Le deal à ne pas rater :
Licence Windows 10 professionnel 32/64 bits (version française)
12.90 €
Voir le deal

Partagez
 

 Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Alors Girofle... prête à crier?
Oui
Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Vote_lcap57%Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Vote_rcap
 57% [ 4 ]
Non (donc oui)
Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Vote_lcap43%Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Vote_rcap
 43% [ 3 ]
Total des votes : 7
 

AuteurMessage
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeSam 25 Fév 2012 - 21:14

Le métro n'avait jamais été un lieu propice à la discussion. Le bruit incessant des wagons en marche rendaient la compréhension difficile, aussi la plupart des gens cessaient-ils de parler en y entrant et recommençaient-ils à discuter en sortant. Pour certains, c'était une bonne excuse pour cesser d'adresser la parole aux personnes avec qui ils voyageaient, par gêne ou par paresse. Pour Jasper, c'était une bonne excuse pour remuer de plus en plus les idées qui avaient commencé à envahir son esprit depuis qu'il avait quitté la fourrière, accompagné de sa neko menottée. Il n'avait, depuis, pas prononcé un mot, mais avait gardé ses yeux rivés sur son esclave, son visage n'exprimant rien d'autre qu'une concentration absolue. Les idées s'étaient rarement bousculées avec tant de violence.

Peut-être que tu ne devrais pas penser à ça dans un tel endroit. Pas de cette façon-là, en tout cas.

Ferme-la! Je fais c'que j'veux!


Tick... tick... tick...

Et tout cela avait continué pendant de très longues minutes. Rarement Jasper avait-il voyagé pendant aussi longtemps sans même prêter attention à ce qui se passait autour de lui, sans même jeter un regard en direction d'une jeune femme en jeans serrés qui quittait distraitement le wagon, sans même réaliser qu'il était là. Et soudainement, ils étaient arrivés. Déjà. Enfin. Sans un mot, il se leva d'un bond et, tirant sa neko par les menottes qu'elle avait toujours aux poignets, gracieuseté de la fourrière, il la traîna jusqu'au dehors de la station de métro, dans un quartier caractérisé par la présence de quelques bars et clubs de nuit. Un endroit plus ou moins branché, mais toujours achalandé malgré tout. La nuit allait bientôt tomber, aussi l'endroit était-il peu occupé pour l'instant. D'un pas vif, le jeune homme se dirigea vers sa demeure, tentant de ne pas prêter attention aux réactions de sa neko.

Avec un geste qui semblait être un réflexe, Jasper fit tournoyer ses clés entre ses doigts et en enfonça une dans la serrure de la porte de son appartement, en bas des escaliers de bois. À peine avait-il ouvert la porte que, d'un mouvement brusque du bras, il jeta sa neko en direction du grand matelas qui trônait au centre de sa chambre, contre le mur.

Olé!

Il fit ensuite un pas à l'intérieur, dans la pièce sombre, et ferma tranquillement la porte en jetant distraitement son manteau sur le côté, par terre. Il sentit soudainement la pression retomber d'un seul coup. Il était chez lui, maintenant. L'extérieur, le monde, les autres gens, tout cela n'existait plus. Il pouvait prendre son temps, savourer le moment, faire ce qui lui plaisait.

Tick... tick... tick...

Jasper tourna la tête vers Girofle, n'affichant aucun sourire, et d'un geste sec, barra la porte de son appartement. Un "CLAC" sonore retentit.

Tick... tick... tick...

Il se mit ensuite à parcourir la pièce d'un pas lent, zieutant rapidement les alentours. Deux ou trois bouteilles de spiritueux vides jonchaient le sol. Il aurait besoin d'en racheter, mais heureusement, cette fois-ci, il n'avait pas envie d'alcool. Ça ne serait absolument pas nécessaire. Il laissa durer le silence. Comment débuter? Avait-il réellement besoin de débuter? Pouvait-il déjà commencer par la fin? Pourquoi pas. Mais si le plaisir durait, ce serait mieux...

Tick... tick... tick...

Toujours le même pas lent. Il s'approcha d'elle, la regardant de haut après l'avoir projetée en direction de son matelas qui, lui, n'était qu'à quelques centimètres du sol. Le manque total de lumière cachait en partie ses traits faciaux, mais aucune expression ne trahissait ses intentions.

- Une seule question, à développement. Tu veux quoi? Parce que moi, je sais c'que j'veux.

Rarement avait-il été aussi direct. Rarement avait-il aussi projeté quelqu'un sur son lit de la sorte, et ce quelqu'un avait d'autant plus rarement été déjà menotté et vêtu uniquement d'une culotte et d'un t-shirt. Son impatience commençait à prendre le dessus. Peu importe qui elle était, Girofle allait devoir cracher le morceau. Qu'elle le fasse entre deux cris ou non ne dépendait que d'elle.


Dernière édition par Jasper Cunningham le Jeu 8 Mar 2012 - 8:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 12:16

Girofle montait pour la première fois dans un métro. Elle qui se targuait d'avoir tout vu, tout fait, la voilà qui s'engrenait dans une première expérience qui semblait n'être que la première d'une longue liste. Ces transports en commun auraient été trop ordinaires pour elle, habituellement. Elle se sentait bien au-dessus de cela. Mais la présence de son nouveau maître galvanisait ses émotions, et elle sentait la chair de poule rouler sur sa peau, tandis que la machine se mettait en marche. Elle jeta un dernier coup d'oeil à Jasper, admirative devant cet homme qui savait ce qu'il voulait et qui faisait tout pour l'obtenir. Puis elle se mit à observer les gens autour d'elle sans aucune pudeur ; beaucoup détournèrent le regard, gêné qu'on les regarde aussi fixement. Girofle se demandait aussi pourquoi tout le monde se taisait, car il n'y avait aucun son sauf quelques reniflements dégoûtants et des toux gênées. On aurait dit que cette machine bringuebalante aspirait chaque son, chaque bruit, chaque syllabe pour l'utiliser comme essence.

