s'il me les met de force, ce n'est pas gagné non plus.


- Pourquoi te faire confiance pour ça? N'est-ce pas un humain, à la base, qui a propagé le virus? Qu'est-ce qui me dit que tu n'essaies pas de faire la même chose, un virus mieux développé, plus violent pour nous? Et si je décidais de refuser, tu me grillerais avec ce machin?

Je pointe le collier dans mon cou. Oui, les choix étaient vraiment restreins. Mais mon objectif est maintenant plus précis. Survivre pour ma petite Suzue, et faire en sorte de la revoir. Je pousse un second soupire. Même si j'ai une forte constitution, si son vœu de me retirer certaines maladies, cela pouvait être un plus pour plus tard. SI Tak et Suzue avaient été là maintenant, ils penseraient tous deux que je suis trop ouvert d'esprit. Mais pour l'instant, je n'ai que ça à faire. Et mon calme naturel me pousse pareil en se sens, ne pas faire de bêtise, et attendre le moment propice.

-Alors soit, j'accepte, mais à condition que tu m'expliques ce que tu es, et tout ce que tu comptes faire dans les détails, même si je sens que je ne comprendrai pas tout. Et encore une fois, un geste mal déplacé de ta part et c'est toi qui aura droit aux nombreuses "examinations "…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Dim 6 Sep 2015 - 9:51

Il semblait clairement rassuré de savoir les femelles libres. Motoo souriait et observait l'hybride avec attention. Il n'avait jamais pris le temps de vraiment discuter ou observer un hybride, sauf avec Kaiin. Même si au laboratoire il fallait observer les nekos pour évaluer l'effet du virus, il laissait généralement ce travail aux assistants, se contentant de surveiller leurs notes attentivement. Kaiin lui avait déjà prouvé qu'il pouvait se montrait aussi intelligent, voir plus, que beaucoup d'humains qu'il côtoyait. Ce neko montrait plus d'attachement aux femelles qui l'accompagnait qu'il ne montrait d'intérêt pour sa propre personne. C'était intéressant à observer, même si la plupart de ceux qui oeuvraient pour la protection des nekos leur hurlaient depuis longtemps haut et fort. Cependant, même si Motoo aurait pu rejoindre certaines de leurs idées, l'égalité humains nekos était un but inaccessible et posait un tas de soucis très similaires aux problèmes actuels.

Motoo soupira, rangeant l'ensemble des fournitures, en entendant le neko parlait du virus et de sa crainte, justifiée, qu'il puisse lui injecter tout un tas de produits néfastes. Non pas qu'il envisageait de le faire, mais qu'il aurait pu le faire s'il l'avait souhaité.

- Le virus n'aurait jamais dû sortir des laboratoires. C'est effectivement une humaine qui en est la cause, en voulant apporter son aide au neko Zéro qui s'est enfui et à propagé le virus.

Il se leva et rentra dans la maison, télécommande toujours à la main, la trousse de secours dans l'autre, laissant l'hybride tout en espérant qu'il n'en profiterait pas pour tenter une fuite. La portée de la télécommande était longue, mais cela n'aiderait en rien la confiance.
Il ressortit, une sacoche débordante à la main et la posa sur le banc. Il en sortit plusieurs boites fermées, qu'il tendit aux nekos.

- Je n'actionnerais pas le collier si tu refuses. Chacune de ses boites contient un vaccin. Tu sais lire ? Si oui, tu ne comprendras probablement pas tout, mais l'essentiel et tu verras que ce ne sont que des vaccins destinés à aider ton organisme à lutter contre ses maladies s'il les rencontre.

Il déposa le tout dans les mains de l'hybride, ou sur le banc. Il sortit une autre seringue de son sac, celle-ci déballait et la présenta à l'hybride.

- Celle-ci contient un vaccin contre le virus dont tu parles. Il est efficace... mais dangereux. Je n'ai pas prévu de te l'injecter, sauf si toi tu le demandes... mais je ne te le conseillerais pas.

Il rangea la seringue soigneusement et attrapa une vieille chaise pour se placer face à l'hybride. L'immense neko ne lui faisait pas confiance et s'était justifié. Ce qu'il allait lui dire était risqué, mais il le savait depuis longtemps : sans risque, pas de gain.

- Tu veux savoir qui je suis... Je suis Murakami Motoo. J'ai travaillé sur le virus et je suis même celui qui en cause dans l'idée de sa création.

Il garda un instant le silence et en profita pour allumer une cigarette, observant les réactions de l'hybride avant de reprendre.

- J'ai perdu de vue mes objectifs et suivi bêtement les idées d'un ministère stupide. Le virus n'était normalement qu'une solution extrême pour résoudre un problème contre lequel il ne voulait pas lutter auparavant. Le virus n'aurait jamais dû être propagé.

Il soupira et inspira une bouffée de fumée toxique de sa cigarette.

- Le problème de base est votre condition de vie, à tes semblables errants comme à ceux ayant un propriétaire d'ailleurs. Vous réprésentez un risque épidémique pour les vôtres comme pour les humains, du fait que vous ne recevez pas les soins de base nécessaires et que vous vivez généralement dans des conditions idéales pour la prolifération des virus et des infections.

Il sortit un stétoscope du sac, qu'il garda à la main, tout en continuant de parler.

- Même maintenant que ce virus est en liberté, ils ne veulent toujours pas prendre de mesure vous concernant, pour limiter sa propagation et permettre les soins. La solution aux problèmes de base est pourtant simple : vous offrir les soins nécessaires à votre bonne santé et forcer les propriétaires de nekos a vous les prodiguer et à garantir les bonnes conditions pour que vous conserviez une bonne santé, pour le bien de l'humanité... et le vôtre au final.

Il avait exposé son point de vue sur la situation, avec une froide indifférence mêlée étrangement à une certaine passion. Il n'avait pas enjolivé les choses : son but n'était pas simplement le bien-être des nekos, et il n'avait pas tenté de le faire croire aux nekos. Il était resté sur une exposition des faits et des problèmes et n'avait présenté que ses propres vérités. Quand il avait contacté le ministère pour la première fois, il ne l'avait pas fait pour l'éradication des nekos, mais pour que chaque propriétaire de nekos ait l'obligation d'un certain nombre de soins les concernant. Il ne l'avait pas fait pour le bien des nekos, uniquement pour celui des humains. Un peu comme, presque un siècle auparavant, certains pays avaient rendus le vaccin de la rage obligatoire, non pour protéger les animaux, mais pour protéger les humains les côtoyant.
Il restait à voir si le neko acceptait ses propos et si sa franchise atteignait son but. Ainsi que de vérifier s'il savait lire. S'il ne savait pas, cela compliquerait forcément les choses...

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Jeu 10 Sep 2015 - 17:36

Je secoue la tête, bien bête de penser que cela pouvait ne pas être la faute des humains, mais pourtant, c'est le leur. Quoique cela leur en coûte. C'est leurs erreurs, donc à eux de la réparer. À la base, le virus n'aurait jamais dû voir le jour, j'en suis sûre. De savoir que ce fameux neko a pris la "fuite " n'est qu'un dommage à la suite. Je rabaisse mes oreilles, un peu déçu de la méchanceté des humains;

- À la base, les humains n'auraient jamais dû fabriquer ce virus.

Je soupire, et joue à écraser le gazon et la mauvaise herbe se trouvant sous mon pied pendant qu'il va chercher une trousse. Encore une fois, j'ai l'envie de m'enfuir, mais le collier est encore bien présent dans mon cou, alors que l'humain, la manette bien présente dans sa main. J'attends donc qu'il revienne. Une boite dans la main, il se rassoit près de moi et m'explique. Je n’ai pas envie, mais pas le choix nécessairement. Et si c'est un espoir que les nekos - et donc ma sœur et mon ami - puissent guérir, alors je me dois de la prendre. Et puis, quelques petites aiguilles remplies de liquide ne devraient pas trop me tuer non?

- Oui, je sais lire, dis-je, quelques fioles dans ma main, puis, murmurant plus pour moi-même, je poursuis. Ma sœur m'a appris à lire, elle était si patiente…

Ce court et touchant souvenir est cependant gâché par l'aveu de l'humain. Sous le réflexe, je saute sur mes deux pattes, renversant les fioles sur le gazon. Oreilles baissées et poing fermement serré, je souhaite de tout cœur pouvoir frapper l'humain devant moi. Ce meurtrier. Que lui ait-il passé par la tête pour créer une telle abomination? Frustré, mais ne voulant pas subir un choc, je respire quelque coup avant de me rassoir, mais toujours tendu. C'était un rare moment dans ma vie où je peux dire qu'il pouvait être possible que je saute un câble, moi qui suis habituellement calme. Mais les humains utilisent souvent cette expression; ce qui est fait est fait. Respirant toujours par le nez, j'écoute d'une oreille peu attentive le reste de la conversation.

Enfin, ne sachant pas si je devais me montrer enrager ou non, je continue à prendre plusieurs bonnes respirations, inspirant dans le même fait la fumée nauséabonde de la cigarette. Sans que je regarde l'humain, c'est d'une voix plus ou moins maitrisée, emplie de douleur, mais aussi de colère, de fureur, et de frustration, que je poursuis;


- Bonne condition… vous ne voyez que le bout de votre museau. Les humains ne nous accorderont jamais… mais jamais… la possibilité d'avoir des soins. Ma sœur le dit souvent. Les soumis, peut-être… ceux qui obéissent, peut-être vous suivrons… mais jamais… jamais nous, les insoumis, ne nous permettrons de tomber dans ce piège. Vous nous avez créé, réduit en esclavage, privé de droit, de privilège et de liberté, c'est vous, les humains, qui contribuent à nos conditions… pas nous. J'ai plus confiance aux humains que quelques-uns de mes proches. Mais vous vous démenez tellement dans vos démarches contre nous que je perds de plus en plus confiance, et me dit que ma sœur à peut-être raison sur plusieurs points...

Je ramasse les fioles tombées aux sols, mes grosses mains jouant nerveusement avec les fioles. Cela ne me plait pas, et comme j'aimerais être avec ma petite sœur! Sans me rendre contre, je commence à parler d'elle, de temps à autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Ven 11 Sep 2015 - 14:28

[HRP : hummm... je suis mitigé sur la qualité et el contenu de mon rp ^^'
Mais surtout : si Ryoko veut frapper Motoo avant la fin du rp.... diis le moi je modifierais xD]


Sa réaction aux aveux de Motoo fut brutale. Toute vérité n'est pas bonne à dire. C'était ce que disait souvent son père. Le scientifique n'avait jamais été d'accord. Et il ne l'était toujours pas. Toute vérité se dévoile un jour et s'il avait pris le risque de cachr celle-ci à l'hybride, celui-ci l'aurait appris un jour ou l'autre, ne serait-ce que par sa réputation. Et là, la réaction aurait été pire encore.
Motoo pouvait comprendre sa réaction. Non. En réalité, non. Il en était incapable. Non pas parce qu'il était insensible aux sorts des nekos, mais parce que, si le sort de la population, des humains dans leur masse, lui importait, celles des individus le laissaient totalement insensibles. En dehors de sa mère, toutes les personnes qui l'entouraient pouvaient bien attrapé ce virus sans que cela ne le perturbe davantage. Il ne pouvait pas comprendre.

