Partagez | 
 

 Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Lun 30 Nov 2015 - 0:56

Je bâillai tellement que j'entendis ma mâchoire craquer, me laissant un son relativement déplaisant à mes oreilles. Encore emmitouflée dans mes couvertures, je regardai par la fenêtre. Ma première constatation, il faisait noir. Non pas la nuit, mais la matinée. C'était juste très tôt en cette période de l'année où le soleil prenait de plus en plus de temps à faire son apparition, et disparaissant parfois trop rapidement, les laissant dans une noirceur trompeuse. À bien y penser, je serais bien restée ainsi au chaud, mais mon devoir m'appelait, comme presque chaque matin.

Oh non, pas réellement un devoir, mais plutôt ma contribution à l'organisation du manoir et des familles vivant sous le toit de l'immense bâtiment. Bien que considéré abri secondaire, alors que plusieurs d'entre nous ne pensions pas avoir à y vivre, les réparations n'avaient été que partiel, assurant seulement la bonne survie du bâtiment. Or, avec toutes les familles qui furent sauvées, cela faisait du monde, et l'espace salubre se faisait plus rare. C'est donc ainsi que je décidai de profiter de quelques jours par semaine afin d'aider les autres nekos à diverses tâches. Il va de soit, en plus, avec l'arriver de l'hiver, qu'on manquait pas de travail.

Je me levai donc, baillant une nouvelle fois, puis m'habillai de façon simpliste, confortable et pratique. Au yable le style, aujourd'hui n'était pas une journée pour ça. Une fois mes cheveux tressés, je me rendis à la cuisine. Déjà quelques nekos femelles s’affairaient à préparer un peu de nourriture pour tout le monde. Grâce à plusieurs volontaires, nous réussissions à obtenir de quoi nous sustenter moindrement, mais dès le début – initiative fortement excellente – que les jeunes soient les premiers à être nourris, car ils étaient notre avenir. Ainsi, j'entrai à mon tour dans la cuisine avec ma bonne humeur et commençai à préparer le repas avec ces dernières. Il ne fallut pas longtemps avant de voir se pointer les premiers enfants, qui suivaient leurs parents, qui à leur tour, se rendaient à différentes sections du bâtiment pour un début de travail. Offrant un sourire qui n'avait rien d'artificiel, je servis tendrement les petits bouts de choux une bonne portion tout en leur parlant joyeusement lorsque j'entendis une voix appeler mon nom derrière moi….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Lun 30 Nov 2015 - 22:14
















Un remue-ménage physique comme psychologique




L'hiver prenait de plus en plus d'ampleur au sein de la capitale. La nuit était toujours présente, et pourtant l'heure annonçait qu'il était temps de se réveiller. Madoka se frotta les yeux en ouvrant la fenêtre de l'appartement abandonné qu'elle s'était trouvé dans le quartier sombre. Elle jeta un coup d'oeil rapide, vérifia qu'il n'y avait aucun regard tendu vers elle, puis s'engouffra une fois pour toute dans la fraîcheur matinale, glissant agilement de la fenêtre pour atterrir au sol. Elle se déplaça à pas feutrés à travers le quartier, puis en sortit et se dirigea toujours silencieusement vers la forêt.

Bien qu'elle ne vivait pas directement auprès des autres rebelles, elle tentait tant bien que mal de les aider, de contribuer à l'amélioration des nouvelles conditions de vies auxquelles ils étaient confrontés. Avec la destruction de la ville souterraine, les survivants y avaient tout perdu. Madoka avait passé les derniers jours à ramasser les vêtements et les couvertures qui lui paraissaient en bon état, et les ramener ensuite au manoir abandonné. A ses yeux, cela avait paru être au début une maigre contribution. Du moins avant que le froid ne s'annonce vraiment et que la moindre source de chaleur ne devienne que plus importante. Et le plus alarmant était que le nombre de nékos présents dans les lieux devenait de plus en plus élevé. De plus en plus d'hybrides répondaient à l'appel et se joignaient au lieu de rassemblement, mais le vieux manoir, bien qu'il fut grand et espacé, ne pourrait pas tous les contenir si le nombre continuait à augmenter.

Arrivée devant un arbre qui lui était familier, elle posa brièvement une main sur son tronc, bref salut à son amie défunte, puis poursuivit son chemin. Elle aperçut bientôt le manoir, toujours recouvert de plantes grimpantes, plantes grimpantes qui avaient quelques signes de gel. Madoka entra dedans, et aperçut comme d'habitude les hybrides qui s'activaient à la tâche, participants dans l'effort commun. Et bien, peut-être était-il temps qu'elle s'y mette, elle aussi. Elle remarqua un mouvement plus poussé vers la cuisine et s'y dirigea. Elle aperçut bientôt un visage familier qui s'affairait avec les autres.

-Salut Suzue ! Dit-elle en souriant. Vous avez besoin d'aide ?

Elle voulait bien mettre la main à la pâte, mais vu qu'elle venait à peine d'arriver, elle ne savait pas exactement si l'aide était plus demandée en cuisine ou ailleurs dans le manoir.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Préparateur de gâteaux aux cailloux


avatar


Nombre de messages : 5145

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Ven 4 Déc 2015 - 13:53

Les chats se lèvent à l'aube et Lessien n’échappait pas à la règle. Il aimait se lever avant tout le monde et savourer la quiétude et le silence du manoir remplis de nekos endormis. Ensuite, il se rendait à la rivière afin de procéder à sa toilette à l'eau glaciale. Le reste de la journée se déroulait le plus souvent en tâches manuelles diverses et variées, menées par son amie Suzue. Le neko blond aimait ses journées simples de labeur en compagnie de son amie, il commençait à y trouver une sorte de paix.

Aujourd'hui Lessien avait suivi son rituel habituel du matin, se réjouissant de la journée à venir. Il s’était chaudement vêtu d’un jean solide et de deux pulls épais et avait peigné sa chevelure blonde, comme un bon chat civilisé. Depuis qu’il avait rejoint le groupe, il tentait de s’accepter et de prendre soin de son apparence. Lorsqu'il fut satisfait du résultat, il but une longue gorgée et se dirigea vers sa nouvelle maison, le manoir. Levant les yeux vers le ciel et percevant les premiers signes d’agitation des nekos, il songea que ce devait être l’heure du petit déjeuner et que Suzue serait certainement en cuisine.

En poussant la porte de la dite pièce, il eut la surprise de constater la présence de Madoka aux côtés de Suzue. Un instant, il hésita. Si elle venait les aider aujourd'hui, l’ambiance serait tendue… Néanmoins, il décida de se montrer courageux et de poursuivre ses efforts pour se rattraper envers sa nemesis. Fier de son choix, il avança vers les deux donzelles, un petit sourire aux lèvres et s’arrêta à leur hauteur. Il élargit davantage son sourire à l’attention de la chatte rose et prit la parole d’une voix qu’il espérait cordiale.

” Bonjour Suzue ! Tu as bien dormi ? ”

Puis, se tournant vers son ennemie.

” Bonjour Madoka… tu vas bien ? Tu viens nous aider aujourd'hui ? ”

Il croisa les griffes, plein d’espoir. Avec un peu de chance elle serait de bonne humeur et ne tenterait pas de l’éventrer pour avoir osé lui adresser la parole.


(Et un rp de tapé en pause dej, un ! ^^)

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Lun 7 Déc 2015 - 1:03

Lorsque, enfin, je me retournai, je vis le visage de Madoka, souriant et demandant de l'aide. Mais quelle surprise! Criant de joie, je m'élançai pour lui faire un câlin. Mado, que je ne voyais pas si souvent que ça, puisqu'elle n'habitait pas avec nous. Heureusement qu'elle nous aidait souvent, car c’était bien dans ces seuls moments là où on pouvait discuter et s'amuser tout en aidant la communauté. Au fond de moi, cela faisait chaud au coeur de savoir que les plus vieux, et même certains jeunes matures prenaient la peine d'aider gratuitement, avec le sourire aux lèvres. C'était bien ça qu'on appelait une grande famille.

M'écartant légèrement de cette dernière, je pensai à ce qu'il y avait au « menu » aujourd'hui. En fait, bien des choses à l'approche de la saison froide, chose qu'il n'était pas toujours évident de faire lorsqu'on n'avait pas encore les outils en main. Mais ce n'était qu'une question de temps avant de les avoir. Des petites équipes s'arrangeaient pour que l'on obtienne ce dont on avait besoin. Et lorsqu'on avait le tout, et bien… le boulot commençait!


- Bonjour Mado! Oui, c'est sûr qu'on a besoin d'aide! Je te rappelle que certaines parties du bâtiment ne sont pas encore habitables à cause du toit, et tu ne devineras jamais ce qu'on vient de recevoir!…

Je vins pour le lui en parler lorsque derrière elle, je le vis entré. Mon sourire s'illumina à la vu du neko blond. Celui qui pendant l'absence de celui qui m'était si cher à mes yeux – mon frère – me soutenait moralement avec ses paroles réconfortantes. Riante, je m'élançai dans ses bras en un câlin joyeux, mais rapide, avant de penser, en dedans de moi.

-Less!

« Outch, les deux ennemis dans la même pièce, et qui veulent tous deux aidés. Et bien, ma chère petite Su, les plans vont peut-être changer un peu! »

Je souris à la pensée de ce que je voulais faire. Mais avant qu'ils en viennent déjà aux poings, j'approchai suffisamment Less afin que je puisse prendre les deux chacun par un bras. C'est d'un regard alternant les deux que je lançai, moqueuse;


- Mais alors c'est parfait! Les deux personnes que je voulais! Alors oui, je veux de l'aide! Ce que je m'apprêtais à dire avant que tu arrives, Less, était qu'on a enfin déniché le matériel pour débuter un jardin! Oui oui, vous me direz, c'est tard. Mais n'ayant pas de jardin initial, nous devons labourer la terre et planter les légumes qui doivent être plantés l'automne! En plus du toit, de la lingerie, de la distribution des différents repas, trouver encore des vêtements chauds, et j'en passe!