Et puis, elle portait des menottes. Le contact du métal gênait sa peau, mais se savoir entravé, devant tous ces gens qui devaient penser tellement de choses sur elle ... C'était excitant. Elle se doutait aussi que, de la voir incapable d'un mouvement, Jasper la dominait avec bonheur. Elle cacha un demi-sourire, et suivit son maître quand ils sortirent. L'air frais lui fit du bien ; dans le métro, il y avait une odeur de sueur rance, de chaleur humaine. C'était trop pour son nez si délicat. Elle tenta de repousser une mèche de son front, mais ses poignets se heurtèrent à la barrière de métal, et elle renonça. Ses yeux d'or regardaient partout autour d'elle, avec curiosité. C'était ici qu'il vivait ? Comme monsieur tout le monde. Qui aurait pu croire qu'un être comme lui vivait parmi le commun des mortels ? Ils se dirigèrent vers chez Jasper ; elle le regarda jouer avec ses clés avec une habileté étonnante, puis, sans crier gare, il la poussa violemment. Elle atterrit sur le matelas au sol, dans une posture équivoque, à quatre pattes. Elle se redressa légèrement, tourna sur elle-même pour s'allonger sur le dos, les jambes écartées juste ce qu'il fallait pour deviner la soudaine humidité entre ses jambes. Elle fit un grand sourire à son maître, qui regarda autour de lui avec un évident soulagement.

Le loup est chez lui. Maintenant, il peut faire ce qu'il veut. Plus personne ne pourra le juger.

Elle eut un frisson de plaisir à l'idée qu'il la prenne là, maintenant, sur le matelas, comme une chienne. Son regard flamboya d'un désir bestial, et elle plongea ses yeux dans ceux de son maître. Il avait fermé la porte à clé. Bien. Nul ne pourrait les embêter. Il la fixait de haut, pour la dominait ; la queue entre ses jambes caressa son mollet, timidement, doucement, en une invite charnelle. Elle lui laissa le temps de dire quelque chose ; il n'avait qu'à ordonner et elle obéirait. Elle bougea lentement, comme un serpent, ondulant de tout son corps sur le matelas. La question la fit sourire, et elle resta quelques secondes silencieuse.

- Je croyais avoir été assez claire. Ce que je veux ? Toi ...

Sa voix était devenue plus rauque quand elle avait prononcé le dernier mot, et se redressant sur ses genoux, elle effleura de ses doigts la jambe de Jasper, remontant très lentement vers son entrejambe. Elle se retenait de se jeter sur lui ; mais si il était une bête, peut-être avait-il envie de faire durer le plaisir. Tout en caressant son sexe à travers son pantalon, et pressa son ample poitrine contre ses jambes, avec un regard qui aurait damné un saint. Qu'il vienne la chercher. Elle voulait tellement jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeJeu 1 Mar 2012 - 0:00

Jasper avait de l'expérience. C'était le moins que l'on puisse dire à son sujet : il avait vu et tenté des choses que bien des gens se contentaient d'imaginer en rêves et ce, dans des situations peu communes. Bien des fois, il avait su lire dans les pensées des gens rien qu'en observant leurs réactions et il était devenu, avec le temps, un expert autoproclamé en psychologie humaine. Il fallait donc beaucoup pour le surprendre, mais cette fois-ci...

...il n'était pas simplement surpris. Il était troublé. Le dernier souvenir de ce sentiment remontait à au moins deux ans. C'était comme croiser une femme dans la rue qui porte le parfum de votre ex et passer quelques secondes à se demander ce que l'odeur vous rappelle. Une ex horriblement chiante, de plus, le genre que l'on fait tout pour oublier. Et Jasper, lui, venait de se rappeler. Il se rappelait, en observant la neko ramper vers lui et le tâter sans aucune retenue, comment on se sentait lorsqu'on ne savait pas exactement à quoi on avait affaire. Il était tout bonnement impossible qu'une femme aussi désirable que l'esclave qu'il venait tout juste d'acquérir se jette sur une personne d'apparence aussi insignifiante que lui alors qu'elle venait à peine de le rencontrer... à moins d'être complètement folle ou accro.

Ne tombe pas dans le panneau. Une nymphomane pareille, ça ne se peut pas.

Veux-tu bien la fermer et le laisser se la taper, oui?

Cependant, il ne s'agissait que d'une histoire de fierté. S'il n'avait aucune idée de ce que Girofle désirait vraiment, s'il doutait encore de sa sincérité, il savait exactement ce qu'il allait faire pour obtenir des réponses. La solution, en plus de lui permettre d'obtenir ce qu'il voulait, lui permettrait d'évacuer toutes ces émotions peu nécessaires. Fixant toujours son esclave de haut, le regard totalement dénué d'expression, Jasper lui décocha un sourire à peine perceptible en lui passant délicatement la main dans les cheveux, le bout de ses doigts frôlant la nuque.

- Oh, oui, t'as été très claire. Seulement...