Le voir se forcer à se calmer lui fit grincer les dents. C'était étrange, chez un personnage dominateur, et un véritable oppresseur selon certain, de ne pas supporter de voir les autres rendre les armes si vite. Il avait un instant été persuadé que le neko allait le frapper, mais rien. Il s'était arrêté et avait cédé. Cela l'énervait d'autant plus que cela signifiait qu'un mur venait de se dresser entre eux, et que son plan était voué à l'échec. Ce fut pourtant sans réfléchir à tout cela qu'il tendit la télécommande du collier au neko.

- Si tu veux me frapper, fais le.

Spectateur de la scène, il aurait sûrement éclaté d'un rire moqueur de voir un humain se livrer à un neko rebelle immense qui n'avait sûrement qu'une envie, le mettre en morceau. Il s'injuria lui-même : depuis sa rencontre avec ce foutu neko insupportable et l'incident au Tsubasa Palace qui lui avait valu un repos forcé, il agissait stupidement. Une part de lui lui soufflait malgré tout que c'était un bon moyen pour obtenir un peu de confiance de l'hybride. Un bon moyen pour se faire tuer également. Il lâcha le sac sur le sol et se releva brutalement pour faire face à l'hybride.

- Me tuer ne fera pas disparaitre le virus, n'améliorera pas vos conditions de vie, et à vrai dire, rendra certainement très heureux bon nombre d'humains qui ne seront véritablement jamais vos amis.

C'était certain, sa mort ferait des heureux. Des heureux chez les défenseurs des nekos certains de voir disparaitre un homme vil et cruel. Des heureux chez les possesseurs de nekos, qu'il n'ennuyerait de ses commentaires acerbes. Des heureux chez ces collègues qui n'auraient plus à supporter son infâme caractère. Mais surtout... des heureux au gouvernement, qui ne craindraient plus de voir l'incontrôlable scientifique offrir au monde les précieux secrets qu'ils ne voulaient pas voir ébruités.
Motoo continuait de fixer l'hybride droit dans les yeux, tout en s'attendant, à un moment ou à un autre à finir par terre ébranlé par un coup, ou plusieurs.

- Les humains ne laisseront jamais les nekos errants et rebelles accéder à des soins sans les capturer. Mais je ne suis pas LES humains.

Il s'exprimait avec une certaine hargne, provoquant le neko sans même s'en apercevoir.

- Je vais être totalement franc avec toi : je n'en ai rien à faire de vos rêves de liberté, tout comme je n'en ai rien à faire d'une bande de crétins stupides qui achètent des hybrides pour assouvir leurs incommensurables besoins de pouvoir. Je suis d'accord avec toi, le virus n'aurait jamais dû être créé. Tout comme les nekos. Je ne vais certainement pas te promettre de vous protéger, et encore moins d'oeuvrer contre ces imbéciles pour votre liberté.

Toute vérité n'est pas bonne à dire. Peut-être Motoo aurait-il dû ressasser les mots de son père avant de parler et d'exprimer si simplement à cet hybride que, non, il n'était pas leur ami, ni leur allié, au risque de voir le neko l'envoyer au tapis sans autre forme de procès. Pourtant, il continuait, sur un ton froid et provocateur, mais plus hargneux et passionné que le scientifique blasé n'avait l'habitude d'être.

- Je n'ai cependant pas plus d'intérêt à vous vendre et à vous faire capturer, même si je le pourrais, pour que vous soyez adopté par des demeurés qui ne comprendront pas pourquoi vous tomber malades quand ils ne vous nourrissent pas, qu'ils ne vous vaccinent pas et qu'ils vous font parfois vivre dans des conditions où eux ne tiendrait pas une semaine. Je ne cherche pas à vous offrir la sécurité, ni même à devenir votre ami. La seule chose que je te propose, c'est des soins, pour toi et les tiens.

Il s'écarta de l'hybride et toujours indifférent au potentiel danger qu'il représentait, se baissa pour ramasser le sac au sol. Sans même regarder le neko, il ajouta implacablement.

- Et non, je ne te le propose pas parce que j'ai pitié de vous, mais uniquement parce que ce sera peut-être la première pierre pour éviter des épidémies mortelles dans le futur. Bien plus mortel que le virus que nous avons créé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Ven 11 Sep 2015 - 17:07

La cigarette prend le bord, et alors que je ne m’attends à rien de sa part, voilà qu'il me tend la télécommande que je prends par réflexe, afin de fuir tout danger d'avoir un choc. Mais voilà, ça ne s'arrête pas là. Même si j'ai eu le goût de la frapper pour la mort de mes proches, je ne l'ai pas fait, mais surtout, je ne le ferai pas. Pas tout de suite. Pas fait parce que je crois encore que certains humains peuvent nous être utiles, et même s'il a tué indirectement ma famille, il peut être encore utile, si on fabrique quelque chose, on peut créer son opposé, non?

Mais cet humain est suicidaire, vraiment. Me donner le moyen de m'enfuir tout en le laissant se frapper. Mais je suis trop gentil pour le faire, et comme il le dit, sans lui, pas d'anticorps, et plus de virus. S'il meurt, nos chances d'avoir un moyen de contrer la mort sont réduites. Il se lève d'un coup. Je crois qu'il pète un câble lui. Les humains sont comme nous les nekos, esclaves de leur passion, de leur colère. J'ai l'impression d'avoir Tak devant moi. Je ne me laisse pas démonter, mais le ton qu'emploie l'humain commence à me déranger sérieusement.

Sans véritablement me rendre compte, je laisse de nouveau tomber les fioles au sol pour me retrouver à la même hauteur que lui. Non en fait, je le dépasse, alors je baisse les yeux. La manette dans ma main, je pourrais tellement en profiter, mais non, je le laisse finir sa tirade, tirade qui commence à m'énerver. Cet humain est totalement stupide. N'aime pas les nekos, n'aime pas les humains! Il aime qui alors? Son père? Non, sa mère? Le pauvre.

Plein de mots, et plein de phrases, mais tous semble vouloir dire la même chose. Il déteste tout le monde, n'estime personne. Ni neko, ni humain. Je crois que c'est avoir un vrai égo. Mais gigantesque! J'en connais des gens comme ça. Sans le vouloir, il regarde tout le monde de haut. Malgré tout, il montre de l'intérêt pour certaines choses. Il ne veut pas œuvrer pour nous, mais il ne veut pas qu'on se fasse bêtement capturer, et qu'on ait des soins. Cet humain est vraiment dur à comprendre!

Je grogne de frustration devant l'humain, qui ne pense qu'à sa propre personne. Mais tant pis, c'est son choix. Le mien est fait, et c'est de protéger les miens. Avec son sac dans les mains, il ne daigne pas me regarder, mais je me déplace face à face de lui, et lui prends le collet du chandail.


- Tu sais quoi, l'humain. Tu es un imbécile. Un vrai imbécile finit. N'aime personne, ne fait confiance à personne, tu vas te faire des ennemis partout. Je n'imagine pas ce qui t'arriverait si tes proches t'entendaient, si bien que tu en as! Tu veux que je te frappe, que je te tue? Penses-y même pas, ça ne m’intéresse pas. Je suis certain qu'à t'entendre, il y a plus de monde qui souhaite ta mort que moi, ils feront le boulot à ma place. Je suis peut-être pas aussi intelligent que toi, ni même des autres, mais j'ai comprit que malgré tes RÉTICENCES, et ton "je-m'en-foutisme " tu essais PAREILLE de nous aider. Et ça, je ne peux pas passer à côté de ça. Contrairement à TOI, MOI, je prends soins des miens, de mes proches, car je l'ai AIME. C'est ça la loyauté. C'est une qualité que tu devrais apprendre, elle te permettra de rester en vie plus longtemps!

Je lui montre alors la manette, maintenant dans ma main, et lâchant enfin le collet, je lui fais un merveilleux sourire.

- Bon, maintenant, si tu n'es pas trop frustré de mon caractère, peut-être pourrions-nous reprendre? C'est une question de temps que tu as, avant qu'on vienne me chercher. Et tu es seul, maintenant, non pas entouré d'humain Hunter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Ven 11 Sep 2015 - 21:17

Ce fois, le neko eut une réaction plus brutale. Soulevé par le col, Motoo fut surpris et écouta le discours du neko déchainé. Il aurait éclaté de rire devant ce neko qui l'avait plutôt bien cerné. Il n'aimait personne réellement et s'intéressait à peu de monde. Il n'ignorait pas qu'il y avait des gens intéressants dans ce monde, il en avait déjà rencontré. Une grimace passa furtivement sur son visage. Ca l'ennuierait que Philibert attrape cet saloperie de virus. Même plus encore. Il chassa cependant cette idée de son esprit : certes, discuter avec ce neko avait été distrayant et même intéressant, mais cela restait un neko !
Le neko le relâcha enfin en lui parlant de loyauté. Cette fois, une sourire s'installa clairement sur son visage. Et la dernière réplique du neko le fit rire carrément.

- Je préfère ce caractère là. J'ai horreur d'avoir à faire à des personnes molles, disciplinées et.. soumises !

Il remit ses vêtements en place et haussa légèrement les épaules avec amusement.

- Si tes amis viennent, on pourra leur proposer de les soigner et vacciner aussi. J'ai tout à y gagner à leur venue !

Ignorant le danger que pouvait toujours représenter l'hybride, il se baissa pour ramasser les différents vaccins que le neko avait fait tomber, ainsi que le sac, qui était finalement resté au sol. Pendant qu'il s'affairait, il reprit le plus sérieusement du monde.

- La loyauté, tout comme le respect.... et même l'égalité d'ailleurs, sont des choses qui se méritent. Je n'ai pas eu l'occasion de rencontrer beaucoup de personnes qui en étaient dignes. Moins encore qui partageaient, ou simplement respectaient, mon point de vue.

Il se redressa et posa l'ensemble sur le banc, triant les différents produits, sans un regard pour l'hybride.

- Alors non. Je ne me sens pas concerné par le sort des gens qui m'entourent.

Il se retourna vers Ryoko pour lui sourire.

- Et pour la plupart d'entre eux... je pense que tu partagerais mon avis. Et je ne parle pas seulement de la création du virus !