La journée s'annonçait pour le moins difficile, physique, comme mentale…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Ven 18 Déc 2015 - 14:54
















Un remue-ménage physique comme psychologique




La première chose que fit la petite néko aux cheveux roses en la voyant fut de lui faire un câlin en lâchant un cri enjoué. Madoka avait fini par s'habituer à cette démonstration de joie un peu excessive, et les poils de ses oreilles et de sa queue se hérissaient beaucoup moins qu'au début. Elle posa une main sur l'épaule de Suzue en guise de réponse, elle qui n'aimait pas vraiment le contact physique, c'était tout ce qu'elle put faire, et elle se détendit lorsque son amie la libéra enfin de l'étreinte. Elle lui répondit ensuite en déclarant qu'il y avait des tas de choses à faire. Le toit qui n'était toujours pas réparé devenait une priorité, pour une question de libérer de la place pour les autres nékos, mais aussi pour se protéger du froid... Cette question de chaleur devenait de plus en plus cruciale, il faudrait vite en finir avec ça.

Suzue termina ensuite sa phrase en suspens, les yeux illuminés d'un nouvel éclat de joie. Visiblement, les nékos s'étaient débrouillés pour amener quelque chose qui améliorerait grandement leurs conditions, au vu de l'expression presque enfantine de la néko tant elle était heureuse.

-Ah oui ?! C'est quoi ? Demanda-t-elle, emportée dans l'excitation de sa camarade.

Le visage de la néko s'illumina encore plus, et Madoka se demanda ce qui pouvait bien lui passer par la tête, jusqu'à ce qu'une voix familière et des plus énervantes se fit entendre juste derrière elles. Suzue se précipita pour le serrer dans ses bras façon bisounours, tandis que le sourire de Madoka disparut à la vue de son pire ennemi. Le néko aux cheveux blonds lui évoquait toujours les pires moments de sa vie, et la colère montait instinctivement chaque fois qu'elle le voyait. La colère monta plus haut lorsque Lessien crut qu'il était pertinent de lui adresser la parole. Qui de plus employait des questions rhétoriques, le genre de répliques inutiles qui avaient le don de l'agacer.

-Non, je passe comme ça, pour rendre visite.Répliqua-t-elle avec ironie, la voix teintée de colère, bien qu'elle n'avait pas haussé le ton.

Elle s'apprêta à ajouter quelque chose, des paroles qui reflétaient bien sa haine et sa rancune, ouvrant la bouche pour ajouter quelques mots, juste pour avoir la maigre satisfaction de lui rappelait ô combien elle le détestait à défaut de pouvoir l'exprimer par des gestes concrets, mais la présence de Suzue qui la pris par le bras la coupa net dans son élan. La petite néko lâcha tout de suite une liste de tâches à faire, en plus de l'annonce de l'arrivée de matériel pour avoir un jardin en vu du printemps prochain. La néko hocha la tête sans vraiment écouter, étant restée bloquée sur les premiers mots de Suzue. Elle les voulait vraiment les deux ensemble ? Bon sang, elle n'allait pas tenir longtemps pacifique face au néko dont elle voulait voir la mort.

-Et bien, on a du pain sur la planche ! Dit-elle en souriant à Suzue, se contentant de garder patience en attendant de trouver le moyen d'échapper à ça. Par quoi est-ce qu'on commence ?






© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Lun 21 Déc 2015 - 1:01

Je ne fus pas idiote, ni aveugle, à ce point, pour comprendre qu'il y avait bel et bien quelque chose entre les deux. Et ce quelque chose semblait bien plus grave et profond que je ne l'aurais cru. Cependant, je ne me laissai pas abattre par ce désaccord futile d'une action passée. Par conséquent, sans rien faire paraître de mon humeur, je jetai un regard aux deux, les séparant malgré moi de mon corps, et leur sourit.

- Ça, tu l'as dit Mado! Plein de choses nous attentent! Alors, pourquoi ne pas commencer tout de suite?

Je retirai le tablier que j'avais posé sur moi et, prenant la main de chacun dans la mienne, je les entraînai à l'extérieur du manoir. Plus loin derrière se trouvait ledit jardin. Bon en fait, un dit jardin totalement invisible, mais près de ce « dernier » se trouvait différentes boites et plusieurs sacs de terre. Appuyé dessus, des râteaux et des pelles et autres outils. Je souris fièrement de nos trouvailles. Un jardin pouvait aisément mener à l'indépendance des nekos, il sera donc dans les priorités. Et puis, même si le toit était tout aussi important, je n'étais pas encore vraiment… prête… à m'attaquer à cette portion…


- Voilà! Il y a en masse de terre et de compost pour enrichir le jardin! Mais il faudra labourer afin de retirer le gazon et bien aérer la terre. Une fois cela fait, il y a dans ces boites différents bulbes. Fleurs pour la pollinisation, ainsi que de l'ail, si je ne me trompe pas.

Je sautillai sur place, toute contente de pouvoir enfin cultiver un jardin! Ma queue fouettait énergétiquement l'air autour d'elle alors que je me rendis la première vers l'outil pour nous débarrasser du gazon. Je jetai un regard vers le ciel. Aujourd'hui, plein soleil. Une journée parfaite, l'espérai-je… Un regard vers les deux ennemis, afin de les surveiller en cas de problème quelconque, je l'ai invitai à prendre un outil pour m'aider.

Bon, j'espérai sincèrement que fournir une arme – même si c'est juste une pelle, un râteau ou une fourche – à Mado ou à Less n'aura pas de conséquence trop désastreuse pour nous trois. Toujours pas départi de mon sourire innocent, j'observai la réaction de Mado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Préparateur de gâteaux aux cailloux


avatar


Nombre de messages : 5145

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mer 30 Déc 2015 - 18:35

Lessien suivit les deux demoiselles félines à distance prudente de la rouquine, toutefois soulagée qu’elle n’ait pas fait de scène malgré la colère qu’il avait perçu dans sa voix. Prudent, il avait préféré de plus rien ajouter pour le moment. Misère, que la journée allait être longue et tendue… Less espérait vivement que le dur labeur les détourneraient de ces vieilles rancoeurs.

Il suivit donc ses pensées et s’empara d’une bêche, s’attelant immédiatement à la tâche. Avec le froid et l’hiver approchant, il y avait peu à désherber mais la terre était dure. Il fallait mettre de la force dans ses gestes pour arracher l’herbe, et encore davantage pour planter l’outil dans le sol et le retourner en surface. Concentré, le neko mâle travaillait sans relâche, songeant à tous les légumes qui pousseraient au printemps et à l’été suivant. On était déjà tard dans la saison mais pas trop tard pour planter des pommes de terre, des choux, de la salade, des poireaux ou des carottes. L’oignon et l’ail également.

Au bout d’un moment, Lessien releva la tête vers les femelles en s’essuyant le front d’un revers de main.

" Su ? … Madoka ? Ça va ? "

Attentionné, il se souciait de savoir comment s’en sortait sa petite Suzue, et il ne pouvait décemment pas se mettre à ignorer sa nemesis. Il savait pertinemment qu’elle ne lui pardonnerait jamais. Cependant il voulait lui prouver qu'il avait changé et qu’elle n’avait plus a craindre qu’il leur fasse à nouveau des sales coups. Lui démontrer cela serait long et difficile, mais il avait à coeur d’essayer.

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mer 6 Jan 2016 - 1:55
















Un remu-ménage physique comme psychologique




La néko aux cheveux roses enleva rapidement le tablier qu'elle avait porté jusqu'à maintenant, avant de les conduire hors du manoir, en direction de ce que devait être le jardin. Enfin, futur jardin. Rien n'avait été encore fait, la terre était tout ce qu'il y avait de plus naturel. Seuls quelques outils posés près du terrain montrer qu'il y avait une volonté de remuer tout ça. Comme l'avait dit Suzue, tout était à faire, il ne manquait plus qu'à se servir d'un outil et de s'y mettre. Ne pouvant pas se détourner de cette tâche, Madoka se saisit d'une pelle, puis se mit au travail.

La terre était gelée, bien que toujours arable. Le froid rendait le travail plus pénible, car il rendait non seulement le sol plus dur, mais en plus gênait le corps. Mais il fallait bien faire des efforts pour arriver à relever la situation. Les nékos libres qui venaient ici étaient de plus en plus nombreux, et voler ou fouiller les poubelles ne suffirait plus à tous les nourrir. L'unique échappatoire pour le moment était de produire ses propres réserves de nourriture. Vu qu'on était toujours en hiver, les plantations allaient sûrement mettre un peu plus de temps pour pousser... Mais dans quelques temps, les rebelles n'auraient pas à se soucier pour trouver de quoi manger.

Ce fut lorsqu'elle fut plongée dans le labeur, occupée à tenter d'enfoncer sa pelle dans la terre endurcie, qu'elle entendit de nouveau la voix de Lessien s'élever, lui rappelant qu'il était toujours présent. Alors que d'autres ne l'étaient plus. Il ne pouvait donc pas se la fermer ? Ou se terrer dans un coin ? Ou tout bonnement mourir ? Le simple fait de savoir qu'il était en vie alors que ce ne devrait pas être le cas la mettait dans une colère noire. Et qu'il continuait de vivre comme s'il n'était coupable de rien, n'avait rien à se reprocher, ne l'énervait que plus encore. Qu'il crève ! Cela lui réglerait bien des choses.