D'un geste vif, le jeune homme empoigna la neko par les cheveux et tira sa tête vers l'arrière d'un coup sec, juste assez pour la faire décrocher avant de faire avancer son genou dans sa direction, la poussant ainsi pour qu'elle tombe sur le dos, sur le matelas. Ce faisant, il lui lâcha la tête et, alors que sa proie était couchée devant lui, il se laissa tomber sur elle, plaquant ses mains sur des épaules pour la maintenir prisonnière sous le poids de son corps. Jasper ne cessa pas de se rapprocher d'elle avant de la sentir complètement sous lui, leurs pieds dépassant à peine du large matelas. Son visage était si près du sien que leurs nez se touchaient. Il était incapable de détacher son regard du sien maintenant qu'il s'y était perdu, et il sentait qu'il allait bientôt s'y noyer, mais pas sans l'attirer avec lui.

- Seulement, c'est pas très probable que t'aies autant envie de moi. Deux possibilités, donc. T'essaies de me tenter pour essayer de me tuer, de me voler ou de t'enfuir ensuite... ou alors, t'es qu'une sale chatte en manque de sexe. Y t'ont créé comme ça, ou y'a fallu que tu le deviennes?

Mais plus Jasper parlait, moins il croyait à ce qu'il disait. La neko n'avait aucune peur dans ses yeux, comme si elle attendait simplement qu'il fasse quelque chose. Qu'il LUI fasse quelque chose, et ce, peu importe ce que c'était. Elle semblait faite pour lui, vivre pour lui. C'était si parfait qu'il refusait catégoriquement d'y croire.

((Désolé pour le court message, mais je préfère te laisser plusieurs possibilités de réponse plutôt que d'y aller trop vite!))
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeJeu 1 Mar 2012 - 0:33

    ( Mais c'est suuuper *_* j'adore ta réponse, t'excuse pas, c'est pas court :D)

    Girofle l'observait avec attention. Elle essayait de deviner ses émotions, ses pensées, ses désirs. Elle voulait réellement lui plaire. Pas comme avec les autres, pour le sexe, l'argent, ou le confort. Cet homme là était différent, et elle l'avait choisi - ou plutôt ils s'étaient choisis mutuellement, non ? Elle avait su le voir, parmi la foule de clients ; lui avait eu la confiance intime qu'elle était prête à être à lui. Ils avaient donc formés une sorte de pacte, qui les liait ensemble. Certes, elle était son esclave et lui son maître, mais pourquoi devoir mettre des étiquettes ? Ils étaient liés, voilà ce qui importait. Elle le suivrait n'importe où, car il était celui qui la ferait vibrer, n'importe où, n'importe quand. Il suffisait d'entendre sa voix, avec ces intonations autoritaires. Il était le maître de bien des choses, mais avant d'où d'elle.

    Elle ne s'était pas attendu à se retrouver tirée en arrière ; un léger cri lui échappa des lèvres quand il tira ses cheveux et l'allongea sans ménagements sur le lit. Elle fronça les sourcils un instant, se demandant si elle ne s'était pas trompée. Après tout, existait-il réellement quelqu'un comme lui ? Quelqu'un qui saurait repousser les limites, ses limites ?

    Il s'approcha d'elle, proférant bien des choses. Mais son regard était troublé. Pourquoi voulait-il se faire du mal à la questionner ainsi ? N'avait-il pas ressenti ce qu'elle avait ressenti ? Ne comprenait-il pas qu'elle avait eu la bonne intuition de se jeter sur lui ? Elle garda le silence un instant, appréciant son poids, sa chaleur.

    - Bien entendu que je suis une chatte en chaleur. Mais ce n'est pas pour cela que je t'ai choisi. Tout comme tu ne m'as pas choisie uniquement pour le sexe. En te voyant, j'ai ressenti au plus profond de moi que tu étais spécial. Tu sais que tu l'es. Tu es quelqu'un qui repousse les limites, physiques et mentales. Tu n'es pas monsieur tout-le-monde, malgré tes airs de timide. J'ai deviné qui tu étais, mon beau tigre, et je t'ai tout de suite admiré. Mon corps a rapidement eu envie de toi, car tu es beau. Tu es beau, car tu es spécial. Tu es mon tigre. Tu sauras me combler de désir, et tu repousseras mon ennui. Je t'attendais, et je sais que toi aussi, tu m'attendais.

    Elle avait dit tout cela de façon certaine ; peut-être la frapperait-il pour son insolence. Mais elle avait le sentiment que ce qu'elle disait était vrai. Jamais son être n'avait vibré si fort en présence de quelqu'un ; tout son corps voulait recevoir avec délice ses coups, ses caresses, ses baisers, ses morsures. Pourquoi lui ? Parce qu'il était un tigre parmi les chats. Il chassait, solitaire, et il faisait ce qu'il voulait. Pas à la vue des autres, sûrement pas. Il n'était pas assez fou. Et peut-être que faire ces choses de façon cachée l'excitait ?

    Girofle lui lança un regard d'admiration pure ; il était son tigre. Il avait envie d'elle, et elle n'avait pas envie de continuer à parler. Elle n'avait pas besoin qu'il lui explique qui il était, elle l'avait deviné, senti. Elle le voulait lui. Ses mains frôlèrent son corps, sans le toucher pour de bon, l'invitant à se coller contre elle. Le bout de ses seins, mamelons durcis, titillèrent son torse tandis qu'un sourire voluptueux lui étirait les lèvres.

    - Oh, mon tigre ... Comprends moi comme je t'ai compris. J'aime ce que tu représentes : le sexe, la violence, la brutalité. Je suis comme toi. Ne le sens-tu pas ?