Il n'y avait qu'à penser à Ursulator, qui usait et abusait des nekos et qui avait voulu lui emprunter, ou lui acheter, Philibert pour tenter une reproduction avec l'une de ses femelles. Ou les gens du ministère qu'il cotoyait, qui considéraient les nekos comme un produit de consommation vitale à l'économie du pays et n'envisageaient certainement pas de les affranchir. Pas plus qu'ils ne se souciaient de leur santé. Un neko qui mourrait, c'était un neko que les gens remplaçaient, faisant ainsi tourner l'économie. Comme un simple lave-linge ou un ordinateur. Au final, ils n'avaient proposé le virus que pour pouvoir agir en cas de grosses épidémies... ou de rébellion. C'était sûrement plutôt ce second point qui les avaient décidé, ce que le jeune Motoo n'avait su comprendre à l'époque, trop heureux d'être enfin pris au sérieux.
Il se réinstalla sur le banc en soupirant et en s'étira en considérant le neko. L'immense hybride se présentait comme moins intelligent que lui. Il parlait souvent de sa soeur, très certainement la neko rose et la présentait comme patiente, et apparemment comme plus intelligente. Que ce soit elle ou lui, il avait sûrement du poids chez leurs pairs. Il était bien tombé. Même si cela s'avérait tout autant dangereux. Il jeta le sac plein vers l'hybride.

- Moi je te fais une proposition. Vous l'acceptez, ou vous la refusez. Si vous acceptez, c'est gagnant-gagnant. Vous bénéficiez de soins, de vaccins pour vous protéger, de médicaments sans jouer les petits expérimentateurs et sans avoir à aller les voler. Et moi, je gagne l'assurance que vous soyez en bonne santé et ne deveniez pas le nid d'une épidémie. Epidémie qui nous débarrasserez sûrement de bons nombres de crétins, mais des autres et des enfants.

Il se releva pour fouiller dans ses poches et en sortit une clé qu'il jeta au neko.

- Les clés de ton collier. Si tu préfères refuser et partir, vas-y. Moi je n'ai rien à perdre. A toi de voir.

C'était la réalité. Il n'avait rien à perdre, même si le départ de l'hybride l'irriterait très certainement.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Dim 13 Sep 2015 - 0:59

Mon sourire s'élargit à la pensée que je pouvais être "mou, discipliné et soumis ".  S'il y avait bien une chose que les insoumis n'étaient pas, c'était bien ça. Et j'en fais partie. Pourtant, la télécommande dans ma main, et le pouvoir de la vitesse et la force, pourquoi je ne quitte pas? C'est pas de la soumission que d'envisager un moyen d'aider ses paires - malgré un risque calculé de "coopérer " avec des humains, l'humain, en fait.

Un risque que je prends, car je sais que peu de mes proches nekos ne prendraient qu'en cas les plus désespérés, et encore. Cette ouverture d'esprit que j'ai encore pour les humains m'aide beaucoup, même si ma jeune sœur n'apprécie pas vraiment.

"Un jour ça va te causer des ennuis, de trop faire confiance aux humains….

Mais, en même temps, les rebelles sont trop peu nombreux pour faire face aux humains et à leur arsenal. Ils leur faillaient des alliées, et des moyens de pression, ce que la plupart des nekos n'acceptaient pas, y comprit sa sœur. Je ris d'une voix grave à la suite de ses paroles.


- Les insoumis n'accepteront sans doute jamais de subir tout cela, surtout s'il y a un moindre risque. Je te rappel que pas plus tard qu'il y a quelques mois vous avez détruit notre foyer…

Sans plus, je me rassis sur le banc. Je n'ai plus rien à craindre de cet humain, s'il n'a pas la télécommande. En poursuivant la conversation,  je constate effectivement qu'il n'a pas beaucoup d'attachement, juste à l'idée qu'il ne serait pas peiné que certains disparaissent. Puis, j'entends sa proposition. Mes oreilles remuant de concentration de bien suivre l'entente qu'il propose. C'est alléchant, mais il n'a pas nécessairement le droit de véto, et il devrait d'abord consulter les autres, et voir le pour, le contre, mais aussi les risques. Il ne fallait surtout pas que les humains découvrent leur nouvelle cachette. Puis, sans attendre, l'humain me lance un petit objet que je peine à attraper de mes grosses pattes. J'ouvre ceux-ci, pour y découvrir une clé. La clé de la liberté, littéralement. C'est une joie, une immense joie. Souriant, je débloque maladroitement le collier, qui finit par lâcher, libérant mon cou. Mais au lieu de partir, je lui tends les trois morceaux.

- Tu as dit plus tôt que la loyauté, le respect et l'égalité se gagnaient, non? Il ne serait donc pas malin de ma part de partir ainsi, alors que je n’en ai aucune raison, puisque tu ne m'as fait aucun mal. Même si personne ne t'intéresse vraiment, je ne peux pas refuser cette "aide " que tu offres.

J'accentue mon "aide " puisque je sais que ce n'est pas ce qu'il cherchait à faire avec nous, avant tout. Même si son but est de régler un problème d'humain avant tout, cela pourrait nous avantager de ne puis craindre ce virus.

- Je retiens ton marché, il est intéressant, mais je dois consulter les autres, c'est ainsi que nous fonctionnons. Mais tu peux toujours effectuer tes tests sur moi sans problème. On verra la suite après…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Ven 2 Oct 2015 - 23:56

Il n'avait pas fui. Ni lorsque la télécommande du collier lui avait été confié, ni maintenant qu'il en avait les clés. Motoo était parfaitement conscient qu'il avait joué avec le feu. D'autres nekos rebelles se seraient enfuis et certains auraient certainement pris soin de le tailler en pièce plus ou moins longuement avant. Avait-il eu de la chance ou son instinct l'avait-il guidé ? Quoiqu'il en soit, il était plutôt content du résultat.
Il avait ri, puis affirmer que les siens ne prendraient aucun risque. C'était évident et Motoo soupira. Peut-être que tout cela était voué à l'échec. Mais qu'avait-il à perdre ? A part peut-être sa réputation, sa crédibilité scientifique, le respect de ses pairs, sûrement son emploi, et peut-être sa liberté au cours d'un séjour en prison, évidemment. Pouvait-il être poursuivi comme traitre pour avoir aider des nekos rebelles ? Il y avait peu de chances que quiconque partage son point de vue. Sauf peut-être les défenseurs, mais cela ne jouerait guère en sa faveur.

Motoo ne put s'empêcher de sourire malgré tout en entendant le neko insistait sur le mot aide. Cherchait-il à le taquiner ? L'hybride indiqua ensuite qu'il acceptait de lui servir pour ses tests.

- Les seuls tests que je veux faire sont, si tu l'acceptes, d'analyser ton sang pour...

Son téléphone se mit à sonner. Motoo jura et l'ignora.

- pour évaluer ta santé. Le reste n'...

La sonnerie ne semblait pas vouloir cesser. Il sortit son téléphone pour décrocher.

- Excuse moi...

La bouche déjà ouverte il s'apprêtait à accueillir avec toutes les bonnes manières de Murakami Motoo, mais fut stopper dans son élan et soupira bruyamment.

- Si je te dis non, tu vas insister et ça va me prendre encore plus de temps, n'est-ce pas ?

Ecoutant son interlocuteur, Motoo fronça les sourcils et regarda le neko, presque comme si la conversation le concernait. Il répondit froidement et sèchement à celui qui l'importunait.

- Et que je t'ai acheté quatre fois le prix habituel. Et quoi ? Tu as finalement réussi à attraper ses deux copines et tu voulais savoir si j'étais toujours intéressé ?

Les questions qu'il posait devait sûrement aiguillé son invité sur l'origine de l'appel. Motoo commença à s'impatienter, roulant des yeux et s'apprêtant à demander au chasseur d'en venir là où il voulait en venir, puis se mit à sourire et se retint visiblement de rire. Il fit soudain preuve d'une excitation surjouée.

- Si je comprends bien, tu veux que je te prête le neko que je t'ai acheté quatre fois le prix habiturel.
Pour lui injecter une puce qui sort d'on ne sait où.
Pour ensuite le relâcher dans la nature, et tenter de capturer tout un groupe de véritables rebelles, alors que vous n'avez pas su capturer 4 pauvres nekos offerts sur un plateau, dont deux qui venaient de la fourrière et n'aurait pas fait de mal à une mouche ?
Oui pourquoi pas !


Il ne lâchait pas le neko du regard. S'il eut pu mettre le chasseur sur haut parleur sans qu'il ne s'en doute, sans doute l'aurait-il fait. A la place, il se contentait de transmettre l'ensemble du plan qu'on lui présentait en se moquant de son interlocteur. Son visage se fit aussi dur que le ton froid de sa voix.

- Ma réponse est non. Tu crois vraiment que je t'achètes un hybride à un tel tarif pour que toi et ton neko assistant débutant fassiez mumuse avec ensuite ?

Evidemment, Emmett n'allait certainement pas le lâcher si simplement.

- Tu as raison. Je l'admets. J'aurais dû ramasser cette seringue.

Il aurait presque pu paraitre désolé, s'il n'avait pas continué avec un aplomb sans faille, laissant aucunement le temps à son interlocuteur pour placer ne serait-ce qu'un mot.

- Mais il me faut aussi admettre qu'elle ne serait jamais tombé si un chasseur surexcité comme un gosse ne m'avait pas jeté l'hybride dessus sans attendre que je ne finisses l'injection, trop pressé d'aller voir ce qu'il se passait à l'intérieur.
Je suis vraiment désolé de ne pas avoir complété les attaches, mais je suis habitué à avoir du matériel un peu moins sommaire que de simples cordes pour mon travail. Et puis je suis entré en pensant que ton neko devrait pouvoir s'en sortir avec les trois nekos emprisonnés dans les filets et une petite hybride tout frêle aux mains bien attachée.
Franchement, si tu la retrouves, elle m'intéresse ! Tu te rends compte tout de même ?! Elle a réussi à injecter le calmant à ton neko avec les mains attachées dans le dos ! Parce que je n'aurais pas l'audace d'oser affirmer que tu ne l'avais pas correctement attaché ! Je sais bien que tu es un chasseur émérite ! Et tu te rends compte de sa rapidité et de son agilité ? Pas une trace de bagarre, pas une blessure sur ton neko ! Comme s'il n'avait pas eu l'occasion de lutter tellement son attaque avait été vive ! Franchement, si ça n'avait pas été ton assistant, tellement futé en plus ! je me serais posé des questions sur sa loyauté et sur son rôle dans la fuite des nekos capturés, mais non. Non. Je n'oserais pas douter ainsi du choix de tes assistants et de tes compétences, je sais ce que tu vaux depuis que nous travaillons ensemble !


Il avait fait preuve d'une admiration exagérée en parlant de la petite neko rose. Il avait de sérieux doutes sur ce qu'il s'était passé, mais si elle s'en était réellement sortie seule, il pouvait réellement lui porter son admiration.

- Une neko comme ça, si tu venais à l'attraper, je serais forcément intéressée et la paierais un bon prix !