Sa pelle finit enfin par s'enfoncer dans le sol. Si seulement la pelle qu'elle tenait entre les mains pouvait servir à autre chose... Elle pouvait servir d'arme meurtrière, par exemple. Elle aurait même pu lui être autrement utile à un autre moment de son passé... Madoka tourna ensuite la tête en direction de Suzue, attendant une réponse de sa part.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Sam 9 Jan 2016 - 1:13

En effet, en cette période plus que froide de l'année, le sol n'était pas des plus praticables, mais il fallait persévérer. Rien que de savoir que de cette terre riche pourrait éventuellement faire pousser des aliments essentiels à notre survie! Les petits auraient de quoi se nourrir la panse, plus consistante que des mets trouvés, mais aussi, plus frais et mieux pour la santé. De quoi faire de futurs adultes en santé, et de nous, les insoumis, plus d'indépendance. Je m'essuyai le front, ayant chaud malgré la fraîcheur de la matinée, ce faisant je m'étalai sans m'en rendre compte de la terre dans le visage. Mais tant pis, la beauté n'était pas aujourd'hui au rendez-vous, et puis entre ami…

En parlant d'ami, pendant que je dégelais le sol en essayant de le retourner et de le rendre plus malléable, je ne pus m’empêcher de jeter de fréquent coup d'oeil à mes deux amis. Ces derniers, loin de l'être, pouvaient aisément de qualifier d'ennemi juré, si on se fiait au regard meurtrier de Mado. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle je l'observai discrètement manipuler sa pelle. Puis, derrière moi j'entendis la voix de Less, et mon sourire et toute forme d'inquiétude s'envola, comme si je savais qu'avec son tempérament doux il pourrait réussir à amadouer cette Madoka. Sans me retourner, c'est Mado que je regardai tout en lui répondant;


- Pour ma part, tout va bien! On avance bien le labeur, et il sera bientôt temps de laisser cela aux plus petits, je crois, dis-je en pointant une poignée de jeune neko courir dans notre direction. Je leur ai promis qu'ils pourraient m'aider, tant que c'est seulement pour planter les légumes, je crois que ça les rendrait joyeux non? Et puis, on ne laisse personne derrière, tout le monde doit travailler. Mais il reste encore des mottes de terre à retourner, il ne faudrait pas les faire retarder.

Ainsi, je me remis au travail, mes habits se salissant de terre au même rythme que je retournai la terre. Parfois, je levai la tête pour observer le comportement de Mado, mais plus qu'autre chose, j'observai travailler Less, chose que je voyais pour la première fois depuis qu'il était parmi nous. Des petites tâches, d'accord, mais jamais autant physique, et je m’aperçus bien vite que son jeu de muscle à travers sa peau n'était pas pour me déplaire….

- Bon! Je crois que ce n’est pas mal tout pour ça, laissons donc cela au jeune. Je crois qu'ils ont bien hâte de commencer.

Mon regard s'était volontairement porté sur les jeunes qui attendaient en bordure du terrain, me focalisant sur quelque chose de plus saint d'esprit et me tournant rapidement vers de nouvelles pensées moins choquantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Préparateur de gâteaux aux cailloux


avatar


Nombre de messages : 5145

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Dim 10 Jan 2016 - 16:16

A voir l'enthousiasme dont faisait preuve Madoka en maniant sa pelle, il était aisé de deviner quelle tête elle imaginait à la place de la terre gelée du futur jardin ! Un peu dépité, Lessien commença à se creuser les méninges. Jusqu'ici toutes ses tentatives de politesse et d'amabilité s'étaient soldées par un silence méprisant ou bien des regards venimeux et débordants de colère.

Alors que Less réfléchissait à sa stratégie de réhabilitation, la jolie voix de Suzue s'éleva, annonçant qu'ils avaient bientôt fini de labourer la parcelle et que les enfants viendraient aider à planter des graines. D'ailleurs, ils arrivaient déjà. L'adulte jeta un coup d’œil attendri et curieux vers ces étranges petites créatures.

" C'est une bonne idée de les faire participer. Ça les amuse et les éduque en même temps. "

Lessien saisit quelques sachets de graines et se dirigea vers les enfants, permettant ainsi aux deux jeunes femmes de se retrouver entre elles. Il eut à peine à les interpeller pour qu'ils viennent tous s’agglutiner autour de lui, piaillant son nom et leur désir d'avoir des graines et des histoires. Toujours aussi calme et tranquille, Lessien leur demanda de se calmer, leur promettant qu'il allait leur expliquer comment planter les graines s'ils se montraient plus sages que ça, et que les histoires, c'était pour le soir. Sa douceur et sa chaleur naturelle plaisait aux enfants, qui lui obéirent plus ou moins rapidement. Une fois la troupe de chatons suffisamment attentive, l'ancien vagabond ouvrit un sachet et entreprit de planter les premières graines avec des gestes lents afin que les plus jeunes puissent bien comprendre.

" Voyez, pas trop en profondeur. Et il faut laisser un peu d'espace entre. Surtout pour celles-là. Et une fois que vous avez mis les graines dans la terre, vous arrosez un peu, d'accord ? "


Une fois sa leçon terminée et les enfants attelés à leur nouvelle mission, Less' reprit sa pelle et retourna à l'autre bout du terrain afin de finir de labourer sa part. Alors qu'il arrivait à la fin, il leva à nouveau les yeux vers la féline couleur lilas et eut la surprise de croiser son regard. Soudain gêné, il lui adressa un sourire maladroit mais dans lequel on lisait toute l'étendue de son affection.

Un moment plus tard, lorsque le jardin fut enfin préparé dans sa totalité, il s'avança vers son amie, tendant la main pour récupérer galamment sa pelle.

" Veux tu que j'aille mettre les pelles à l'abri ? Comme ça tu peux souffler un peu avec Madoka avant qu'on fasse la suite ! "


Se composant un air absolument pacifiste et serviable, il se dirigea enfin vers sa meilleure ennemie, la main tendue pour reprendre la dernière pelle.

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Jeu 14 Jan 2016 - 0:17
















Un remue-ménage physique comme psychologique




La réponse de Suzue ne se fit pas attendre, et Madoka fut plutôt soulagée de la réponse de la néko aux cheveux roses. L'absence de son frère aîné était toujours pesante, et elle ressentait toujours cette culpabilité chaque fois qu'elle songeait à quel point cela devait être dur d'être séparée de sa famille. Elle se souvenait combien ils étaient unis, et bien qu'elle ne les avait pas vu ensemble longtemps, le lien étroit qui les relié avait été bien plus que visible à ses yeux. Et combien la pression devait être lourde sur ses épaules, puisqu'elle avait repris les responsabilités qui étaient au départ sous la charge de son aîné. Son regard se porta ensuite vers les enfants lorsque ses oreilles entendirent le son de leurs pas. Elle sourit légèrement en voyant leur expression enjouée. Ils étaient bien portants, et désiraient mettre la main à la patte. Cela la rassura quant à l'avenir des rebelles.

Elle accéléra la cadence de son travail, désirant laisser rapidement place aux enfants. Elle constata rapidement que celui qu'elle considérait depuis toujours comme son pire ennemi avait une certaine complicité avec les enfants. Et bien... Même avec les années qui étaient passées, dans le domaine de l'acting, il était toujours aussi doué. Il s'était bien joué de leur maîtresse par le passé, il pouvait bien le faire avec des enfants innocents. Et qui sait, il devait aussi manipuler Suzue, il devait sûrement y trouver son intérêt là dedans. Elle finit sa partie en remuant intérieurement de sombres pensées, puis laissa les enfants prendre place, tous excités par la tâche à laquelle ils avaient été assignés. Elle les regarda un moment faire, tout en se disant qu'ils seront sûrement heureux de leur travail et fiers d'eux quand ils verront les légumes sortir de terre.

Elle n'avait pas remarqué qu'elle s'était salie et que ses vêtements avaient accumulés de la terre jusqu'à maintenant. Elle passa une main d'une épaule à l'autre, balayant la poussière de son corps, avant de secouer sa veste et d'ôter la terre de ses jambes. Madoka s'approcha ensuite de Suzue, qui regardait les jeunes nékos s'affairer à la plantation des graines.

-Voilà une bonne chose de faite ! Dans un petit moment, le jardin sera digne de ce nom. Lui dit-elle en souriant.

Et c'était bien sûr les meilleurs moments que choisissait Lessien pour se pointer dans le paysage. Et la colère ne fut pas à l'étroit dans sa tête quand elle le vit juste en face d'elle, la main tendue, une expression paisible sur le visage. Le voir ainsi ne la mit que plus en colère. Pourquoi diable était-il en si bonne santé ? On dirait qu'il ne lui était rien arrivé, que tout avait parfait dans le meilleur des mondes alors qu'il avait les mains tâchées de sang. Mais pour qui se prenait-il à se la jouer clean et respectable ? Sa petite comédie commençait sérieusement à lui taper sur le système. Elle lança la pelle en direction de son visage, non sans violence.

Elle s'éloigna ensuite en marchant, bras croisés, serrant les dents, retenant sa colère. Et la journée ne faisait que commencer. Madoka sentit qu'elle allait être longue. Vraiment longue.






© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Ven 15 Jan 2016 - 1:19

Mon regard était des plus attendris lorsqu'une fois le travail le plus éreintant de terminé, nous laissâmes la tâche aux plus jeunes afin qu'ils s'amusent à leur tour, et contribue au renouveau de la grande famille. À tous âges les insoumis devaient travailler pour leur propre survie. Cela augmentait la débrouillardise, l'ingéniosité, le taux de survie et l'autonomie des jeunes. Toutes tâches avaient son importance dans une grande communauté comme la nôtre. Bon, je dis bien grande. Dans les conditions actuelles, c'est grand pareil, malgré le nombre restreint de nekos.

Mon regard se porta aussi sur la facilité qu'avait Less vis-à-vis des jeunes nekos, souriant et expliquant lentement quoi faire. Comme s'il avait fait ça toute sa vie! Un sourire s'étira sur mes lèvres pendant que je les regardais faire un moment. C'est alors que la voix de Madoka me ramena dans le présent, un présent beaucoup moins féerique si je devais me fier à son regard meurtrier vis-à-vis de Less, malgré son ton enjoué qu'elle me gratifia. Je lançai un soupir silencieux, mais répondit tout de même avec cette même voix enjouée aux paroles de cette dernière.