    De nouveaux murmures rauques, tout contre son oreille. Son haleine chaude se blottit dans son cou, et elle recula finalement le visage, pour planter ses yeux d'or dans ceux du jeune homme. Qu'il lise en elle. Qu'il voit si elle n'était pas sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeVen 2 Mar 2012 - 7:31

Ce qui avait semblé être une excellente idée aux yeux de Jasper, quelques heures plus tôt, lui donnait maintenant une impression d'une étrangeté difficile à décrire. Il avait acheté cette neko parce qu'il avait cette impression d'avoir trouvé quelque chose qui était fait pour lui, un peu comme ces femmes qui s'exclament "on dirait qu'elle est faite pour moi!" en découvrant un vêtement qui était en fait produit en série de l'autre côté de l'océan.

Cependant, il se demandait, maintenant, si Girofle n'était pas un peu trop parfaite. C'était absurde, il le savait. Or, d'habitude, c'était lui qui trouvait, lui qui devinait, lui qui lisait les expressions, les habitudes des gens comme il lisait un livre ouvert. Cette fois, il sentait qu'il se retrouvait face à quelqu'un de semblable, quelqu'un... d'égal. Et Jasper n'avait jamais, ô grand jamais aimé l'égalité. Il vivait sur des trips de domination, il cultivait sans cesse son sens de la supériorité, et cette hybride, à peine arrivée chez lui, commençait déjà à l'inciter à bien des choses.

Le problème, ce n'était pas ce qu'elle faisait : c'était comment elle le faisait. Elle savait exactement qui il était. Elle savait exactement ce qu'il voulait. Pire encore : elle le voulait ici, et maintenant, et Jasper savait qu'il n'avait plus aucune chance de reculer. Il allait, pour la première fois depuis des années, être obligé de donner à quelqu'un exactement ce qu'il voulait. Il aurait bien voulu repousser Girofle, la frapper, rien que pour lui montrer qu'il était meilleur, plus fort qu'elle... mais ses hormones semblaient en décider autrement et la neko pouvait déjà sentir, à travers ses jeans, qu'elle avait eu l'effet escompté sur lui. S'il quittait, ils seraient tous deux perdants. Et lui, il n'était jamais perdant.

Tu sais quoi? Fais c'que t'as toujours fait. Laisse-toi aller et, surtout, ferme-lui sa grande gueule.

Elle voulait un tigre? Elle allait avoir un tigre. Lentement, mais sûrement, le sourire taquin de Jasper se redessina sur son visage tandis qu'il relâchait lentement sa prise sur les épaules de son esclave sans la quitter des yeux. Pas question qu'il se laisse impressionner comme ça par la première neko venue. Elle allait en baver.

- Oh, mon tigre ... Comprends moi comme je t'ai compris. J'aime ce que tu représentes : le sexe, la violence, la brutalité. Je suis comme toi. Ne le sens-tu pas ?

- Alors comme ça, t'es comme moi? On va vérifier ça.

Jasper savait comment donner un coup. Il savait aussi comment en recevoir un. Sa spécialité, toutefois, c'était la lutte rapprochée, au sol. L'expérience, ça paie. Il n'eut donc que très peu de mal à se replacer dans une position convenable avant de saisir de nouveau l'épaule de sa neko d'une main, puis sa chevelure de l'autre, la forçant à se retourner sur le ventre tout en lui tirant la tête vers l'arrière pour la désorienter, la poussant ainsi un peu plus loin sur le lit, la tête au niveau des oreillers. Dès qu'il l'eut retournée, il lui posa ensuite un genou au bas du dos pour l'immobiliser et s'écrasa de nouveau sur Girofle, l'immobilisant de tout son poids. Il était, cette fois, allongé sur son dos. Une de ses positions préférées, mais il manquait encore bien de petits détails avant que tout cela ne devienne vraiment à son goût.

Une fois qu'il sentit que sa neko était bien prise sous lui, il lui lâcha les cheveux et l'épaule, ses mouvements redevenant beaucoup plus calmes : il n'avait plus de raisons de précipiter les choses, à l'exception de l'envie brûlante qu'il ressentait. Son bassin était collé aux fesses rondes de Girofle et sa bouche, dans le creux du cou de son esclave. Il prêta attention, pendant un moment, aux sons qu'elle faisait alors qu'il était ainsi placé sur elle, puis il approcha de plus en plus sa bouche de sa peau, lui léchant le cou en une fraction de seconde, juste assez pour la faire frissonner.

Puis, un léger ricanement.

- Si t'es comme moi, tu vas adorer tout ce que je vais te faire. Et je vais te faire hurler, crois-moi. Ça fait trop longtemps que j'me retiens.

Aussitôt qu'il eut fini de prononcer le dernier mot, Jasper ouvrit de nouveau la bouche et referma ses dents à l'endroit où il avait léché le cou de Girofle, lui mordillant un tout petit bout de peau, mais sans lâcher sa prise, augmentant graduellement la force de sa mâchoire jusqu'à ce que sa victime ne soit obligée de pousser un cri de douleur. L'adrénaline commençait à remonter. Il redevenait, enfin, après cet épisode étrange d'expérimentations avec les émotions de son autre neko, Ayame, le prédateur, le danger public qu'il avait toujours réellement été. Et ça ne faisait que commencer.

Tick tick boom.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeVen 9 Mar 2012 - 22:44

    On va vérifier ça. Ces mots résonnèrent en elle comme le soleil sur un miroir. Elle frissonna de plaisir anticipé : oh oui, qu'il vérifie ce qu'il veut. Girofle poussa un léger cri de surprise quand elle se sentit tirée en arrière par les cheveux, mais au lieu de se débattre, elle suivit le mouvement. Autant pour éviter de se les voir arraché que par curiosité : où voulait-il en venir ? Elle se sentait soumise, et elle adorait ça. Elle qui, habituellement, aimait dominer, la voilà aussi servile qu'un chat devant un bol de lait. Elle se retrouva sur le ventre, sans possibilités de bouger et son imagination carburait à cent à l'heure : elle s'imaginait déjà être prise par derrière comme une bête, et son corps frémit d'impatience. Il allait être brutal, violent, bestial. Oh oui ! Elle haletait autant sous son poids que de désir, et elle sentit son entrejambe s'humidifier de nouveau, sa queue battant l'air comme l'aiguille des secondes d'une horloge. Une horloge qui aurait décompté le temps jusqu'à ce qu'il s'enfonce en elle. Dépêche toi !