Motoo se mit à faire les cents pas devant le banc et sortit une cigarette. Le téléphone coincé entre l'épaule et l'oreille il dut s'y reprendre à plusieurs fois pour l'allumer. Pourquoi s'était-il montré tellement stupide à faire livrer le neko ici ? Le chasseur avait d'autres plans et Motoo doutait fortement que le neko qu'il possédait n'en fasse pas parti. Et il savait que Emmett pouvait s'avérer tenace, aussi tenace qu'une sangsue accrochée à sa proie. Il éclata soudainement de rire.

- Franchement, Emmett, qu'est-ce que tu pourrais m'offrir en contrepartie ? De l'argent ? Si tu connais la réputation de ma famille, tu sauras qu'il me faudra bien du temps pour dilapider l'héritage familiale. Des nekos ? Je ne travailles plus au laboratoire pour le moment, je n'aurais donc que faire d'une multitude de nekos.

Il soupira froidement et continua froidement et les plus sérieusement du monde.

- Tu veux que je sois parfaitement franc avec toi ? Et bien déjà, j'émets de sérieux doutes quand à la réussite de ton projet : tu ignores le nombre de nekos rebelles restants, il peut y en avoir 10 comme il peut y en avoir 100. Même les autorités l'ignorent, et je suis plutôt bien placé pour le savoir. Seul le plan est donc forcément voué à l'échec, à moins que tu ne paris sur la chance qu'il soit peu nombreux. Si tu engages des personnes, non seulement tu ne pourras pas être certain de leurs compétences, mais en plus tu propageras l'information... qui ira certainement jusqu'aux oreilles des rebelles eux-même. Si tu as un plan, je dois avouer que je serais curieux de l'entendre, car pour le moment, je n'en vois pas. Ensuite...

Il s'arrêta et toussa, autant à cause de sa cigarette qu'à cause de la poussière de la maison.

- si je refuse l'opération, c'est que j'ai moi-même un plan prévu pour ce neko et, tu m'en verras désolé, tu n'en fais pas parti. Cela ne change rien au fait que je serais toujours intéressé par les nekos que tu auras à vendre, je serais par contre plus sélectif, mais le prix payé sera en conséquence.

Il écouta Emmett finir en grimaçant légèrement. Une fois que ce dernier eut raccroché, il jeta le téléphone avec rage et jura, énervé.

- Et merde !

Il était rare que Motoo laisse libre court à ses sentiments, encore moins lorsqu'il n'était pas seul. Cependant il était encore plus rare qu'il se fasse prendre au piège ainsi. En règle général, tout ce qu'il faisait été savamment planifier, même ses plans dragues, et il savait déjouer les pièges sur son chemin. Mais cette fois-ci il avait agi sur un coup de tête sans prendre le temps de réfléchir.
Il inspira profondément en passant sa main sur son visage. Même si le neko partait maintenant, il n'était guère certains que ces petits amis ne viennent pas tout de même avant qu'il ne puisse les prévenir. Il était presque certain que le chasseur viendrait trainer dans le coin. Il finit par se retourner vers l'immense neko en désignant le sac.

- Oublions tout ça un moment. On a un problème bien plus sérieux...

Il soupira et se laissa quasiment tombé assis par terre face à l'hybride. Il inspira une longue bouffée de sa cigarette comme si elle pouvait le calmer tout en sachant qu'il n'en serait rien.

- Tu as dû le comprendre, mais le chasseur qui était à la fourrière et qui t'a capturé a apparemment l'intention de tenter un gros coup pour capturer les tiens. Il voulait t'utiliser, mais j'ai refusé. Il a apparemment d'autres plans que j'ignore, mais je connais suffisamment le personnage pour savoir qu'il est tenace et qu'il ne lâchera pas l'affaire. Et je suppose qu'il imagine que les tiens viendront à ton secours et finira forcément par venir trainer ici.

Il avait parlé rapidement, sans entrecoupé son discours ne serait-ce que pour respirer, comme si exposé le problème allait en apporté la solution. Ou aussi vite qu'allait le flux de ses pensées. Il continua de la même façon, comme il le faisait parfois seul avec lui même lorsqu'il travaillait, exposant tous les faits et toutes les hypothèses, tentant de trouver la faille de son raisonnement qui permettrait d'établir un plan pour atteindre la solution.

- Tu n'as aucun moyen de contacter tes amis rapidement je suppose. Et je suppose aussi que même si tu partais à l'instant même, il n'est pas certain que vous ne vous croisiez pas sans le savoir et qu'ils se retrouvent ici, près à tomber dans un piège.

Il soupira d'exaspération. Même s'il quittait les lieux tous les deux, aucune certitude qu'un neko ne viendrait pas tomber dans les filets du chasseur.

- Ce n'est pas dans mon intérêt que vous tombiez dans les mains d'un chasseur. Encore moins dans celles de celui-ci. Même si mon but n'est pas de vous libérer, des nekos comme vous finirez très certainement chez les pires humains qui puissent exister... ne serait-ce que parce que ce foutu chasseur de pacotilles n'ayant pas de permis, il ne pourra pas passer par des voies officiels....

Motoo s'arrêta enfin de parler, jaugeant le neko, cherchant à déterminer si celui-ci voyait une issue que lui-même ne percevait pas. Après tout, trop d'éléments lui échappaient : le plan du chasseur, comment cette idée de chasse lui était venu, l'organisation des nekos rebelles, les risques de les voir débouler ici, la rapidité de leur réaction, leur capacité à retrouver le scientifique.
S'il avait planifié son plan avant d'agir, rien de tout cela ne se serait produit. Il aurait pu déjouer les plans du chasseur, ou tout au moins ne pas risquer d'en faire parti indirectement. Sa cigarette terminait, il en alluma immédiatement une autre. Il lui fallait se calmer, retrouver son sang froid et réfléchir posément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Ven 9 Oct 2015 - 21:32

Bien décidé à prendre mon propre chemin pour aider la cause des nekos, mais aussi de ma petite soeur, je décide de prendre ses tests. Le pire qu'il peut m'arriver, c'est d'être malade, le meilleur des cas, immunisé contre le virus qui tue tant de mes semblables, à commencer par mes parents, dans le passé. Je comprend donc que je dois poursuivre, et donc faire une certaine confiance à l'humain devant moi. Alors qu'il commence à m'expliquer ses plans, son téléphone sonne, et il finit par y répondre.

Je commence donc à lire tranquillement les différentes bouteilles en attendant, mais le regard que me lance alors Motoo ne m'inspire pas si confiance. Mes deux oreilles bien dressées sur ma tête, je les remue légèrement pour lui montrer que je peux entendre la conversation. De ce fait, attentif, j'attend que la conversation se déroule. Je ne sais pas le nom de l'interlocuteur, mais je sens que c'est le Hunter qui m'a capturé, à la fourrière. Mes oreilles tiquent légèrement à la mention de ce dernier. Mais armé de patience, je l'écoute attentivement. Je suis certain d'avoir des nouvelles. Du fait, avec un soulagement évident, ma petite Su et Mado ne se sont pas faits prendre, et sont libres. Je suis bien content.

Plus encore lorsque j'entend Motoo lancer bêtement le plan de l'autre interlocuteur, un plan précis qui pourrait aisément nous aider. Si on connait le plan de l'ennemi, tout est bien joué, dirait ma petite Su. Un sourire s'élargit sur mon visage pendant cette conversation. Autant Motoo ne s'amusait pas vraiment, autant je remarque que malgré une certaine "entente" entre ces deux-là, ils ne semblent pas s'accorder pour le moins du monde.

Je me demande bien, peu après, qui est ce fameux neko assistant, je ne crois pas l'avoir vu, et si oui, je ne sais pas qui c'est, avec tous les nekos qui étaient présents. Malgré tout, je dois garder en note ce point pour en faire part à ma belle Suzue. Un neko assistant d'un hunter, ça peut être dangereux. Pour l'instant, le plus dangereux pour nous nekos - et donc pour ma soeur et Mado - c'est ce hunter, qui semble vouloir réaliser des plans pour nous retrouver et nous embarquer, pour en finir une bonne fois pour toute. Je ne sais pas pourquoi nous sommes installés là où nous sommes, mais il doit bien y avoir un raison. C'est notre dernière cachette, nous n'en avons pas encore une nouvelle. Nous devons la garder à tout prix. Il est donc impératif que ce hunter n'avance pas dans l'exécution de ses plans. Je faillis rire à la mention de l'agilité de ma petite Su. Pas forte, mais rapide et maligne. J'ai confiance en elle. Malgré tout, je me retiens. Il ne faut pas que ce Hunter m'entende, sinon, il saura que je l'écoute. Aussi j'attend, et j'écoute le reste, qui me semble moins important, mais je dois en noter le plus pareil, au cas où. Finalement, il s'assit en face de moi, plus énervé que tout. Il me déballe tout, absolument tout.


- Je sais, j'ai tout compris la conversation. C'est ce hunter qui m'a donc capturé. Je me demande qui peut bien être ce neko dont vous avez parlé...

Puis, je réfléchis, chose que je sais qu'il peut m'être difficile, mais de mon tempérament calme pour ce genre de chose, c'est sûrement plus facile pour moi que pour lui de trouver une situation. Qu'est-ce que ma petite Su aurait fait à ma place? Protéger les autres, c'est certain. Et il a raison, même s'il ne se doute pas qu'il est plus près de nous qu'il ne le pense, cela peut me prendre plus de temps aller les prévenir. Pire, c'est à supposer que ma petite Su doit déjà être entrain de me chercher. Et l'abandonner pour ensuite qu'elle se retrouve seule ici, pas question. Je dois donc rester ici. Mais en même temps, je suis donc à la merci de cet humain hunter, même s'il débarque ici. Que faire?

Soudain, je pense à quelque chose. Quelque chose dont Su m'a déjà parlé. Selon les lois concernant les nekos, il semblait bien qu'en étant la propriété d'un humain, se faire voler par un autre était considéré comme un délit, comme un vol...


- Laisse faire le plan pour l'instant, les miens doivent me chercher, mais pas en grand nombre, le risque est donc minime. Mais je ne m'enfuirai pas car je ne veux pas qu'ils se ramassent seuls ici, c'est dans mon avantage de les avertir dès qu'ils approchent. Pour ce qui est du hunter... il ne peut rien me faire non? Techniquement, je suis ta propriété... temporaire? Sans ton accord, il est dans le tort légalement il me semble non? T'as qu'à donner une preuve que tu m'as "officiellement" adopté pour que légalement, nous soyons saufs, il me semble. Ces lois sont si difficiles à comprendre parfois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Lun 14 Déc 2015 - 14:01

Fumant sa cigarette, Motoo reprit son calme bien plus rapidement qu'il ne le laissait paraître. Le naturel reprenant le dessus, il fit ce qu'il faisait ces dix dernières années : analyser, formuler des hypothèses, les infirmer, les confirmer, détecter les risques et les failles. Tant et si bien qu'il n'entendit même pas la réponse de l'hybride et sa question sur l'assistant du hunter. Malheureusement, toutes les solutions qu'il entrevoyait pour le moment avait des failles et faiblesses importantes, ou des conditions non remplies pour se réaliser.
Il soupira et observa l'hybride quand celui-ci reprit la parole. Il ne put s'empêcher d'éclater de rire en entendant les suppositions de l'hybride.