- En effet, laissons le reste aux jeunes et à leur créativité, nous avons encore bien du pain sur la planche! On pourrait…

Ma phrase resta en suspens lorsque Less arriva devant Mado, un sourire pourtant si naturel s'afficher sur son visage. Mais au lieu de rester calme, d'être reconnaissante, Mado, le regard tel deux dard, lança la pelle en direction de ce dernier, qui peina à ne pas la recevoir dans le visage avant qu'elle ne s'éloigne. Cette fois-ci, un long soupir sortit de ma bouche alors que je fixai les deux protagonistes. Je ne savais pas trop comment allait se terminer la journée, mais ce que je sais, autant je levai le chapeau à Less pour sa patience légendaire, autant je me demandai comment faire adoucir Madoka. Je secouai la tête avant de m'approcher de Less, lui serrant gentiment l'avant-bras.

- Ne te décourage pas… je sens qu'elle est têtue. Allez, va porter les pelles, et on se rejoint à la lingerie, d'accord?

Sans lui laisser le temps de répondre, je me lançai à la poursuite de Mado, profitant d'un moment entre filles pour aborder le sujet plus intime.

- Tu sais, Mado, je t'apprécie beaucoup comme amie, mais tu devrais essayer de te forcer avec Less… Je vois bien que ce n’est pas l'amour fou, mais là… Fais-le au moins pour la communauté des insoumis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Préparateur de gâteaux aux cailloux


avatar


Nombre de messages : 5145

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Sam 23 Jan 2016 - 17:18

Lessien manqua de recevoir la pelle en pleine figure. Mais il la rattrapa de justesse, s'étonnant intérieurement de la force de la frêle neko. S'était-il montré insuffisamment poli ? Il lui faudrait redoubler de gentillesse pour amenuiser la rancœur qu'elle nourrissait rageusement envers lui. A la fois attristé par le ressentiment de Madoka mais rasséréné par le sourire tendre et les paroles encourageantes de Suzue, il apprécia le contact sur son avant-bras. Sans gêne, sans timidité. Pour la première fois, ce geste affectueux lui remonta le moral et lui plut sans qu'il s'en inquiète. Un instant, l'envie serrer son amie contre lui lui vint. L'enlacer de son propre chef, pour voir ce que ça faisait, pour se réconforter et se réchauffer davantage. Mais tout de même ! Il n'osa pas. A la place, il se détourna en emmenant les outils.

Tout à ses pensées et après s'être assuré que les enfants ne faisaient pas trop n'importe quoi dans le jardin, Lessien s'occupa d'aller ranger les pelles et autres ustensiles dont ils s'étaient servis. Il avisa la cabane qu'il avait aidé à réparer, s'assura une dernière fois de la solidité de la porte avant de la refermer et de reprendre d'un pas tranquille le chemin de la lingerie. Autant laisser un peu de temps aux jeunes femmes de parler entre elles. Et ma foi, si Madoka en venait à lui raconter des horreurs sur son compte... eh bien elle aurait raison. Lessien avait déjà exposé à son amie ses fautes passées et le poids de son remord. Sur ce point, il avait la conscience tranquille. Il n'avait pas été quelqu'un de fiable par le passé, mais il assumait et ne cherchait nullement à le cacher. Au contraire, il voulait être certain que ses nouveaux amis l'acceptent comme il était, avec sa sauvagerie et son passé douteux.

Il fit un détour par le garde-manger pour piocher 3 biscuits puis reprit le chemin de la lingerie, se demandant de quoi son amie et leader secrète des rebelles avait à présent besoin. Une idée glaçante le frappa : Madoka ne savait pas encore qu'il avait été nommé second... Ouille, elle le prendrait surement mal ça aussi. Mais bon, il amenait un gâteau... Discret comme un chat fautif, le neko entra dans la pièce et apporta les biscuits à ses compagnes, signe de paix pour sa némésis et d'affection et de soutien pour son amie.

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mer 3 Fév 2016 - 0:24
















Un remue-ménage physique comme psychologique




Elle qui avait cru qu'elle allait passer une journée agréable, c'était tout le contraire. Depuis qu'elle était arrivée ici, ses muscles s'étaient tendus, si ce n'était crispés, et excepté pour un cours instant, elle n'avait ressentie qu'une sourde colère. Ce n'était pas une chose qu'elle appréciait. Elle avait l'habitude de s'énerver vite, bien trop vite, et elle savait bien que cela faisait partie de la longue liste des défauts qu'elle devait corriger. Elle soupira en continuant de marcher, tentant de retrouver son sang froid. Cette accès de colère ne devait sûrement pas être agréable pour Suzue. Après tout, elle lui avait proposé son aide, c'était censé être une journée sympa, tout en aidant les insoumis à vivre dans de meilleures conditions. Cela aurait pu être bien plus calme si Lessien n'était pas là.

A mesure qu'elle marchait, Madoka se sentit un peu apaisée. Elle entendit ensuite Suzue arriver, et tourna la tête vers elle. La néko aux cheveux roses relança ensuite la conversation, lui demandant de "se forcer". Se forcer ? Elle n'avait pas imaginé qu'on lui aurait demander une chose pareille en dehors de son ancienne vie de néko domestique. Se forcer ? Se forcer à oublier que toute cette haine remontait aux deux morts des personnes qui lui étaient chères ? Hors de question. Elle lui demandait de le faire pour les rebelles. Les rebelles seraient sûrement plus en sécurité sans lui. Il y avait un sérieux manque d'effectifs, certes, mais il ne fallait pas non plus s'encombrer de nékos opportunistes. Madoka plissa les yeux une courte seconde. En même temps, Suzue ne connaissait pas l'histoire. Et puis, elle le lui demandait gentiment.

-Jusqu'ici, j'ai fais des efforts, répondit-elle, bien que ce début sonnait mal parce que cela ne se voyait pas du tout. Tu l'as déjà remarqué, je le déteste... Il a fait une chose impardonnable, par le passé.

Elle n'aimait pas en parler, cela ne faisait que l'énerver. Et le but était d'éviter de s'énerver une nouvelle fois. Se souvenir lui était douloureux, aussi. Se rappeler que sa petite famille, même si elle n'était pas de sang, avait été balayée en un geste... Mais elle était dans le présent. Elle préférait ne pas pousser plus loin la partie où l'on s'amuse à remuer le passé, et poursuivit en soupirant :

-Je ne vais pas te mentir, c'est déjà assez difficile comme ça. Je ne crois que je pourrais me forcer plus que ça. Elle lui sourit ensuite, d'un sourire léger, l'air désolée, avant de reprendre.Désolée...Ça ne doit pas non plus être facile pour toi.

La rabat joie du coin, ça devait être son rôle attitré, depuis le temps. Elles continuèrent ainsi à marcher jusqu'à la lingerie. Madoka se demanda ce qu'ils allaient bien pouvoir faire maintenant, tout en calquant ses pas à ceux de son amie. Une fois qu'elles furent à l'intérieur, Lessien ne tarda pas à les rejoindre. Il leur tendit des biscuits. Il pouvait les enfoncer dans son gosier et s'étouffer avec, on en finirait une bonne fois pour toute avec lui. Croisant le regard de Suzue, elle songea qu'elle devrait peut-être faire un ultime effort, pour la journée, et surtout pour son amie.

-Garde le.

Elle se retint pour ne pas ajouter une remarque cinglante, ou tout autre ajout sonore, tel qu'un soupir agacé. Par contre, elle ne pourra rien faire pour le regard rempli de colère. Finalement, ça n'était peut-être pas une bonne idée, ça l'énervait toujours plus. Il avait intérêt à ne pas lui parler.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mar 9 Fév 2016 - 1:31

Je mis un bras autour de celui de mon amie féline pendant que nous nous rendions à la lingerie. Ce faisant, je sentais à travers son chandail la tension de ses muscles, reflet de ce qu’elle ressentait en ce moment même. Pourtant, cette haine n’avait, semble-t-il, aucun fondement. Seulement, j’imagine qu’il fallait, à un moment donné, trouver à notre malheur un bouc émissaire sur qui transmet la faute. D'autant, même si Lessien m'avait dit une petite partie, l'essentiel du moins, je constatai qu'il devait y avoir beaucoup plus de détails dans les mésaventures qui reliaient ces deux compagnons du passé.

Je lançai un regard oblique à mon amie lorsqu'elle mentionna ses efforts. Je lançai un « mmphm » silencieux, comme quoi moi non plus je ne croyais plus ou moins à ses paroles. Les disait-elle par gentillesse ou pour essayer de se convaincre qu'elle faisait des efforts? Dans les deux cas, cela avait plutôt l'air de mal fonctionner. J'ouvris la bouche pour répliquer quelque chose avant de la refermer. Elle n'était pas au courant que je savais la partie importante de l'histoire. Je ne crois pas non plus que le lui mentionner maintenant serait une bonne idée, bien que d'avoir une idée de son point de vue m'aiderait. Pas que j'avais pas confiance en Less, mais savoir ce que Mado pensait afin de l'aider à comprendre certaine chose pourrait s'avérer utile.

Dans tous les cas, je me tu pour l'instant, sachant qu'on arrivait bientôt à la lingerie. Situé dans un bâtiment sous-jacent le manoir, cette immense pièce, comme son nom l'indiquait, était une immense place pour laver linges et draps divers, incluant les couvertures trouvées ou volées. La plupart venaient faire leur propre lessive, mais d'autres venaient aider. N'ayant pas accès aux commodités des humains, c'est-à-dire l’électricité, il était impossible de se procurer ces machines pour laver, laveuse et sécheuse. Alors, tout était fait à la main. Dehors, le linge y était étendu lorsqu'il faisait beau et chaud, laissant le vent faire son travail de séchage. J'avais l'occasion parfois de venir aider les quelques femelles, et aujourd'hui ne faisait pas exception. Un large sourire éclaircit mon visage lorsque je pensai à la possibilité de voir Less – un neko mâle – effectuer des tâches plus féminines. Après tout, pas besoin d'être sexiste ou mysogine pour comprendre que c'est principalement les femelles qui faisaient cette tâche, alors que les mâles étaient souvent plus dehors à salir ce qu'ils portaient sur le do. Je serai le bras de Mado avant de la relâcher avant de la regarder;


- En effet, c'est invivable… mais bon, je ne crois pas que je pourrai y changer de quoi non? Mais merci pour ce mince effort. Et merci de nous accompagner pareil, même si c'est difficile pour toi.