    Ce qu'il lui dit n'améliora en rien son état : qu'il la lèche, qu'il la mordre ! En sentant ses dents se planter dans sa chair de plus en plus profondément, un gémissement rauque sortit de sa gorge comme le feulement d'une chatte en chaleur. Elle se tortillait sous lui, sa queue cherchant à le caresser. Qu'il la prenne alors, sans attendre ! Elle se tortilla si bien qu'elle réussit à se mettre sur le dos, et elle lui décocha un regard qui aurait fait fondre un iceberg. Elle se redressa légèrement et huma l'odeur de peau chaude qui émanait de Jasper ; elle approcha son visage de son entrejambe placée près d'elle et elle fut heureuse qu'il soit assis sur elle. Elle avait peu de manoeuvre, mais c'était amusant.

    - Vous vous êtes retenu, alors laissez-vous aller avec moi. Je suis là pour ça ; laissez échapper vos moindres désirs. Je vais vous combler si fort que vous ne pourrez plus vous passer de moi, fit-elle avec un amusement acéré comme des lames de couteaux.

    En disant cela, elle déboutonna son pantalon et y glissa une main. Son bras devait être à moitié tordu pour réussir à y entrer, mais elle était à moitié chat et très habile. Elle se saisit du sexe en érection et eut un sourire de bonheur. Elle se mit à le caresser du bout des doigts, tout en pressant ses seins contre les jambes de son maître. Elle avait tellement envie de lui. Plus elle repensait à leur rencontre et plus elle se disait que c'était le destin. Elle ne lui avait pas sauté dessus juste parce qu'il passait là. Ils avaient été amenés à se rencontrer. Ils étaient fait pour s'entendre. Elle approcha son visage de l'entrejambe et d'une main remonta légèrement le maillot de Jasper : sa langue alla chatouiller son nombril et descendit lentement, légèrement, frôlant la peau avec la sensation d'un papillon battant les ailes.

    - Que voulez-vous que je vous fasse ? A moins que vous ne vouliez me faire quelque chose, à moi ? Je mouille rien que de vous sentir près de moi. Je veux vous sentir en moi. Prenez-moi comme une bête, faites-moi mal. Prenez votre pied.

    Elle avait de plus en plus de mal à se contenir ; elle devenait de plus en plus crue au fur et à mesure que son désir augmentait. Sa peau était brûlante et son regard fiévreux. Pourquoi la faisait-il patienter ? Ses oreilles étaient collées contre ses cheveux ; elle sentait son coeur pulser partout en elle. Son cou lui faisait mal, et elle adorait ça, cette sensation de brûlure dans son échine. Il la dominait, il était son maître, et tout son corps le lui communiquait.

    [ Désolée du temps de réponse, quelques soucis internet. Si j'ai pris trop de liberté, dis le moi et je changerai :) et aussi désolée du post court. ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeJeu 15 Mar 2012 - 1:46

Il avait fallu beaucoup plus de temps que d'habitude à Jasper pour se motiver et réaliser qu'il n'avait pas beaucoup d'autres options que de plaquer Girofle contre le matelas et d'en abuser jusqu'à ce que satisfaction s'ensuive. Cependant, alors qu'il venait tout juste de la jeter sous lui pour la bloquer et la mordre, s'apprêtant à poursuivre les choses à sa façon, il la sentit qui remuait lentement, comme si elle ne voulait pas réellement se dégager, mais simplement se retourner. Que faisait-elle encore? Elle voulait se prendre une baffe?

Oui, c'est probablement ce qu'elle veut...


Curieux, le jeune homme la laissa faire. Il se souvenait encore très bien de la dernière fois qu'une de ses victimes lui avait demandé de ralentir pour lui proposer autre chose : le tout avait commencé en viol et s'était conclus de façon plus que satisfaisante. L'enthousiasme très apparent de la neko lui rappelait de plus en plus cette scène et, alors que Girofle essayait de se placer face à lui, il décida de la laisser bouger sans réagir, voulant voir ce dont elle était capable. Sa baise avec la timide et relativement inexpérimentée Ayame était loin de l'avoir déçu, mais il avait une forte envie de voir ce qu'une esclave sexuelle aussi dévouée et aventureuse que sa nouvelle acquisition était capable de lui faire.

Et si elle te mord, je peux choisir ce qu'on lui fait? Dis? Dis?

- Vous vous êtes retenu, alors laissez-vous aller avec moi. Je suis là pour ça ; laissez échapper vos moindres désirs. Je vais vous combler si fort que vous ne pourrez plus vous passer de moi...

C'était déjà un miracle que Jasper, le roi des obsédés, aie laissé une chance à sa neko de lui montrer qu'elle en valait la peine, alors les phrases qu'elle enchaînait en se replaçant et en se frottant sur lui ne réussirent qu'à l'énerver. Il ne poussa un soupir de soulagement et de plaisir que lorsqu'elle glissa une de ses mains menottées dans ses sous-vêtements et qu'elle commença à lui tâter la mèche, retardant ainsi l'explosion inévitable qu'elle allait devoir subir. Il était patient, Jasper. Très patient, même. Mais quand il était dans un lit avec une jeune femme attachée, il avait tendance à laisser cette patience de côté.