- Ce n'est pas aussi simple que cela...

Il écrasa sa cigarette en souriant. C'était pire que cela : c'était réellement beaucoup plus compliqué que cela.

- Déjà, depuis votre attentat au Tsubasa Palace, et depuis la destruction de votre ville, les règles se sont légèrement durcies. Il ne suffit plus à un neko de porter un vulgaire collier ou au propriétaire de montrer un papier comme quoi il s'agit de son neko. Tout neko doit être identifié à l'aide d'une puce électronique qui le relit à son propriétaire. Puce électronique qui est inséré sous la peau.

Posant les coudes sur ses genoux, Motoo posa son menton sur ses mains pour observer la réaction de l'hybride à cette idée. C'était une des solutions qui lui était venu également, mais il l'avait rejeté immédiatement, n'imaginant pas l'hybride acceptait une telle identification... et ayant également envisagé le risque que cela représentait pour lui même.

- Et imaginons que l'on puisse faire accepter un papier temporairement, en arguant que ton état de santé ne permettait pas une identification immédiate par exemple... cela aurait une minime chance de fonctionner... si je t'avais acheté à un autre hunter. Crois-tu vraiment que j'ai un quelconque papier prouvant que tu m'appartiens ? Ce hunter n'a même pas le droit d'en faire car n'a jamais obtenu, ou cherché à obtenir, l'autorisation officielle.

Il soupira et se releva, avant de se diriger vers l'endroit où avait atterris son malheureux téléphone. Etonnamment, celui ci était indemne. Peut-être parce qu'il était d'une excellente qualité et que Motoo l'avait doté d'une protection efficace. Il sourit en pensant qu'à la base, c'était pour survivre à la rage d'un neko, pas à sa propre colère. Il revint vers l'hybride et le fixa d'une air extrêmement sérieux.

- T'identifier à mon nom représente un risque réel pour moi. Tout ce que tu pourrais faire d'illégal, dont le fait d'attaquer un humain, me serait immédiatement reproché.

Et un hybride pucé, instable et hors de son contrôle, il en avait déjà un. Il se demande ce qu'était devenu cette petite fouine insupportable. Il chassa rapidement ce foutu chat de son esprit pour se reconcentrer sur le problème présent.

- Je suis prêt à prendre ce risque si tu le souhaites et me promets de ne pas dépasser les limites sans raison, bien que je ne saches pas ce que vaut ta parole, mais tu devras accepter l'injection de la puce.

Il commença à ranger les vaccins, ce n'était plus l'urgence du moment. Il prenait son temps, laissant l'hybride digérer ses paroles et réfléchir à ce qu'il devait faire.

- Si c'est ton souhait, je connais un... quelqu'un qui acceptera de le faire sans poser trop de question.

Il insistait sur le fait qu'il s'agissait là du choix de l'hybride et non du sien. Ce n'était pas tant pour le rendre redevable que pour pouvoir le lui rappeler lorsque celui ci lui reprocherait cet acte d'identification.

- Il faudra se rendre en ville. Nous t'achèterons également des vêtements en meilleur état et nous nous montrerons dans des lieux publique. Tu finiras sûrement à la une d'un journal, mais cela te fera gagner en liberté d'action. Emmett... le hunter. Ne s'attend probablement pas à une telle démonstration de ma part. Il n'aura pour le coup plus moyen de s'attaquer à toi directement sans s'attirer des soucis. Cela ne veut évidemment pas dire qu'il oubliera son idée de capturer tes amis.

Si Motoo n'avait jusque là pas envisagé que le neko lui serait redevable, l'idée lui traversa l'esprit malgré tout. Il ne faisait pas tout cela par pure gentilesse, et si finalement le neko décidait de ne pas le laisser mener son projet à bien il aurait pris bien des risques pour rien.

- Si je prends ce risque par contre, tu ne pourras plus refuser de t'administrer les vaccins et, même si tu pars, je te demanderais de revenir régulièrement pour vérifier la bonne efficacité des vaccins et effectués de nouvelles injections si nécessaire. Mais tu semblais d'accord, donc ca ne devrait pas être un problème n'est ce pas ?

Un léger sourire provocateur se dessina sur son visage. Le neko avait déjà accepté, et même s'il décidait de refuser finalement Motoo ne pourrait pas faire grand chose. Cependant, il tentait d'obtenir un contrat moral avec l'hybride. Il poussa la provocation jusqu'à offrir à nouveau une ouverture à l'hybride.

- Mais si tu préfères refuser, tu peux toujours t'en aller, évidemment.

Ouverture immédiate et irréversible comme l'attestait son ton et le geste qui l'invitait à partir s'il le souhaitait.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mer 30 Déc 2015 - 19:35

Je le regarde faire son petit jeu afin de se calmer, soit de prendre cette cigarette pour se la mettre à la fumée. Ma petite Su m'a toujours dit que c'était très nocif. Je la crois, car même à ma distance je sens les effluves nauséabonds que dégage cette petite cigarette de rien du tout, me faisant plisser le nez de dégoût. La fumée secondaire est pire que la cigarette, tout le monde le dit, et je n’ai pas de mal à le croire. Finalement, l'humain en question finit par sortir de son mutisme en un éclat de rire devant mes dires. Je le savais, les humains sont plus compliqués que cela.

C'est donc dans un sombre silence, morose, que je l'écoute parler des « nouvelles » règles, plus dure qu'avant. Pourtant, l'attentat avait eu lieu il y a relativement « longtemps », et puis, qu'elle est le rapport avec la ville?


- Je comprends pas… qu'à la destruction de notre maison à comme rapport aux règles plus strict? C'est VOUS les humains, qui ont détruit notre foyer. Un vrai massacre. Je peux comprendre pour l'attentat, mais là, la ville. Nous n'y sommes en rien là-dedans.. Pire, vous nous avez mit dans une tel colère, attendez-vous pas à des câlins d'amour pour ce geste!

Je secoue la tête rien qu'au frisson de tous les morts, puis les survivants, de ce carnage. Et puis cette puce, si petite, et pourtant tant détestée. Je grimace rien qu'à la pensée de cette petite chose étrangère dans notre corps. Je fixe le sol, continuant à l'écouter sur les solutions envisageables, mais rien ne semble tentant. Je secoue la tête, en manque d'idée. La seule chose qui me tente véritablement est de me venger de l'humain hunter illégal. Mais dans ce cas, il me faudra être encore plus patient. D'autant plus que, plus le temps avance, plus je sais que mes compagnons ne se pointeront pas tout de suite, attendant le moment idéal. Ce qui fait en sorte que je serai obligé de rester avec cet humain. Je soupire une nouvelle fois. Dire que dans ce cas-là, ma sœur aurait su quoi faire. Finalement, ma décision prise, je me lève et me dirige tranquillement vers l'humain, l'observant jouer avec son téléphone miraculeusement en vie.

- J'ai déjà promis d'accepter les injections, ne m'en demande pas plus. Je ne veux pas de puce, surtout si j'ai pas la garantie qu'ils s'enlèvent facilement, et surtout car je sais que certaines actions seront mal vues et je ne veux pas te donner des problèmes après ce que tu as fait pour moi. Mais je te donne ma parole, si elle vaut quelque chose à tes oreilles, que je ne ferai rien jusqu'à ce que tout soit réglé. N'a-tu pas dit que ce… hunter… était illégal? Dans ce cas-ci, ton achat ne compte pas aux yeux de votre loi. Je suis donc déjà libre de mes mouvements. Mais il va sans dire que je souhaite t'aider. Pour la survie des nekos, mais aussi pour me venger de ce hunter qui a osé essayer de faire du mal aux miens.

Je regarde un instant mes vêtements, sachant qu'il me faudrait sûrement rester quelques jours ici, ou ailleurs.

- Mais, sachant que mes compagnons ne risquent pas de venir tout de suite, tu crois qu'il me sera tout de même possible de profiter de ton argent et de ta présence pour mieux m'habiller, et pour me promener en ville?

J'affiche un large sourire innocent, certain que l'offre sera négative, mais tout de même, un neko s'essaye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mar 12 Jan 2016 - 14:01

Motoo se retint de dire que ce n'était pas lui qui avait détruit leur foyer. Si son avis lui avait été demandé, il aurait condamné les accès à la ville souterraine au lieu de l'éventrer, condamnant plus certainement encore l'ensemble des nekos y résidant. Cela, le neko n'avait pas besoin de le savoir. Probablement aurait-il conseillé de laisser malgré tout un passage, qu'ils auraient alors pu contrôler de façon strict et beaucoup plus sécuritaire que le trou béant qu'ils avaient laissé. Non pas pour permettre aux nekos de survivre, mais parce que les cadavres apportaient la maladie. Il ne put s'empêcher de se demander si la ville souterraine avait été nettoyé, mais il en doutait.
La fin de la réplique du neko le fit sourire : il n'était finalement pas bien malin.

- C'est justement parce qu'il ne faut pas s'attendre à des calins de votre part que la règlementation s'est durcie. Savoir qu'il y a potentiellement des nekos rebelles et furieux en liberté appel à la prudence.


Il observa le neko qui semblait réfléchir intensément à la proposition que lui avait fait le scientifique. Cela semblait le tarauder et le déranger. Pourtant, Motoo ne voyait pas d'autres solutions. Il écouta la tirade du neko en soupirant. Il en avais déjà accepté assez, il ne voulait pas en accepter plus, il ne voulait pas de la puce...
Soudainement Motoo éclata de rire, d'un rire jaune, alors que le neko finissait sa tirade. Etait-il vraiment stupide ?

- Tu crois vraiment ce que tu dis ?

Il ignora une grande partie de sa tirade, tout comme sa demande de vêtements et de ballades, focalisé sur l'idée farfelue que le neko avait : la vente ne valait rien aux yeux de la loi, alors il était libre de ses mouvements.

- Tu crois vraiment que parce que aux yeux de nos lois cette vente ne vaut rien alors tu vas pouvoir te promener librement ?

Motoo le fixait avec un certain mépris, qui transparaissait déjà dans ses paroles. Cela n'avait rien à voir avec un mépris pour les nekos, il portait en réalité ce même mépris aux humains qu'ils jugeaient trop stupides. Soit la majorité d'entre eux.

- La réalité est que si tu n'appartiens à personne, tu es une nuisance, potentiellement dangereuse. Tous hunters, toutes forces de l'ordre, tous agents de fourrière sera en droit de te capturer, ou de te tuer, même si tu te promènes en ma compagnie. Pour peu que l'on considère que tu n'es pas un simple neko errant, issu du marché noir ou d'un propriétaire peu respectueux des règles, tu finiras chez de plus haute autorité qui chercheront à savoir où sont les autres, peu regardant de la manière d'y parvenir.