Ce que je ne lui dis pas cependant, c'est qu'avec le début de la journée, ma patience diminuait au fur et à mesure, et mon sourire, bien que présent, n'était pas des plus sincère, ni même des plus convaincant à mon goût. Mon impatience monta d'un cran lorsque Less arriva avec des biscuits et que Mado le refusa. Seulement, un regard de ma part pour voir qu'elle se tenait mieux. Voyant à son expression qu'une réplique avait failli sortir de sa bouche. Je soupirai intérieurement, mangeant sans appétit le biscuit que m'avait offert Less. Je poursuivis avec moins d'entrain;

- Bon, allez, il y a un nouvel arrivage à laver. Je n’ai pas le goût de me ramasser avec des puces et des punaises comme ses sales cabots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Préparateur de gâteaux aux cailloux


avatar


Nombre de messages : 5145

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mer 10 Fév 2016 - 1:13

Lessien étouffa un soupir dépité. Madoka ne voulait pas du symbole de paix qu’il apportait sous forme d’un biscuit. Le contraire aurait tout de même été étonnant. Mais que faire ? S’il l’évitait, jamais la situation ne se résoudrait, et la grande famille des rebelles pâtirait de cet animosité entre deux d’entre eux. D’un autre coté, plus il s’efforçait de se montrer gentil et d’entamer la conversation, plus elle s’hérissait et semblait se mettre en colère. Elle se contenait, cela se voyait bien, mais malgré sa grande maîtrise d’elle-même, son sang froid ne pouvait pas empêcher ses yeux de charrier des icebergs et sa voix d’adopter un ton plus aiguisé qu’un sabre.

C’est alors que l’ancien vagabond prit une décision. Il alla tout d’abord poser les gâteaux restants sur un meuble ; il avait quelque chose à faire avant de déguster le sien, et ma foi, si Suzue avait faim, elle pourrait manger celui que refusait Madoka. Ensuite, il vint s’agenouiller devant celle qui le détestait tant et prit la parole d’une voix sincèrement emplie de remords et de tristesse.

" Écoute Madoka… écoute moi juste une dernière fois aujourd’hui et je te promets de te laisser tranquille ensuite ! Je ne t’approcherais plus du tout du reste de la journée… "

Sans lui laisser le temps de répliquer un quelconque refus, il enchaîna, prenant ses mains fines dans les siennes, marquées par le labeur au manoir.

" Je t’adresse mes plus profondes excuses même si je suis inexcusable, pour tout. Je n’ai pas toujours été tendre avec toi. Je t’ai dit des choses vraiment pas cool. Et surtout, je n’aurais jamais du vous abandonner toutes les trois. Enfin, surtout toutes les deux. Même si j’étais resté dans la maison, notre amie humaine aurait été assassinée. Je n’aurai rien pu faire contre ça : je n’étais pas son garde du corps et je n’avais pas l’autorisation de se rendre à ses concerts. Il m’a fallu du temps pour comprendre cela. Mais j’ai commis une terrible erreur en vous abandonnant toutes les deux. Je le sais, et je m’en veux énormément. Je ne pourrais jamais réparer le tord que j’ai causé, mais j’essaie dorénavant de bien me comporter et d’être utile. Tu ne me pardonneras jamais mais sache que je ne ferais plus faux-bond aux miens. Plus jamais. Je me suis parfois battu pour la communauté neko et je me suis aussi parfois comporté en parfait égoïste, mais à présent je mourrai pour Suzue et son groupe… notre groupe. "

Sa tirade achevée, le neko lui lâcha les mains et resta un moment à genoux, baissant la tête, se plaçant ainsi en position de faiblesse par rapport à la femelle qui le surplombait. Son instinct de chat le poussait à attendre qu’elle se déchaîne ou bien s’éloigne, mais dans tous les cas de ne plus la provoquer davantage. Il avait déjà tenté le diable en lui parlant si longuement, en la touchant, ce n’était plus la peine d’en rajouter. Ce n’était pas non la première fois qu’il lui demandait pardon, mais ça serait sans doute la dernière. Et aujourd'hui au moins,  il y avait mis les formes. A présent, mieux valait laisser le temps se charger de montrer à Madoka qu’il avait changé, qu’il s’améliorait, et qu’il lutterait sans relâche pour la liberté de ses congénères.

L’amitié que Suzue lui portait adoucirait peut-être également un peu cette rancœur. Cette amitié… il ne la méritait même pas. Suzue était quelqu’un de bien trop exceptionnel pour lui, elle était trop généreuse de le garder à ses cotés et même de lui confier des tâches importantes et des responsabilités. Less se sentait gêné de s’être ainsi mis en scène devant son amie d’ailleurs, mais sur le moment, il s’était laissé emporter par son instinct, jugeant qu’il laissait la situation en l’état, Madoka finirait par exploser avant la fin de la journée.

Less coula un regard en biais vers son amie, dont l’entrain s’évanouissait peu à peu au et à mesure que la journée avançait. L’ambiance pesante la rendait triste, et Less s’en sentait coupable. Peut-être aurait-il dû lui demander conseil avant… elle, elle saurait certainement comment ne pas envenimer la situation avec une ennemie ! Less lui envoya un regard profondément désolé, s'excusant du regard comme un pauvre chaton battu.


[HRP : Mado tu as le droit de frapper Less si tu veux ! XD]

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mer 17 Fév 2016 - 0:14
















Un remue-ménage physique comme psychologique





Elle se sentit désolée pour Suzue. Désolée de lui gâcher cette journée qui s'était au départ annoncée agréable. Si Lessien n'était pas venu ici, l'ambiance aurait été bien moins tendue à l'heure actuelle. Elle voyait bien dans le visage de son amie que le sourire était forcé, qu'elle en avait assez de la situation. Madoka se sentit mal de lui infliger cette mauvaise journée. Elle entendit sa voix qui avait perdu de cette bonne humeur, cet entrain forcé dont elle faisait preuve. Elle voulut dire quelque chose, tenter de rattraper son comportement regrettable, tout en se disant qu'elle allait faire de son mieux pour les tâches à venir...

Mais il fallait que son pire ennemi en ajoute. Elle fut surprise lorsqu'il s'agenouilla, mais la colère prit rapidement le pas sur le reste. Cette manière de se mettre en scène, ses manières de prendre des airs de saint du dimanche, ça ne faisait que la mettre en colère. Madoka ouvrit la bouche pour l'envoyer voir ailleurs, à défaut de pouvoir lui trancher la jugulaire - chose qu'elle ne ferait pas par respect pour Suzue, qui était près d'elle. Mais l'autre lui prenait maintenant les mains, et la néko ne put s'empêcher de lâcher un feulement. Elle ne pouvait supporter ça, toute cette hypocrisie, toute cette petite comédie juste pour se faire passer pour l'innocent, à la fin. Tout ce cirque, ça lui tapait dans le système. Tous ces mots prononcés la mettait en colère, tous ces faux semblants étaient loin de la calmer. Alors qu'elle avait dit à Suzue qu'elle essaierait de faire des efforts... On pouvait dire que c'était déjà fichu.

Mourir pour le groupe ? La bonne blague. Elle y croyait autant qu'elle croyait au père noël, donc pas du tout. La colère grandit jusqu'à ce qu'il lui lâche les mains, et même au delà. Et elle ne put s'empêcher d'exploser de nouveau. Même si cela n'irait pas en la faveur de Suzue, même si elle aurait préféré passer la journée à faire autre chose que de s'énerver au quart de tour. Mais c'était sa nature, la colère avait fini par devenir une partie d'elle. Ce fut donc sans plus de cérémonie que son poing se chargea de répondre avant sa langue, s'abattant sur le visage du néko aux cheveux blonds.

-J'en ai rien à faire, de tes excuses ! Je ne te ferai jamais confiance, je préférerais que tu crèves !

Elle s'écarta ensuite en serrant les poings et les dents, se dirigeant vers la corbeille de linges qu'avait désigné Suzue. Elle ne voulait pas perdre plus de temps à cet échange qui ne ferait qu'attrister son amie aux cheveux roses. Elle n'osait pas affronter le regard de cette dernière, s'en voulant trop d'avoir céder à sa colère. Elle se concentra sur le travail, silencieuse. Elle devait sûrement passer pour la mauvaise personne de l'histoire, maintenant...






© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Ven 19 Fév 2016 - 18:46

Je fus soulagée de savoir que mon amie allait prendre sur elle, et sur bien des efforts, afin de mieux se comporter. Même si je ne connaissais pas l'histoire de chaque côté, seulement d'un seul, j'en savais assez pour savoir que Less n'y était pas entièrement de sa faute. Après tout, j'aurais probablement fait la même chose, voire pire, puisque je ne me serais jamais associée à des humains. Malheureusement pour nous trois, il semblerait que le reste de la journée ne se passe pas tellement comme prévu. Mon biscuit dans une main, je m'attendis à ce qu'il y ait encore un peu d'étincelle entre les deux, mais jamais, au grand jamais, je ne me serais attendue à ce que Less prenne se moment pour se confesser, pour essayer d'absoudre ses péchés, de se faire pardonner. Geste sincèrement honorable. Les deux essayaient l'un et l'autre de rendre la journée plus joyeuse, deux personnes que j'affectionnais particulièrement dans la grande famille essayant conjointement de me rendre le sourire.