Il devait l'admettre, son toucher était doux et trahissait une bonne expérience, le genre de choses dont il pouvait rarement profiter. Ses muscles, son corps se détendaient à vue d'oeil. Elle semblait réellement avoir envie de lui et la façon dont elle se mettait à le lécher, frôlant son membre à quelques reprises, lui ôta tous les doutes qu'il avait sur elle. Jasper laissa son regard dériver vers les yeux envoûtants de sa neko, s'y noyant lentement, la bouche légèrement entrouverte et l'air juste assez satisfait pour ne pas penser à autre chose.

Il l'avait cru folle, manipulatrice, désespérée. Elle semblait être ces trois choses à la fois et, il fut forcé de l'admettre, il avait rarement été témoin d'un cocktail si excitant. Il avait envie de la tester, même s'il commençait à savoir quels seraient les résultats, guidé par ce qu'il aimait bien appeler de la curiosité scientifique. Jasper projetait donc de voir ce qu'il pourrait en tirer, et de savoir, finalement, si elle était réellement aussi nymphomane qu'elle le prétendait. Si elle faisait bien son travail, il n'aurait peut-être pas besoin de...

- Que voulez-vous que je vous fasse ? A moins que vous ne vouliez me faire quelque chose, à moi ? Je mouille rien que de vous sentir près de moi. Je veux vous sentir en moi. Prenez-moi comme une bête, faites-moi mal. Prenez votre p-

C'en était trop. Il avait été sur le point de lui donner une chance, mais elle semblait incapable de fermer sa grande bouche, faute de l'avoir sans doute trop souvent ouverte pour plaire à son ancien propriétaire. La façon dont elle faisait glisser ses doigts lisses sur son membre, cependant, était si agréable et invitante qu'il n'eut presque pas envie de la faire cesser...

J'insiste.

Son bras décocha en un instant une claque qui se fracassa contre la joue gauche de son esclave alors que celle-ci était en train de s'adresser à lui. Le coup, sans être trop violent, était assez puissant pour déconcentrer momentanément la neko, et Jasper en profita pour la saisir de nouveau par les cheveux, tirant sa tête vers lui alors qu'il abaissa son sous-vêtement un peu plus bas.

- Si tu veux tant te servir de ta petite langue, sers-toi en à bon escient.

Pressant l'extrémité de son sexe contre les lèvres de son esclave, lui retenant la tête, le jeune homme la força à l'accepter alors qu'il pénétra sa bouche. Elle pouvait bien le mordre : ça lui était égal, car il savait qu'il pouvait lui faire beaucoup plus mal à elle qu'elle ne lui ferait mal à lui. Les yeux rivés sur ceux de l'hybride, un petit sourire malicieux au visage, il ouvrit légèrement la bouche pour laisser s'échapper un soupir de satisfaction tandis qu'il s'enfonçait dans la bouche chaude et humide de Girofle.

(Non, ce n'est pas court du tout! ^^ J'apprécie l'initiative aussi : amuse-toi, essaie des trucs, c'est ça le RP!)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeDim 25 Mar 2012 - 17:11

    Girofle était folle ; c'était sans parler de sa libido démesurée qui en aurait fait fuir plus d'un. Mais elle avait l'habitude de maîtriser les hommes et les femmes qui se pensaient maîtres d'elle ; cette situation nouvelle la voyait un peu perdue. Peut-être en faisait-elle trop pour plaire à Jasper, mais l'intention y était. L'intention également de se faire sauter, de détendre son corps meurtri par les privations et la fourrière. Ses hormones la commandaient, et elle ne savait plus trop ce qu'elle faisait ; ses mains caressaient son maître comme deux araignées pâles et douces ; elle parlait pour parler, sachant parfaitement que les mots sont parfois de trop. La preuve fût faite ; elle n'eut pas le temps de finir son monologue qu'une gifle retentissante la cloua sur place. Elle se mordit un peu la langue, un peu de sang coula dans sa gorge, répandant un goût métallique agréable. Ses narines palpitèrent, et son regard d'or se posa sur Jasper ; elle comprenait pourquoi il avait fait ça. Mais elle aimait la violence autant qu'il l'aimait lui. Elle savait aussi que ce coup n'avait pas été brutal ; son corps le sentait pourtant comme un signal sonore. Elle en tremblait - elle tremblait non pas seulement de douleur et de saisissement, mais aussi à cause de cette tension sexuelle qui parvenait presque à son paroxysme, comme une bombe.

    - Si tu veux tant te servir de ta petite langue, sers-toi en à bon escient.

    Voilà une phrase comme elle les aimait ; les cheveux tirés en arrière - il aimait la dominer ainsi, la tirer en arrière par ses cheveux si doux- elle se sentit poussée en avant contre le sexe en érection, et elle ouvrit la bouche quand elle sentit l'engin se presser contre ses lèvres. Elle l'engloutit, observant avec curiosité son maître : vu le soupir qu'il poussa, cela lui plaisait. Qu'il la domine si il en avait envie ; elle était aux anges, un sexe dans la bouche. Sa langue pointue se mit à lécher le sexe, tandis que sa bouche s'affairait à monter et descendre pour le simple plaisir du jeune homme ; elle pressa ses seins contre lui, les malaxant de ses mains comme elle pouvait. Leurs regards s'accrochaient toujours, il aimait la regarder s'affairer sur lui ; c'était un dominateur avide de sexe, de violence. Son Clyde. Elle ferma les yeux avec délices, en sentant la protubérance chaude dans sa bouche, s'enfonçant jusque sa gorge. C'était agréable, et cette odeur excitante, de sexe, de corps chaud, moite ! Elle se pressa de plus en plus, sentant son propre corps excité à l'idée de faire l'amour, à l'idée de faire du bien à un homme non pas par charité, pour de l'argent, pour sa liberté, mais dans le but unique du coït. Sa cavité buccale chaude et humide se pressait contre le sexe, sa langue la léchait, s'entortillait autour comme un serpent mutin ; ses gestes et son contrôle étaient parfaits, de celle qui a de l'expérience dans tout cela.