Il secoua la tête excédé. Si tous les nekos de son groupe s'imaginaient une telle impunité, alors tout cela ne servirait à rien. Autant les achever de suite, au moins le travail serait fait.

- Pour les vêtements et les ballades, tu oublies. Si tu ne portes pas de puce, je ne t'emmènerais nulle part. En cas de contrôle, je serais tout aussi ennuyé que toi.

Motoo se mit à faire les cents pas, ramassant un objet par là, redressant un autre par ici. C'était plus machinal que volontaire : habitué à l'ordre, il supportait peu le bordel qui régnait dans ce jardin et cette maison. S'il n'avait pas été question de discrétion, une entreprise de nettoyage serait déjà venu remettre l'endroit en état. Il fulminait de voir la légèreté du neko et la seule solution réelle à leur problème disparaitre dans les rêveries inutiles de cette création dénuée de toute trace d'intelligence.

- La puce peut se retirer via une petite opération bénigne. Mais c'est toi qui voit. Soit on reste ici et on laisse le champs relativement libre au hunter, soit on te fait poser cette puce et on lui met des bâtons dans les roues. Emmett est stupide, mais pas au point de s'attaquer à quelque chose qui m'appartient. Si tu étais pucé, j'aurais légalement tous les droits de le poursuivre et il sait que c'est quelque chose que je n'hésiterais pas à faire. Mais si tu préfères prendre le risque de "rester libre de tes mouvements", ou partir, je n'assurerais pas ta sécurité et ne m'interposerait certainement pas une nouvelle fois entre vous et lui. C'est toi qui voit ce qu'il te semble être le mieux pour ta petite personne et les tiens.

Motoo n'alla pas jusqu'à dire qu'il pourrait même apporter son aide au chasseur, mais l'idée lui avait bien traversé l'esprit. Si le neko ne coopérait pas, qu'Emmett remettait la main dessus, tout son plan allait finir à l'eau, à cause de personnes stupides, comme à chaque fois. Il n'avait, dans ces conditions, plus aucune raison de mettre des bâtons dans les roues du chasseur et, dans ce cas, mieux valait s'assurer une bonne relation avec lui, qui lui permettrait d'obtenir tous les nekos qu'il souhaitait. A défaut d'avoir accès à son laboratoire, cette maison s'avérait suffisamment grande pour en monter un et il avait suffisamment de moyen pour cela. Non dérangé par des incompétents notoires plus adeptes de reconnaissances publiques et politiques que de résultats, il parviendrait très probablement à ses fins. C'était un plan qui en valait un autre, et qui valait probablement celui d'essayer de coopérer avec des nekos rebelles et imprévisibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Sam 16 Jan 2016 - 0:50

Je secoue la tête, mécontent. Bien sûr, un simple neko plus fou que les autres dans les rues, et hop! Toute la population hybride est pointée du doigt. C'est facile à dire. Mais ce ne sont que des préjugés. Je connais beaucoup de monde qui ne souhaite qu'élever leurs enfants dans la paix. Eux-mêmes ne veulent pas de cette guerre et ne combatte pas. Seulement lorsqu'ils sont menacés. Mais ça, n'importe quel humain ferait la même chose si un de ses camarades lui pointait une arme blanche au visage.

Pourtant, les humains ne cessaient de trouver mille et une excuses pour nous exterminer jusqu'au dernier, point final, et de notre côté? On se défend comme on le peut. Pourtant, rien à y faire, les humains sont toujours sur notre dos, avec un sans réglementation. Si on se fait plus violent, au bout du compte, c'est qu'en répartie, les humains aussi. Un vrai cercle vicieux.


- Pourtant, je sais que nous ne sommes pas tous mauvais. Vous nous jugez tous simplement parce qu'un seul a décidé de faire sauter quelque chose de plus. Pourtant, je connais des familles qui ne rêvent que d'élever leur petit dans la paix. Ils n'ont jamais tenu d'arme de leur vie exceptée un couteau de cuisine simpliste pour couper des légumes. Et vous? Vous nous traitez tous de kamikaze et de cannibale sans véritablement nous connaître et vous nous attaquez à la simple petite broutille, qu'avons-nous comme choix alors mis à part nous défendre?

Je hausse les épaules. Bien sûr, cet humain, même s'il m'a acheté et m'a sortie des griffes de cet humain hunter, fait lui aussi parti des humains qui veulent notre peau. Rien qu'à son ton de conversation suivant me confirme que je ne dois pas avoir trop confiance en lui, que nous sommes que des déchets, inférieurs. Mais il ne m'apprend rien de réellement nouveau excepté qu'en fait, je serai coincé ici pendant qu'il part faire des courses. Je regarde son manège et écoute le reste de sa tirade sans réellement en prendre considération du moment qu'il m'a parlé de la puce. Je croise mes bras et regarde cet humain qui semble ne pas comprendre que je suis né libre et que je le resterai.


- Alors, je resterai dans ta charmante petite maison, car je refuse de porter une puce. Qui s'enlève ou non. Que cela ne tienne, je ne souhaite pas non plus réellement me promener avec toi. Désolé, mais de mon point de vu, cela pourrait rabaisser l'estime qu'on les autres vis-à-vs de moi et de ternir ma réputation de me tenir auprès de toi. Après tout, tu es le fléau qui a créé ce virus. Rien que le fait qu'indirectement tu as tué mes parents je devrais t'étrangler. Mais je te dois un cadeau avec le hunter, alors j'avale tes médocs. Mais pour le reste, tu m’oublies, je saurai me débrouiller.

D'un autre côté, je préfère nettement avoir toutes mes libertés au cas d'un futur changeant. Sans compter que malgré cette «protection » du scientifique, je voulais à tout prit avoir ma revanche sur ce maudit humain qui a osé profiter que j'avais la tête tournée pour me poignarder dans le dos. Je veux bien qu'on en arrive a un face à face afin qu'il voit à qui il a réellement à faire. Et puis, si j'augmente les chances de le revoir, j'augmente aussi les chances de m'en débarrasser et de mieux protéger les miens. Alors qu'il s'emmène celui-là. Je fixe de mon regard déterminé cet humain un peu trop arrogant à mon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Lun 25 Jan 2016 - 0:28

Vous, vous , vous... Ce neko l'intégrait automatiquement dans le vous humain global et cela ne faisait qu'augmenter l'irritation de Motoo. C'était bien l'une des choses que le scientifique aimait le moins : être englobé dans une masse d'humains aux moyens limités et à l'intelligence étriquée. Cette sale bestiole cherchait-elle à lui être désagréable ? Il continua de l'écouter, mais sa patience s'évaporait au rythme des paroles du neko. Les dernières qu'il prononça y mirent totalement fin. Il s'inclina légèrement, mais avec un mépris total, devant le neko.

- Je suis tout à fait désolé que ma compagnie puisse vous apporter tant de déhonneur messire !

Il ramassa sèchement les derniers vaccins trainant et ferma avec tout autant de délicatesse le sac. Le sac en main, il tourna le dos au neko et se dirigea vers la maison. Un cadeau ? Ce neko pensait réellement lui faire un cadeau en acceptant les dit vaccins ? Certes, cela l'arrangeait de pouvoir tenter ainsi cette nouvelle expérience, mais cette expérience n'aurait de toute façon aucun sens si un seul neko acceptait les vaccins. C'était donc plus un cadeau pour l'hybride que pour lui même !

- Je n'ai pas besoin de ton cadeau. Considère que nous sommes quitte : j'ai indirectement pris la vie de tes parents, et dieu sait que si je n'étais pas entouré d'incompétents ce n'aurait pas été le cas, et en pénitence, je t'ai liberé du hunter. Nous sommes quitte. Tu peux t'en aller.

Il monta les escaliers. Hybrides stupides. Que croyaient-ils ? Que demain, tous les humains du pays se réveilleraient et se diraient "oh oui ! vivons en toute égalité avec ses créatures à moitié chat à moitié humaine !", qu'on leur offrirait du travail, des salaires, des logements, que leurs petits iraient à l'école avec les enfants humains. Etaient-ils réellement tous aussi utopiques ? Il s'arrêta brusquement et se tourna vers l'hybride.

- Ma grand-mère avait un chat. Une véritable teigne, que personne n'osait approché, qui crachait sur tous et semblait trouver très amusant de nous sauter dans le dos ou dans les jambes toutes griffes sortis. C'était une sale bestiole que personne n'aimait. Sauf ma grand mère. Avec elle, il se montrait tout ronronnant, acceptant de rester, un peu, sur ses jambes pour lui offrir des câlins. Pourquoi ? Parce qu'elle était celle qui le nourrissait, le soignait et le protégeait. Ce chat, lui, il était intelligent tu vois.

Il ouvrit la porte et jeta le sac de vaccins avant de la refermer et de la verrouiller. Pour le peu que cela servirait, étant donné les fenêtres brisées, mais cela n'avait que peu d'importance !

- Mais apparemment, les humains n'ont pas été capable de créer des créatures plus intelligentes qu'eux ! Que crois-tu vraiment ? Penses-tu vraiment que l'on offrira aux tiens la liberté et l'égalité ? Oh... je dis pas, dans quelques siècles, tout peut arriver... mais certainement pas du tien ou de celui de tes enfants !

Il s'adossa contre la rambarde de l'escalier, un instant étonné qu'elle ne cède pas sous son poids, et s'alluma une cigarette avant de reprendre après un moment de silence.

- Regarde la réalité des choses. Allons jusqu'à oublier les méchants qui apprécient de vous maltraitez. Imaginons que demain, un imbécile en puissance décide que les nekos seront égaux aux humains et auront exactement les mêmes droits :
- beaucoup de nekos vivent dans des familles, où ils sont nourris, logés et où ont leurs demandes simplement de s'occuper du ménage et de leurs enfants. La plupart n'auront pas les moyens de payer les services de ces nekos comme s'il était des humains et ils seront contraint de les mettre dehors.
- beaucoup de nekos vivent dans des usines et magasins, une main d'oeuvre à un coup négligeable comparés à ce qu'il faudrait payer les humains. Il suffit de les nourrir, vêtir, loger et de leur offrir des loisirs pour éviter les tensions et les conflits.
- Un grand nombre de nekos ne servent qu'à rien d'autres qu'à offrir leur compagnie à des personnes trop seuls. Certains sont instruits, parfois plus que beaucoup d'humains, d'autres savent tout juste lire et écrire.


Il inspira longuement sur sa cigarette. Biensur, il y avait des nekos maltraités, violés, torturés, et c'étaient les seuls mis en avant par les défenseurs extrémistes et décérébrés, mais il y avait aussi tous les autres, qui vivaient plutôt bien.