Malheureusement, cela ne sembla pas fonctionner. Mon biscuit figé dans l'air à mi-chemin de ma bouche, complètement oublié par ce qui se passait devant moi. Jamais je n'aurais cru qu'ils me fassent ça tous les deux. Au premier signe de colère de Madoka, les nekos de la lingerie s'étaient furtivement éclipsés, nous laissant seuls tous les trois à nos problèmes. Je n'avais pas été présente lorsqu'il y a eu l'incident par le passé, faisant en sorte que l'une détestait l'autre, je ne pourrai donc pas dire que je comprends totalement. J'aurais bien aimé avoir la version de Mado, pour savoir pourquoi il y a tant de haine que ça, car de savoir que tant de haine habitait le coeur de Mado me serrait mon propre coeur.

Dégoûtée de mon biscuit, je le déposai à côté de moi lentement. Je ne savais trop que penser de ce moment fort déplaisant. La tension en était palpable au point où elle formait un mur infranchissable entre les deux compagnons. Avant de baisser mon regard vers le sol dans un air plus concentré, j'avais eu le temps de voir le regard désespéré de Less alors que Mado évitait à tout prix mon propre regard. Je pris une grande respiration dans le but de dire quelque chose, sentant en moi la quantité d'émotion qui me submergea; tristesse, déception, horreur, colère. En ce moment même j'aurais tant aimé pouvoir crier. Au lieu de cela, après avoir pris une autre respiration, c'est plutôt d'une voix basse, totalement froide et dénuée d'émotion, mais claire que je lançai en l'air, sans avoir personne de visé;


- Dans la vie, humain comme neko, chacun change à sa manière. Que ce soit positif, ou négatif, pour le mieux ou non. La jeunesse de quelqu'un pourrait avoir été égoïste qu'à l'âge adulte, il s’assagit et passe à un sentiment d'altruisme. Un être ayant été innocent pourrait à un moment avancé de sa vie avoir à commettre un meurtre, salissant à jamais ses mains, ou l'inverse, avoir commis un nombre incalculable de meurtres, soit par défense, ou par vengeance, avoir les mains salit, et poursuivre dans cette voie…

Je m'interrompis un instant, ayant en pensée mon meilleur ami, alors que je savais depuis longtemps qu'il avait commis l'un de ses premiers meurtres de sang-froid, par esprit de pure vengeance pour son père tué. Je me souvenais de toute sa colère, sa haine, quand il évoquait le hunter, la mort de son père. Ça, c'était un sentiment légitime, si on pouvait dire ainsi, je ne regardai toujours pas mes compagnons alors que je poursuivis de ce même ton froid;


- Éprouver de la haine, avoir vengeance sur quelqu'un qui a tué un être cher, ça, c'est de raison. Tuer le hunter qui a tué un père, oui c'est raisonnable. Les humains n'ont ce qui mérite lorsqu'ils nous touchent. Mais de là à haïr parce que ton compagnon préférait la liberté? Qui es-tu pour juger de ce qui est bien pour nous nous ou non? Nous sommes nés libres et indépendants, toute notre vie, notre jeunesse n'a servi qu'à quelques points essentiels; survivre, l'indépendance, la haine des humains, la liberté.

« Alors, pourquoi devrions-nous accorder la moindre importance sur ceux qui servent les humains de manière docile dirait certain. Ils plient l'échine devant les humains, et ne pensent pas deux secondes à leur propre liberté. Pourtant, le mot liberté vient avec sacrifice, de la misère pour certains. Est-ce par paresse? Par peur? Je ne crois pas qu'ils puissent un jour comprendre ce que c'est que de vivre dans la peau d'un insoumis, sauf si eux-mêmes le deviennent éventuellement. Alors, pourquoi accuser, juger, voir haïr, un insoumis parce qu'il décide de vivre en neko libre, et non en pleutre de domestique!

Je crachai ma dernière phrase, haussant d'une coche le ton, la colère faisant peu à peu place à la froideur du moment. Certes, je n'étais pas nécessairement plus extrémiste que certains, qui pensent que les nekos domestiques sont sans importance. Non, moi je crois encore un peu à eux, pour peu qu'ils se donnent la peine de vouloir comme nous l'indépendance. Enfin, mon regard croisa celui de Mado, qui avait enfin levé les yeux, mais pour y voir un puits sans fond de colère, mais aussi de tristesse.

- Alors, dites-moi, ce qui est bon ou non, de savoir qu'un humain en a tué une autre. Les humains se font la guerre pour une cause, pour quelque chose qu'on n'a jamais demandé. Tu accuses personnellement quelqu'un qui préfère la liberté, qui devrait, comme nous tous, détester les humains au point de ne jamais les côtoyer. Pourtant, il n'a rien fait. Tu me diras, justement, il n'a rien fait. Moi-même, tu me crois assez bête pour aller sacrifier ma vie, ma liberté, et mes valeurs, pour un ou une neko qui plie l'échine devant ceux qui nous veulent du mal? Ceux qui nous veulent inférieurs à eux? Ta peut-être pas mit ta haine à bonne place, crois-moi. Et il serait peut-être bien le temps que tu arranges ça, sinon, peut-être pourrais-tu retourner vivre avec les humains?

De tout le moment où j'avais parlé à ce jour, j'étais restée assise sur un comptoir. Mais à présent, j'étais debout, la colère et la tristesse présentent dans ma voix qui maintenant se faisait plus tremblotante, car je perdais peu à peu le contrôle de moi-même. Dire qu'ont se chicane au sein même des nekos, alors qu'en réalité, il faudrait se tenir conjointement ensemble pour faire face un tant soit peu aux humains plus nombreux! Dans un grognement irritant, j'essuyai avec ma manche les larmes qui se pointaient aux coins de mes yeux. Sans attendre de réponse de personne, je me dirigeai vers la sortie en abandonnant les deux compagnons;

- Je crois que la journée se termine là pour aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Préparateur de gâteaux aux cailloux


avatar


Nombre de messages : 5145

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Dim 21 Fév 2016 - 13:05

Lessien se massa la joue avec une grimace de douleur, mais ne chercha nullement à protester. Il avait bien mérité ce coup, et peut être cela avait il fait un peu de bien à son ennemie. Se sentait elle un peu vengée ? Irait elle jusqu'à s’en prendre ouvertement à lui un jour si jamais ils se retrouvaient seuls ensemble tous les deux ? Dans un pareil cas, Lessien n’oserait jamais se défendre contre elle, mais l’instinct de survie prendrait sûrement le pas sur la raison… Il frissonna. Mieux valait ne pas se représenter un tel scénario catastrophe !

Avec force de précautions et de mouvements lents et prudents, le mâle doré s’éloigna de sa congénère puis se releva sans bruit, à présent que Madoka lui tournait le dos et s’affairait, morose, à s’occuper du linge.

Il songeait qu’il ferait mieux de s’y mettre aussi lorsque leur chef non officielle entama une tirade à la fois passionnée, posée et attristée. Less l’écouta avec une attention très soutenue et reconnaissante. En quelque sorte, elle prenait sa défense et faisait l’éloge de la liberté. Les sombres états d'âme de l’ancien vagabond se dissipèrent en voyant son amie tenir un discours digne d’un véritable leader. Elle était douée. Elle lui faisait comprendre en outre qu’elle n’était pas choquée par les actes de son second et qu’elle aurait même fait la même chose par amour de la liberté. Lessien fut attendri mais songea que jamais elle n’aurait laissée deux enfants dans le besoin. Elle se serait débrouillée pour les emmener avec elle. Et de toute façon elle se serait entendue avec eux, elle.

Un effroyable doute étregnit le coeur de Less : à l’époque, s’il avait pensé aux deux petites femelles et voulu quitter la ville avec elles, l’auraient elles réellement suivi ? Elles ne l’appreciaient pas, le jalousaient pour la liberté d’action qu’il s’offrait… Un instant il songea à poser la question à Madoka, mais se ravisa immédiatement. Cela ne ferait que la provoquer davantage et il ne souhaitait pour rien au monde avoir l’air de se moquer d’elle ou de monter Suzue contre elle. Déjà qu’elle prenait davantage son parti... Leur amitié à toutes les deux étaient précieuse et le blond ne voulait pas qu’elle soit brisée à cause de lui. Et puis, il avait largement atteint le quota de mots à adresser à sa nemesis pour le mois ! Pas la peine d’en rajouter.

Au lieu de cela, des souvenirs vifs lui revinrent en mémoire… des souvenirs insupportables. Son sentiment d’oppression dans la maison malgré son affection pour l’humaine. Les regards mauvais et les piques que lui envoyaient Megurine. Le bonheur qu’il avait ressenti lorsqu'il avait retrouvé sa liberté totale et sa solitude. L’annonce du meurtre de la chanteuse. La seule amie qu’il lui restait, sa seule famille, perdue à tout jamais, lâchement abattue par l’un des siens parce qu'elle osait affirmer haut et fort qu’elle était pour l’égalité Humain - Neko et qu’elle laissait les siens faire ce qu'ils voulaient… Aux alentours des années 2045, de telles déclarations passaient pour de l'hérésie. Une rafale de tristesse le submergea. C’était bel et bien de sa faute en fin de compte… Elle conseillait aux deux petites hybrides de rester dans la maison et elles obéissaient… Mais la chanteuse voyait bien le malheur du mâle et lui avait proposé d’elle même d’aller et venir comme bon lui semblait sans aider dans la demeure, puis de partir pour de bon si c’était ce qu’il souhaitait. Surveillée par les paparazzi comme elle l’était, tout Tokyo devait être au courant. Et son testament… ce testament provocateur et irrespectable… Elle avait écrit vouloir céder tous ses biens à ses trois nekos. Lessien savait très bien que non seulement ça ne serait pas le cas, mais qu’en plus il valait mieux fuir. Ce qu’il avait fait à la minute où il avait appris la nouvelle. Sans dire au revoir, sans aller récupérer ses affaires, sans se retourner. Il avait quitté la ville aussi simplement et furtivement qu’une ombre. Et aussi égoïste soit elle, cette décision lui avait sauvée la vie. Connue comme le neko de soleil, fauteur de trouble, saboteur de fourrière et de bâtiments humains, neko libre d’une chanteuse controversée… Les deux autres hybrides n’étaient que des enfants esclaves. Lui en revanche, sans l’aura de la star pour le protéger, il était le neko à abattre. Et il le savait très bien.