    Elle n'en pouvait plus ; elle se mit à faire des mouvements de sa bouche et de sa tête, formant comme une sensation d'enroulement pour Jasper ; elle enfonçait le sexe jusque dans sa gorge, malgré les larmes qui parlaient à ses yeux. Elle haletait, respirait difficilement, mais c'était si bon ! Une de ses mains s'échappa, pour aller caresser son propre sexe ; sa culotte humide collait contre ses lèvres ; son index droit se mit à caresser son clitoris gorgé de sang, excité comme tout.

    Le sexe toujours dans la bouche, elle essaya de parler clairement :

    - S'il vous plaît, prenez-moi ! J'ai envie de vous ! Maître, ayez pitié ! Je vous veux en moi ! Prenez-moi ...

    Sa voix était un peu étouffée et distordue à cause de l'engin qui l'obstruait et des mouvements, mais on en comprenait le sens, et ses yeux et son corps étaient là pour appuyer ses dires ; son cul se tortillait sous la caresse de sa main, mais elle voulait autre chose. Ses oreilles de chat étaient collés à ses cheveux ; sa peau était couverte d'une pellicule de transpiration ; son haleine chaude formait un contraste sur la peau rendue humide par la langue sur la queue de Jasper. Elle était rendue folle par tout cela, et ne pensait plus qu'à une chose : ce sexe gonflé entrant et sortant du sien à vitesse exponentielle. Elle haleta une dernière fois, et enfonça une dernière fois ce sexe au plus profond de sa gorge, qui se resserra sous les spasmes incontrôlés face à cet intrus qui n'avait rien à faire là. Ces spasmes rapellaient énormément ceux d'un vagin lors d'un orgasme ; des larmes roulèrent sur ses joues, non pas de douleur mais sous l'intrusion du sexe dans sa gorge.

    [ Désolée du temps de réponse, j'ai eu du mal avec internet ces temps-ci ! J'espère que ça te plaira ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeDim 8 Avr 2012 - 3:51

Pas l'habitude de recevoir un service cinq étoiles, hein?


Non. Du tout. Il n'avait, en aucun cas, l'habitude de recevoir ce genre de traitement. En fait, il ne l'avait jamais reçu auparavant. Jasper était un homme d'expérience, un vétéran, un déviant de chez déviant, un endurci du lit (jeu de mots non-intentionnel) qui en avait vu de toutes les couleurs et qui avait essayé plus de choses en cinq ans que beaucoup de gens n'avaient pu en essayer en toute une vie. Cependant, il avait toujours mené le bal. Il avait toujours donné les ordres, pris l'initiative, de force lorsque nécessaire. Cette fois, il était confronté à quelque chose de si merveilleux qu'il avait du mal à rester lui-même : il faisait face à quelqu'un qui se dévouait corps et âme à lui donner du plaisir, qui faisait tout pour le mener à l'orgasme.

La bouche chaude et humide de la neko lui procurait des sensations incroyablement satisfaisantes qui trahissaient l'expertise de l'esclave en la matière. Comme si cela ne suffisait pas à le rendre complètement fou, Girofle en rajoutait sans cesse, se frottant contre lui, débordant d'envie de partout, constamment en train de démontrer son désir, son manque, sur le point d'exploser. Devant autant de dévotion, d'abandon, de plaisir... lui, il n'était rien. Pourtant, il était encore en plein contrôle de tout ce qui allait se produire, et il lui suffisait simplement de donner un ordre à la neko pour qu'elle s'y mette au plus vite. Il le savait, désormais : il n'aurait pas besoin de forcer la note ou de brutaliser Girofle, car elle ferait tout ce qu'on lui demanderait de faire sans aucune hésitation. Il pouvait se laisser aller, voire même la frapper s'il le voulait, qu'elle ne rouspéterait pas, infatigable. C'était beau à voir, et d'autant plus beau à ressentir, toute cette dévotion qui s'acharnait autour de son sexe, sur le point de...

Stop.

Jasper réalisa d'une seconde à l'autre qu'il n'allait pas tenir le coup ainsi et, soudain, s'extirpa de la transe dans laquelle il se trouvait au même moment où il tira la tête de Girofle vers l'arrière, libérant son membre humide de la bouche de l'esclave. Pantelant, il réalisa alors qu'il s'était complètement abandonné au contact sexuel, comme hypnotisé par le corps chaud de sa partenaire, hébété. Une seconde de plus, et il explosait. Lui qui avait l'habitude de prendre son temps, il s'en serait voulu éternellement d'avoir commis une telle erreur. Tenant toujours les cheveux blancs de la neko entre ses doigts, la bouche mi-ouverte, Jasper arriva à sourire un peu bêtement, se reprenant peu à peu en fixant son esclave droit dans les yeux.

- T'as... t'as du talent... t'as failli m'avoir, là...

Le jeune homme hésita pendant un instant. Devait-il la frapper avant de la prendre violemment, ou devait-il la récompenser de lui avoir fait ressentir d'aussi puissantes envies?

Et pourquoi pas les deux en même temps? Regarde-la. Tu sais ce que ce regard-là veut dire, non..?