- Si demain, vous obtenez la liberté et l'égalité... oui, c'est vrai, de nombreux nekos maltraités seront bien heureux de leur liberté retrouvée... mais les autres ? C'est à dire, la majorité ? Ils seront à la rue, sans toit, sans nourriture, sans abri. Leurs connaissances limités pour la plupart ne leur permettra pas de trouver un emploi et, si tu n'es pas trop stupide, tu sais tout comme moi que les plus intelligents ne se verront jamais offrir des postes importants. L'arrivée des nekos a créé une vague de chômage dont on parle peu et ces humains seront trop heureux de remplacer les nekos dans les emplois qui se créeront alors. Que restera-t-il à tes semblables ? Les boulots dont les humains ne voudront pas, car trop dangereux, trop dégradants. Peut-être des boulots plus corrects... parce qu'ils accepteront tout et n'importe quoi sans se plaindre et que certains patrons seront ravis de se servir de leur détresse pour obtenir ce qu'ils veulent. On ne parlera pas de ceux qui ne savent ni lire, ni écrire, n'est-ce pas ?

Ni ceux qui n'étaient pas tout à fait correctement fini, du moins du point de vue du scientifique. Il secoua la tête légèrement, toussotant un peu après une bouffée inspirée trop vivement. Il s'exprimait avec une froideur glaciale, méprisante et indifférente. Il avait beaucoup écouté ses pseudos détracteurs à la condition neko. Ceux qui trouvaient répréhensibles de se servir des nekos pour non pas seulement assouvir les besoins primitifs de certains détraqués, mais aussi pour diminuer les frais en les utilisant pour des travaux rébarbatifs. Certains avaient même osé évoquer le chômage en avançant que si les nekos avaient les mêmes droits, ces problèmes ne se poseraient pas. Crétins dénués d'intelligence...

- Tu retrouverais donc la majorité des tiens dans la misère la plus complète. Oh oui, ils auraient la joie d'être libre ! Pas de se nourrir, de se tenir au chaud et de se soigner eux et leurs enfants, mais grâce à Dieu ils seraient libre ! Bon, tous ceux qui oppressent les nekos aujourd'hui ne se gèneraient surement pas pour les attaquer malgré tout dans une rue sombre, mais bon, ce n'est qu'un détail ! Oh et puis vous pourriez toujours continuer de voler pour manger. Au lieu de la fourrière dont vous pouvez encore espérer sortir, vous vous retrouverez en prison, dont vous ne sortirez sûrement jamais, mais les détenus seront surement ravis de prendre soin de ceux des tiens qui y seront envoyés !

Il descendit enfin les escaliers, pianotant sur son téléphone pour chercher grâce à une application les taxis disponibles. Il continua d'un air totalement détaché, comme si cela ne l'intéressait plus vraiment.

- Oh biensûr ! Vous pourrez peut-être espérer mieux dans un autre pays ! C'est pas comme si la plupart tente depuis longtemps de s'approprier le secret de l'hybridation, même ceux qui désapprouvent votre statut étrangement. Je suis certain qu'ils vous accueilleront à bras ouvert et ne tenteront nullement de faire de vous des rats de laboratoire pour comprendre comment cela est possible. Je vais faire venir un taxi, tu as besoin que je te reconduises en ville ou tu sauras retrouver ton chemin d'ici comme un grand ?

De la proposition de l'identifier pour assurer sa sécurité, il en venait à lui refuser le gite et la protection toute relative de l'endroit. Son ton hautain teinté de mépris n'attendait guère de réponse de l'hybride. On eut pu croire qu'il n'avait aucune considération pour les nekos, que ce n'était pour lui que des choses sans importances, tout au plus des sujets d'études. Au final, une seule personne, un neko aussi étrange que cela pouvait être, aurait pu nuancer cette vision. Un tel discours, un humain défenseur sans cervelles y aurait probablement eu droit également.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mer 3 Fév 2016 - 0:56

Cet humain qui semblait au début d'une assez agréable compagnie, assez pour ne pas être inquiet, semblait tout à coup avoir sauté les plombs. En un instant, il était passé d'un homme agréable cherchant des solutions à un être borné, supérieur, irritant, mais surtout, extrêmement arrogant. Sans plus un regard vers moi, cet humain se concentra sur sa propre personne, agissant et parlant un peu comme s'il était seul, le maître du monde, son arrogance sortant par les moindres pores de sa peau. Je soupire intérieurement. Les monologues qu'occasionnent certaines personnes peuvent parfois être d'un extrême ennui! Pourtant, écoutant alors que j'écoutais d'une oreille distraite, je comprenais facilement certaines parties qui me touchaient plus. La liberté des siens.

Stupide le neko qui rêve d'une totale égalité dans les années à venir. Pour la plupart, ce n'est qu'un rêve utopique, une vision futuriste plus qu'agréable. Mais pour la plupart, leur rêve se résumait à cesser de vivre dans la misère et la famine. Savoir qu'ils ne se feraient pas tirer dans le dos sans autre forme de procès juste parce que les « lois » l'autorisaient. Savoir qu'ils leur seraient possibles de gagner de l'argent, et de légalement aller se payer de la nourriture qui ne soit ni moisi, ni tourné, ou acheter un minimum de médicament pour notre bien-être.

Oui, un bien-être, même infime, serait déjà un bon début. Stoïque et fidèle à moi-même, je l'écoute exposer ses faits, vision humaine de ce qu'ils pensaient de nos rêves et de notre réalité. Je grimace intérieurement en sachant qu'il y a tant de nekos qui se plient devant des humains pour quémander leur repas de la journée. Oui, ils perdraient peut-être leur emploi. Mais la plupart d'entre eux pourraient, s'ils étaient payés, profiter de l'argent pour payer leur propre nourriture, et non pas augmenter le coût de l'humain. Même si la paye est peu, c'est mieux que rien, et c'est un début.

Le reste des paroles de l'humain se perdit en supposition. Des si, et des si, il y en avait. Je préfère vivre dans le présent, voir un peu dans le futur. J'ai confiance qu'une petite bataille à la fois, nous auront ce que nous voulons, et sachant les humains sourds à nos discours, ils ne doivent être à l'extrême opposé de savoir ce que nous voulons réellement. J'avais suivi l'humain dans ses déplacements, gardant mes grosses mains dans mes poches, le regard un peu dans le vague. Pourtant, malgré tout, son début de discours m'était resté relativement clair comparé aux autres. Être quitte, ce n’est pas ce qu'il pensait être. Pourtant, il avait le loisir de partir, revoir sa famille, les membres de sa communauté, ceux qu'il aimait. Mais au fond de lui il allait manquer quelque chose. Cet affrontement dans la fourrière lui avait laissé un brin d'inquiétude. Pas vis-à-vis du scientifique, mais vis-à-vis justement celui qui risquait de nous causer le plus d'ennuis; l'humain hunter. Son coup bas avait été des plus lâche, indigne d'un combattant. Pourtant, il était là, à se promener dans les rues de Tokyo, sachant qu'il a laissé échapper plusieurs insoumis. Nul doute qu'il les pourchasserait, et ça, je ne le veux pas.

Mon regard se dirige sur l'humain qui avait descendu les escaliers, et je porte une attention particulière à ses paroles, comprenant qu'il compte me laisser planquer là. Hors de question! Si je veux avoir accès à ce hunter, le meilleur moyen c'est de le laisser venir par lui-même. Mon calme apparent se fissure légèrement. Cet humain avec tout ce discours m'a laissé un goût amer en bouche. Il aurait été honteux, en insoumis – non, rebelle que je suis- de me laisser piler sur les pieds par un type comme lui. Rapidement, je m'avance vers lui pour lui barrer la route, et en profite pour lui prendre son téléphone dans les mains. Sans communication, il est coincé comme moi.


- Écoute l'humain, peut-être est-ce ton habitude de voir les choses ainsi, et peut-être crois-tu avoir raison sur quelques points. Mais tu n'es pas à notre place, tu ne peux donc pas savoir ce qui se trame dans notre tête, seulement le supposer. En ce qui me concerne, je ne sais pas comment les humains fonctionnent, mais si tu as dépensé pour moi, je ne comprends pas pourquoi tu gaspilles autant d'argent même si tu dis être riche! Pour autant, cependant, je souhaite le rencontrer ce hunter. Toi et moi sommes peut-être quittes, mais lui et moi, non. Il menace ma famille, alors je me dois de m'interposer, mais j'aurai besoin de ton aide. Tu as déjà dit qu'il serait prêt à débarquer pour nous piéger, ça serait parfait. D'ici là, je t'appartiens, dans un sens alors pas la peine de fuir tes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mar 9 Fév 2016 - 14:26

[HRP : dsl j'ai pas relu. Si tu veux que je relises d'abord.... attends ce soir xD]

Alors qu'il pianotait pour réserver un taxi, le téléphone s'échappa de ses mains. Ou, plus exactement, un gros neko sans cervelle venait de le lui arracher. C'était bien là l'attitude d'un lourdaud dépourvu d'intellect. Motoo fronça les sourcils et releva son regard sur l'hybride qui prit finalement la parole. Apparemment, le vilain scientifique avait énervé le gros chat, et il dut faire un effort pour ne pas sourire à cela. Il attendit patiemment que le neko termine puis soupira en roulant des yeux.

- C'est bon ? tu as fini ?

C'était surement malvenu de quelqu'un qui venait de faire une tirade dix fois plus longue, mais cela, il n'en avait cure.

- Ma... responsabilité tu dis ? Ma première responsabilité de propriétaire de nekos est de t'identifier et de t'enregistrer auprès des autorités. Je croyais que tu ne voulais pas ?

Il se moquait de lui, réellement, mais au final, il n'avait même pas vraiment compris de quelle responsabilité cet imbécile pouvait parler. Il se tut un instant, puis continua, pensif.

- Oh... tu veux peut-être parler d'égal à égal ?

Il le détailla des pieds à la tête.

- J'aurais eu une responsabilité, si tu avais été un chaton, mais.... de toute évidence, tu n'en es plus un. Tu as eu de la chance que je te sortes d'un mauvais pas, cela ne me charge d'aucune responsabilité. Et si tu pars sur des théories fumeuses comme quoi on est responsable de tous ceux qu'on sauve.... Resdescends sur la terre matou, les humains ne sont pas comme ça.

Il se détourna de lui, lui tournant le dos comme s'il n'avait absolument rien à craindre de lui. Il n'était pas stupide au point de penser cela, c'était de la pure inconscience de sa part. D'un autre côté, si le neko avait voulu se débarasser de lui il aurait très bien pu le laisser partir, mais il avait besoin de lui.

- Cependant, tu as raison, je dois être un peu stupide car je ne parviens pas à comprendre votre façon de penser. Nous sommes quittes, donc je dois t'aider. Vos concepts sont un peu... étrange.

Il alluma sa cigarette et tout en faisant cela, marmonna de façon à peine compréhensible "mais tout à fait humain apparemment". Evidemment, il ne s'agissait là nullement d'un compliment ! Uniquement d'une comparaison avec les humains pensant que tout leur était dû et que l'autre devait leur offrir aide, cadeau, argent, et dieu seul sait quoi d'autre.

Il tourna légèrement la tête vers l'hybride, tout en soufflant ainsi sa fumée vers lui.