Tout ce que Madoka avait subi par la suite, est ce que cela aurait été différent si Lessien était revenu dans la maison ce jour là ? S’ils s’était fait prendre avec les deux petites ce jour là ? Combien y avait il eu d’humain ? Un ou deux, il aurait pu se défendre et partir avec Madoka et Megurine. Mais plus, il n’aurait eu aucune chance. Et le souvenir de sa précédente capture était trop vif à l’époque pour se risquer à ce genre de choses. Et finalement, il ne savait pas exactement ce qui leur était arrivé. Madoka lui avait fait comprendre qu’elle avaient été torturées et que Megurine n’y avait pas survécu. Il ignorait les détails et combien de temps cela avait duré avant que Mado ne puisse s’échapper.

Enfin. Son moment de sombres pensées s’acheva tout comme la tirade de son amie. Les yeux humides, elle se détourna et commença à partir, leur signifiant qu’elle ne voulait plus les voir pour la journée. Lessien se sentit encore plus coupable. Finalement ce n’était pas le bon moment pour présenter ses excuses. Peut-être devait il apprendre de ses erreurs et la boucler pour le reste de la journée, mais voir son amie dans un tel état lui brisait le coeur. N’y réfléchissant pas, il lui courut après et la rattrapa juste dans l’embrasure de la porte, prenant le risque que Madoka cherche également à la suivre, lui répondre ou toute autre chose qui le placerait dans son champ de vision alors que devant elle, il valait mieux s’écraser à présent.

" Suzue attend ! "

Vite, trouver quelque chose, n’importe quoi.

" Reste ici à faire le linge avec ton amie si tu veux ! Moi je vais plutôt aller faire des réparations dans certaines chambres. "

Discrètement (ou du moins l’espérait il) il lui murmura à l’oreille :

" Ne la laisse pas toute seule… "

Puis il lui jetta un regard entendu, cherchant à lui faire comprendre qu'il valait mieux épargner sa présence à la rouquine pendant quelques temps, accompagné d'une petite moue contrite et désolée.


(HRP : du coup poursuivez un peu le rp toutes les 2, Less s'éclipse, il reviendra à la fin du rp pour le clôturer.)

_________________
RP en cours:
 

Chibi:
 


Dernière édition par Lessien Menka le Dim 28 Fév 2016 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Mer 24 Fév 2016 - 20:04
















Un remue-ménage physique comme psychologique




Elle avait laissé la colère prendre le dessus, finalement. Elle avait bêtement répondue aux provocations de son pire ennemi, avait réagi sans réfléchir à ce qui allait arriver ensuite. Maintenant, elle évitait le regard de la néko, celle qu'elle avait sûrement véritablement blessée, celle envers qui elle avait finalement envoyé des paroles en l'air, des paroles qui disaient qu'elle allait faire un effort et prendre sur elle. Au lieu de ça, elle avait fait tout le contraire, elle avait tout gâcher d'un geste. Elle avait honte d'elle-même, envie de se cacher dans un coin et se faire oublier, pour un moment, un très long moment même. Elle avait préféré choisir le linge que Suzue avait désigné à laver comme prétexte pour se mettre de côté, commençant à se mettre à la tâche sans attendre que les deux autres nékos s'y mettent aussi.

Elle fut surprise d'entendre la voix de la néko aux cheveux roses s'élever, plus sombre et plus sérieuse, cette fois. Madoka s'était attendu à ce que les choses reprennent sans plus de cérémonie, ce qu'ils avaient fait en gros depuis le début de la journée. A la place de ça, la néko se lança dans un long discours, prenant la défense de cette cause qu'était la liberté, défendant la cause des nékos qui étaient nés rebelles et qui préféraient laisser de côté le reste, c'est-à-dire les nékos domestiques, entre autre. Elle ne s'était pas attendu à de telles paroles venant de son amie, qu'elle croyait plus ouverte d'esprit que ça. Elle qui pensait qu'il fallait s'unir aux nékos encore domestiqués pour leur montrer ce qu'était la liberté et être plus forts, elle ne s'était pas attendu à ce que les paroles de Suzue envers les nékos domestiques soient aussi sèches et cassantes. A ce moment là, elle n'avait pu s'empêcher de tourner la tête vers cette amie aux pensées si faussées, étonnée par ce discours.

Suzue était maintenant debout, et termina son discours, le regard pleins de colère, mais aussi avec de la tristesse au fond du regard. Madoka détourna à nouveau le regard, gênée d'avoir ainsi détruit toute la bonne humeur qu'elle dégageait d'habitude, même si elle avait envie de lui répondre, de défendre sa position. Mais elle estima que ce n'était pas le moment pour faire ça, qu'elle en avait assez fait pour une éternité. Elle reprit ses gestes, prenant soin de ne pas à nouveau croiser le regard plein de reproches de son amie, préférant se charger du linge plutôt que de jeter à nouveau de l'huile sur le feu. Et même si elle s'en voulait, même si elle  ne voulait pas en rajouter, elle était aussi énervée. En colère contre ces paroles extrémistes, ces façons de parler qui faisait croire que les nékos rebelles étaient supérieurs aux nékos domestiques. Mais le premier des nékos rebelles n'avait-il pas été un néko domestique, avant ? Et cette façon de défendre Lessien, la chose qui l'énervait bien plus que tout le reste. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait de le défendre comme ça ? Et qu'est-ce qu'il lui avait dit, lui, pour qu'elle se mette à le défendre comme ça ?

Sûrement ne devait-elle pas comprendre les nékos domestiques tout simplement parce qu'elle-même n'en avait jamais été une. Peut-être ne savait-elle pas que les insoumis n'étaient pas éduqués de la même manière qu'un néko domestique ? Qu'un néko domestique est plus conditionné que réellement éduqué ? Un être humain ne serait pas assez idiot pour apprendre la définition de la liberté et de ce que cela impliquait à son esclave, puisque cela lui donnerait envie de partir faire sa propre vie, ce qui serait entièrement désavantageux pour le maître s'il se retrouvait ensuite sans esclave.

La néko aux cheveux roses se dirigea finalement en direction de la sortie, disant qu'elle partait définitivement pour le reste de la journée. Madoka la suivit du coin de l'oeil, sans pour autant s'interposer ou tenter de la retenir. Il serait inutile d'en rajouter une couche alors qu'elle en avait déjà assez fait. Elle continua de s'affairer à la tâche, se retenant tant bien que mal de réagir, de répondre à son amie, ne désirant pas envenimer les choses plus qu'elles ne l'étaient déjà.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Dim 28 Fév 2016 - 0:06

J’avais l’intention dès le début de m’arrêter là, de laisser aux deux enfants présents la possibilité de s’entretuer s’ils le souhaitaient réellement. Je n’étais pas assez bête pour rester voir se mutiler, autant physiquement que psychologiquement deux de mes meilleurs amis. D’autant plus, comme je l’avais dit, les insoumis étaient déjà dans une situation précaire avec les humains non loin, la ville détruite et un manoir bien utile certes, malgré les réparations, mais qui n’avait pas le dixième de la superficie que nous avait offert la ville souterraine. Ici, l’entraide était plus que primordiale, et s’il y avait conflit, essayé de les calmer le plus rapidement possible. N’était-ce pas pour cela qu’avant la destruction de la ville, son meilleur ami avait, depuis longtemps, pris la relève des insoumis rebelles?

Quoi qu’il en soit, je ne pus m’empêcher, au regard implorant de Less, un regard qui me faisait fondre sur place, de lui refuser cette demande. Il était aussi triste et désemparé que tout le monde ici, et même si mon discours ne le visait pas particulièrement, ayant inconsciemment pris sa défense, il en avait été invraisemblablement troublé. J’acquiesçai sans grand enthousiasme à sa demande, sans rien ajouter, mais espérai grandement que mon regard soit assez clair pour qu’il comprenne que je désirais le revoir plus tard.

Après qu’il s’en fut faire d’autre réparation, je me retrouvai seule avec Madoka. Toujours brillant par leur absence, les autres nekos avaient au moins l’intelligence de nous laisser tranquille. Sans grand enthousiasme, je commençai à laver les vêtements et les draps sales, le silence pesant entre nous. Pourtant, je n’avais pas cru voir de la colère briller dans ses yeux, mais je me sentis tout à coup très mal de ce que j’avais dit.


- Je m’excuse… je ne pensais pas à ce que j’ai dit, tout à l’heure… juste que… et bien que…

Finis-je par dire bêtement au bout de plusieurs minutes de silence. J’avais ressassé mes paroles en tête, et finis par croire qu’on avait peut-être mal interprété ce que j’avais dit. Je n’avais rien contre Mado, et je n’avais pas vraiment rien contre les domestiques… mais cela était plutôt mal sorti, en quelque sorte. D’autant plus, pour rien au monde je ne voudrais perdre l’amitié nouvellement acquise de la neko brune au tempérament si semblable à son meilleur ami, côté impulsivité….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Lun 14 Mar 2016 - 23:57
















Un remue-ménage physique comme psychologique





Elle leva la tête un court instant pour voir Suzue revenir, puis reporta son attention sur le linge qu'elle commençait à laver. Au moins, Lessien était parti, c'était mieux comme ça, elle n'allait pas se mettre de nouveau en rage devant son amie. La pièce était maintenant éprise d'un calme pesant, étant donné que le vacarme qu'elle avait provoquée avait entre temps fait fuir les nékos qui étaient déjà présents lorsqu'ils étaient entrés. Une fois de plus, elle préféra éviter d'adresser la parole à la néko aux cheveux roses, continuant de faire comme si de rien était, toujours gênée de lui avoir saper le moral.