- Mais toi tu es un neko non ? Alors dis moi, qu'espérez vous donc obtenir ?

Puisqu'apparemment il était si loin du compte, il était curieux de connaitre le point de vue d'un neko.


_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mar 16 Fév 2016 - 0:12

Mes bras pendaient le long de mon corps, et au plus les commentaires de l'humain se faisaient entendre, plus mes poings se serraient davantage, faisant probablement des marques de griffes dans ma paume et sur le cellulaire. J'entends d'ailleurs le bruit de mes griffes qui crissent sur l’écran. Je secoue ma tête, désespéré de l'arrogance que les humains peuvent avoir. Parfois, je viens à me dire qu'il me serait possible d'arriver à la même conclusion que Tak et ma chère sœur sur les humains, et je finis par comprendre leur colère et leur mépris à leur égard. Ils semblent tous être pareils dans leur arrogance et leur supériorité.

Il ne me voit pas cependant, ayant le do tourné pour fumer encore de cette satanée cigarette. Il va bien finir par se tuer lui-même s'il en prend autant! Pas besoin d'aucuns neko pour effectuer le travail. Mes narines frémissent à l'odeur nauséabonde si près de moi. Soudain, je tourne ma tête légèrement de côté, ne sachant pas trop comprendre le sens de l'une de ses dernières phrases. Pourtant, il insiste sur le « doit », légèrement moqueur. Et je me souviens de la phrase que je lui avais dite là-dessus. Je secoue la tête, maintenant que j'ai comprit son allusion.


- Hum… j'ai dû mal m'exprimer, si tu ne souhaites pas m'aider, tant pis. Si tu préfères, je vais reformuler ainsi; j'aimerais te demander si tu souhaites m'aider à coincer ce hunter. J'ai bien cru comprendre que tu ne le portais pas dans ton coeur. Tu n'as aucune obligation là-dessus…

Je souffle la fumée qu'il m'envoie d'un balayage de la main devant moi, ne supportant pas plus qu'il faille l'odeur infecte des produits de tabac. Mais je reste cependant surpris. Surpris qu'il me pose une question aussi directe sur ce que nous voulons. Puis après, c'est à se demander s'il ne trouverait pas le moyen de nous rabaisser encore, ou bien de rire de ce que nous voulons, ou s'en balancer tout court. Mais néanmoins, je me dois de répondre. Ma réponse à moi, pas nécessairement celle des autres, mais la mienne. Je hausse les épaules tout en m'approchant à côté de l'humain.

- C'est pas très représentatif de prendre l'avis d'un seul neko, rebelle qui plus est. Mais pour ma part, même si la liberté a un coup difficile à porter au début, je ne pense pas qu'on aura un problème à se relever tranquillement. Il y a sans cesse de nouvelles possibilités d'emploi où nous pourrions aller travailler. L'effort physique ne me dérange pas, si au bout du compte je peux obtenir un abri pour élever une famille en paix sans avoir un fusil braqué sur moi…

Soudain, un sourire s'ébauche sur mes lèvres lorsqu'un souvenir me revient. Un souvenir d'un soir au marché noir où un allié lui donna un livre; « Histoire de l'esclavage ». Un livre qu'il avait pris la peine de lire même s'il n’en avait pas comprit tous les moments. Sa petite Su aussi l'avait lu, l'ayant trouvé fort intéressant... et instructif.


- Pour ce que je sais, vous les humains, avez eu beaucoup d'esclaves par le passé. Les Égyptiens, en autre, mais l'une des plus importantes, le commerce des noirs aux États-Unis. Ils sont passés d'esclave de plantation – exporté de leur pays – à des gens libre, avec du respect et les mêmes titres que les Américains de souche. Cela a été difficile, il y a eu des guerres, des obstacles, mais ils y sont arrivés. Je crois donc qu'on peut y arriver aussi. Abolir une nouvelle fois le principe d'esclavage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 3390
Maitre de : Officiellement Kaiin, officieusement personne.
Hybride de : Pardon ?!

MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   Mar 16 Fév 2016 - 1:41

La colère du neko n'était pas passé inaperçu à Motoo, mais il avait tellement l'habitude de ce genre de réaction, que celle-ci lui passa bien au dessus. La bestiole semblait pourtant prendre sur elle tant qu'elle pouvait pour ne pas se laisser aller à sa rage. Un bon point pour elle pour gagner l'estime du scientifique, mais sa remarque le fit sourire et secouer la tête.

- Tu as mal compris. Je ne porte certes pas d'affection particulière à cet emmerdeur de hunter, mais je ne vois pas quel serait mon intérêt à t'aider à l'attraper !

Il ne supportait pas Emmett. Arrogance à l'état pur, ce dernier se permettait toujours de le provoquer et de le railler. Cependant, ce sale type lui avait toujours été utile et ce serait mentir que de dire que Motoo pensait que ca ne serait plus le cas. Contre une belle somme d'argent, il accepterait sans nulle doute de lui rendre service à nouveau et c'était une option qu'il ne souhaitait pas éliminer trop vite.
Il écouta le neko lui donnait son avis sur la liberté. Un avis égoïste. Biensûr que les nekos de son genre préférait la liberté, même difficile, à l'obligation de devoir subir la soumission imposée par les humains. C'était une évidence que Motoo n'avait pas besoin de voir énoncer. Il soupira en roulant des yeux, avant d'entendre le neko lui parlait de la traite négrière. Intéressant de voir un simple hybride au courant de tels sujets. Pourtant... tout ceci était loin de convaincre le scientifique qu'il était.
Il s'éloigna légèrement de l'hybride et s'installa sur l'escalier : la journée, ou ce qu'il en restait, s'annonçait longue.

- Sais-tu qui est à l'origine du statut d'esclave des noirs ? Ce ne sont pas les hommes blancs comme certains se plaisent à le croire qui se sont amusés à chasser les hommes noirs pour en faire des esclaves, mais bien des noirs qui ont vendu les leurs, ou plutôt leurs ennemis, à cet Homme blanc.

Intérêt dans la discussion en cours ? Absolument aucun, Motoo était bien obligé de l'admettre. Cependant, il lui avait semblé important de préciser cela au neko, sans qu'il ne sache vraiment pourquoi. L'instruire lui semblait-il utile ? Il se retrouvait avec le même sentiment étrange qu'il avait éprouvé face à Philibert, cette contradiction dérangeante qui l'avait poussé à le rabaisser tout en souhaitant étrangement l'élever. C'était stupide. Tout aussi stupide que son idée de vouloir vacciner les nekos, de ramener ce spécimen chez lui pour le libérer aussi sec. Devenait-il idiot avec les années ? Il secoua légèrement la tête pour chasser ses interrogations et ses questionnements qui l'ennuyaient.

- Il y a cependant un bon nombre de point que tu oublies dans ce que tu me racontes...

Il s'adossa aux marches, posant ses coudes sur celles derrière lui et chercha les bons mots avant de continuer.

- Pour commencer, l'esclavage des noirs a duré longtemps et leur intégration encore plus. Aujourd'hui encore ils subissent parfois discrimination et raillerie. Et quand ils ont obtenus leur liberté, leur vie n'est pas devenue belle et rose du jour au lendemain. Ils étaient libres, mais on continuait à les traiter comme des bêtes, des sous hommes. On continuait à les agresser et même à les tuer.

Il n'était pas un expert sur le sujet, mais on lui avait parlé longuement de ces histoires. Etrangement, il n'avait subi cela ni de ses parents, dont il aurait été bien malvenu de l'instruire ainsi sur l'esclavage qui faisait leur fortune, ni de ces précepteurs. C'était une amie de son adolescence qui lui avait conté ces histoires, jour après jour. L'avis de la jeune fille sur le statut des nekos n'avait jamais été un secret et c'était probablement pour cela que ses parents désapprouvaient tant leur relation. Pour cela, pour ses tatouages déshonorants, pour ses disparitions et pour les délits qu'il avait commis alors également, très certainement. Malheureusement, l'éducation et les années étaient passé par là et étaient resté, contrairement à cette amie étrangère.
Motoo continua, tranquillement avec calme, énonçant des faits plus que des jugements, même si ses mots pouvaient s'avérer dur et désagréable.

- Et enfin... les chiens vivent avec les hommes depuis des années, ils n'ont pourtant jamais obtenu un statut d'égalité, et ils n'ont même pas obtenus qu'on les respecte et traite correctement partout. Attention... je ne dis pas que vous êtes des animaux, mais les noirs ont une chose que vous n'aurez jamais : ils sont de la même espèce que nous. Sauf aide de la science, votre espèce ne se mêlera jamais à la notre. Il n'y aura jamais de métis. Il y aura toujours d'un côté les nekos, de l'autre les humains, et ce quoique vous fassiez.

Il s'arrêta un bref instant avant d'ajouter :

- Et ils n'ont jamais été une création purement humaine, uniquement créé pour satisfaire les besoins de leurs créateurs.

Il s'étira légèrement et soupira.

- Cela fait bien plus d'obstacles que tu ne sembles l'imaginer. Cependant...

Motoo resta pensif un instant. Toute cette discussion, et les souvenirs sur ce qu'il avait appris de la traite des noirs, avait amené dans son esprit borné une idée à laquelle il n'avait jamais pensé. Simplement parce qu'il n'avait pris le temps de rechercher des solutions pour la liberté des nekos. Cela ne le dérangeait guère : chacun ses soucis, son rôle n'était pas de libérer les nekos. Cependant, comme c'était le sujet de leur débat, il devait bien y réfléchir un minimum.

- Je t'accorde que l'histoire des noirs pourrait apporter une solution. Avant que tous les noirs ne soient libres, certains noirs ont pu acheter ou se faire offrir leur liberté. Cela permettrait certainement d'offrir la liberté aux nekos capables de la porter, tout en permettant aux autres de conserver la sécurité relative de leur statut actuel. Evidemment, aucune solution n'est parfaite : beaucoup d'esclaves noirs auraient souhaités être libre sans jamais obtenir leur liberté... mais cela pourrait être un début de solution.

Il s'arrêta de parler et fronça les sourcils. Pourquoi parlaient-ils de cela ? Ils pouvaient bien en parler des heures qu'ils ne changeraient guère le monde. Motoo n'avait ni le poids, ni l'envie d'agir pour la liberté des nekos. Le rôle qu'il avait endossé était d'éviter les dérives et les risques que provoquaient les nekos. Certainement pas de jouer le bon samaritain et de monter au front pour obtenir plus de droits et de liberté aux nekos. Chacun son rôle, ce n'était pas le sien. Il leva les yeux au ciel.

- Pourquoi on parle de ça en fait ?

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle façon de pensée [pv Ryoko (et autres invités surprises ?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle guerrière ! (privé Nuage d'ébène et les autres)
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty Neko :: 
RP : Tokyo
 :: Aux alentours de la ville :: Appartements et maisons :: Maison familiale des Murakami
-