En attendant, les paroles de la néko tournaient encore dans sa tête. Etait-ce vraiment le fond de sa pensée ? Pensait-elle vraiment qu'il serait mieux de laisser les nékos domestiques tels qu'ils étaient, dans la soumission forcée ? Ou bien étaient-ce des paroles dites sous les émotions ? Elle ne pouvait pas lire dans les pensées de la néko, et jusqu'alors cette dernière gardait le silence. Madoka préféra garder le silence plutôt que de lui poser la question, ne désirant pas prolonger ce conflit qu'elle n'avait pas voulu. Finalement, elle entendit au bout de quelques longues minutes la voix de Suzue s'élever, bafouillant des excuses.

Ce fut à ce moment là seulement qu'elle tourna le regard vers la néko aux cheveux roses, assez surprise qu'elle lui présente ainsi des excuses, et même, elle ne s'y était pas attendu. Elle prit quelques secondes pour chercher ses mots, puis lui répondit :

-C'est vrai, il y a des nékos qui se plaisent chez les humains, qui se fichent de la liberté. Mais tu ne peux pas tous les mettre dans le même sac. Il y en a qui n'ont pas les moyens de se libérer d'eux-mêmes, et c'est aussi pour cela que les rebelles doivent agir. Pour les aider.

Elle s'était adressée à elle d'une voix calme, sans élever le ton, sans une trace de colère. Ces quelques minutes de calme avaient apaisées sa colère, et en aucun cas elle ne voulait à nouveau se prendre la tête avec son amie. Elle ajouta ensuite, d'une voix moins sûre cette fois :

-Et tu n'as pas à t'excuser... C'est plutôt à moi de le faire... Je n'ai pas été très futée pour le coup...

Cette fois, elle détourna à nouveau le regard du visage de son amie, replongeant les yeux vers les vêtements qu'elle était en train de laver pour trouver un bon prétexte. Elle était quelque peu embarrassée par la tournure de la situation, qui était loin d'être le genre auquel elle était habituée.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Ven 18 Mar 2016 - 0:03

Je ne m'attendis pas nécessairement à recevoir de réponse de la neko, sachant que je l'avais probablement blessé dans mon discours. Pourtant, après plusieurs autres secondes de silence, elle finit par bouger. Voyant son geste, je m'arrêtai pour la regarder alors qu'elle n’en faisait autant de son côté, le regard surpris, avant de m'adresser la parole d'un ton calme, nullement en colère. J'étais à la fois soulagée, parce qu'elle ne semblait pas en colère contre moi, mais aussi déçue quelque peu, car je savais que j'aurais pu, à l'instar de Less, mérité sa colère. Parfois, me dis-je, cela aurait pu être mieux de la savoir en colère contre moi. Peut-être pensait-elle comme moi, de savoir qu'en tant qu'amie, il ne serait pas bien de se mettre à se disputer pour rien.

Mais elle avait raison. Je savais que certains se vautraient chez leur maître et dans l'obéissance absolue. Ceux-là m'arrachèrent une grimace de dégoût et s'ils nécessitaient notre aide, alors je savais que je le leur accorderais en dernier seulement. Je préférais aider d'abord nos compagnons insoumis, puis les errants, avant de fournir d'autre effort…


- Je sais, il ne faut pas les mettre dans le même bateau… mais nous avons déjà bien du mal à nous en sortir, imagine alors aider les domestiques! Encore faudrait-il réussir à les rejoindre, et pour l'instant, nous concentrons nos efforts sur la remontée de la communauté et notre survie. Après, nous y penserons, je te le promets, tant qu'ils souhaitent un tant soit peu à vouloir être secouru…

Finalement, elle finit par s'adresser de nouveau à moi, son ton confiant avait lentement disparu au profit d'un ton plus réticent. Néanmoins, à sa dernière réplique, je ne pus m’empêchai d'éclater de rire. Ça, pour ne pas être futée… en même temps…

- Peut-être, mais j'en connais un qui va avoir un bleu dans quelques heures, le pauvre! Je devrais peut-être prévenir les mâles de la communauté de faire attention à ne pas se faire agresser par la petite neko brune que tu es! Tu en as dedans plus que je ne l'aurais cru d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Nombre de messages : 628

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Lun 21 Mar 2016 - 21:59
















Un remue-ménage physique comme psychologique



L'hybride aux cheveux roses lui répondit d'une voix qui avait repris de son assurance lorsqu'elle lui parla du cas des nékos domestiques. Même si Suzue pensait aussi à ceux qui ne faisaient pas parti des rebelles, la première des priorités restait celle des nékos libres. Là dessus, Madoka ne pouvait que comprendre. La situation des nékos rebelles n'avait fait qu'empirer depuis la destruction de la ville souterraine, bien que le manoir offrait un refuge plutôt satisfaisant, même si le refuge n'était que provisoire... Elle se demanda combien de temps cela allait prendre pour récupérer ces années de luttes perdues.

Elle éclata ensuite de rire en entendant ses excuses. Encore une fois, elle fut surprise de la réaction de son amie. Au moins, elle était sûre qu'il n'y aurait plus cette ambiance tendue ou ce conflit, et cela la soulagea. Son rire fut même communicatif, et elle ne put s'empêcher de sourire. Elle reprit ensuite sur le ton de la plaisanterie. Elle ne put s'empêcher de rire en entendant ces paroles. Elle haussa les épaules avant de prendre la parole.

-Et bien, j'ai du faire quelques efforts pour survivre, comme les autres.

Elle avait du faire des efforts pour rester en un seul morceau lorsqu'elle avait fini par se libérer et devenir une néko errante. Et même avant, elle avait aussi du faire quelques sacrifices pour en arriver ici. Et même si elle ne regrettait pas du tout le coup qu'elle avait donné à Lessien - puisqu'il le méritait amplement, si ce n'était bien plus que ça - elle se demandait si à force d'exploser de nerf à chaque fois devant le reste des nékos elle n'allait pas finir par vraiment se faire passer pour la folle enragée du coin... Et même si Suzue plaisantait, il y avait une petite part de vérité dans ses dires.

-Tu sais, je ne suis pas le genre à attaquer n'importe qui pour rien, même si je m'énerve vite. Il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour ça.

Elle l'avait dit en souriant, toujours sur ce même ton enjoué, même si elle voulait en partie rassurer son amie que le néko aux cheveux blonds était un cas particulier. D'ailleurs, elle ne voyait nullement pourquoi elle s'en prendrait à qui que ce soit.


[HRP : Désolée pour la réponse un peu courte >_< ]





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joueuse la plus rapide de l'ouest ! ☆


avatar


Nombre de messages : 856
Maitre de : Nous même!
Hybride de : La liberté!

MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   Jeu 24 Mar 2016 - 0:01

J'acquiesçai lentement, sachant à quel point il pouvait être difficile de survivre en ces temps où l'être humain à la fâcheuse manie d'être axé sur lui-même, supérieur à tout, même à Dieu. Les insoumis faisaient cela depuis longtemps. Je faisais cela depuis que j'ai expiré ma première bouffée d'air. Certes, le thème survie n'est pas le même pour nous deux, mais le but est pareil; essayer de vivre chaque jour, avancer, ne pas se faire tuer, rester le plus possible en un morceau, quoi qu'il arrive. Et ceux qui étaient ici, dans ce manoir ou aux alentours prouvaient qu'il était possible de survivre, moyennant des sacrifices.

- Ne t'en fait pas, ont fait tous des sacrifices, et on essaie tous de survivre, peut importe ce qui arrive, tu n'es pas la seule tu le sais!

Mine de rien, malgré le peu de paroles échangées, le travail semblait bien avancé, et le linge maintenant tout lavé, la plupart étaient en train de sécher sur les cordes prévues à cet effet plus à l'extérieur. Satisfaite de notre travail, je mis mes poings sur les anches, souriant à belle dent du travail accompli. Et une tâche de plus de à rayer sur la liste! Il ne manquait plus grand-chose à vrai dire…

Je souris à la réplique de Mado. Elle avait beau préciser, je savais bien que je pouvais compter sur elle pour ne pas s'engueuler avec les autres. Jusqu'à maintenant, elle faisait preuve d'empathie envers les autres et même si n'habitant pas dans le manoir, elle venait régulièrement aider les autres. Non, à bien y penser, il n'y avait que pour Lessien qu'elle avait une dent. Une grosse dent d'ailleurs.


- Bah, ne t'en fais pas, au pire, un ou deux coups de pieds derrière certains pourraient les faire plus activer!

Un certain silence s'installa lentement, car en même temps de parler une idée vint germée dans mon esprit. Une idée qui ne pouvait peut-être pas me plaire si cela s'avéra juste. Je me retournai vers Madoka, ne sachant pas trop comment aborder le prochain sujet, la crainte me faisant tout à coup hésiter. Finalement, mieux valant une réponse que rien, je me lançai sur mon hypothèse…

- Dit Mado… nous sommes amies, n'est-ce pas? Je sais qu’entre toi et Less ça ne va pas bien, en fait, je vois bien que c'est la guerre, mais.. Je pensais… en fait, j'espère que tu ne m'en veux pas d'être son amie? Je l'apprécie beaucoup, et je n'ai pas connu son passé, je ne peux donc pas le juger sur ça, mais je m'entends bien avec. J'espère que tu ne m'en voudras pas, j'espère que tu veux, voudra rester mon amie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un remue-ménage physique comme psychologique [Less&Mado] FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Espace personnage
» Remue ménage dans la prison [pv: Anaëlle]
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty Neko :: 
RP : Tokyo
 :: Aux alentours de la ville :: Appartements et maisons :: Vieux manoir abandonné
-