Sans perdre son sourire, Jasper porta ses mains vers le bas du chandail de l'esclave, ses doigts frôlant la culotte humide avant de relever le haut de la neko, révélant son ventre plat et, un peu plus haut, ses seins fermes couleur caramel, ne lâchant le chandail qu'une fois qu'il fut complètement au niveau de la tête de Girofle, lui couvrant le visage. Il cessa alors subitement de remonter le vêtement et il agrippa les poignets de l'esclave pour les approcher du sommier du lit, composé de plusieurs barreaux de métal. Alors que l'hybride avait encore la vision obstruée et qu'il la retenait sous lui avec son poids, il prit la clé des menottes de sa poche et détacha une des mains de son esclave pour faire passer la chaîne entre deux barreaux avant de la replacer au poignet de Girofle. Elle avait désormais les mains de chaque côté d'un barreau, ce qui l'empêchait de se défaire de là. Elle n'avait désormais d'autre choix que de s'allonger sur le lit, que ce soit sur le ventre ou sur le dos.

Le tout s'était produit rapidement : Jasper, après tout, avait l'expérience de son côté et avait appris à réaliser ces petits tours de passe-passe de façon à ce que ses victimes ne puissent rien faire. Une victime consentante comme Girofle ne pouvait que lui rendre la tâche plus facile. Jasper retira le chandail de sur la tête de Girofle, le tirant vers le haut pour qu'il aille couvrir ses poignets liés, laissant le haut du corps de la neko nu.

- T'es une petite pute de rêve, toi... j'vais devoir t'attacher pour être sûr que tu me refasses pas un coup pareil, mais rassure-toi : j'irai pas bien loin.

Allongé sur son hybride, il prit quelques secondes pour observer le magnifique corps de sa récente acquisition, d'autant plus magnifique maintenant qu'il était à sa merci. Presque immédiatement, ses mains se portèrent sur les formes de la créature : une à sa cuisse, l'autre à sa poitrine, empoignant fermement un sein. Après la fellation déstabilisante qu'il venait de recevoir, Jasper n'avait plus la tête aux préliminaires et il ne perdit pas beaucoup de temps à caresser le corps de sa protégée avant de s'aventurer plus loin. Ses doigts se faufilèrent entre le sous-vêtement et la peau, se dirigeant vers l'entrejambe de l'esclave pour y tâter le sexe humide, n'hésitant pas avant d'y faire glisser le majeur, l'index et l'annulaire sans trop de douceur, voulant voir quelle serait la réaction de Girofle. L'humidité des lèvres de la neko et ses mamelons qui durcissaient sous ses caresses ne mentaient pas et il avait lui-même bien du mal à se contenir. Il se retenait d'abord pour reprendre son souffle, ensuite pour songer à ce qu'il allait bien pouvoir lui faire pour qu'elle crie si fort qu'elle en aie la gorge rouée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeJeu 31 Mai 2012 - 22:14

    Girofle ferma les yeux et aspira le sexe dans sa bouche, jouant avec lui du bout de la langue, goûtant ce léger ton salé et étonnamment excitant. Elle avait chaud, et son corps entier irradiait cette chaleur sensuelle. Ses va-et-vient avaient atteint une certaine vitesse de croisière, pour le plus grand plaisir de son maître. Mais pas trop vite, ma grande, pas trop vite ! Elle rouvrit ses yeux de chatte pour l'observer, avec une perversité mêlée du plaisir qu'elle lui procurait, de celui qu'elle ressentait, de ses désirs les plus fous. Il pouvait lire en elle, grand bien lui fasse. Elle le voulait, elle l'aurait. Sa petite bouche humide s'affairait sur l'entrejambe de Jasper, avec tout le calme d'une expérimentée, et la pression montait doucement mais sûrement. Elle le sentait se tendre, et elle aimait ça. C'était comme un feu d'artifice qui serait retardé par la pluie ; plus on attendait et plus c'était bon. Elle voulait qu'il éjacule dans sa bouche, goûter son sperme tiède et salé. Elle en frissonnait d'avance.

    Mais une main la tira en arrière par les cheveux, lui faisant pousser un petit gémissement de surprise. Elle resta immobile, la bouche dégoulinante de salive, entrouverte sur les tons rosés de l'intérieur de sa gueule aux petites dents pointues et brillantes comme des perles. La Neko prit un air innocent et fit un petit sourire face à l'air démonté de son maître. Il avait l'air excité lui aussi ; qu'il lui saute dessus ! Qu'il lui fasse violemment l'amour, grand dieu, elle ne voulait que ça.

    - T'as... t'as du talent... t'as failli m'avoir, là...

    Elle n'eut pas le temps de réagir ; malgré son hésitation, ses mains se portèrent sur elle trop rapidement pour qu'elle ne pense à agir. De toue manière, elle l'aurait laissé faire, bien trop heureuse de le voir s'approcher d'elle. Il frôla ses hanches, prenant le bas de son pull et le relevant. Elle se cabra en avant, faisant saillir sa poitrine, dans l'espoir qu'il y pose ses lèvres, qu'il suce ses mamelons durcis. Une goutte de sueur roula entre ses côtes, tandis que son vêtement passait sa tête. Mais avant que son visage ne soit complétement libéré de cet étau de laine, et tirée en arrière elle fut attachée au lit. Des menottes de métal. Ce n'était sûrement pas la première fois qu'il attachait une femme à son lit, songea t-elle avec un calme étonnant. Elle ferma les yeux, sentant son propre parfum et l'odeur légèrement sucrée de sa sueur prise dans la laine. Elle ne savait ce qu'il faisait, et son coeur se mit à battre un peu plus fort. C'était un jeu ; il voulait reprendre le dessus. Elle remua un peu, pour voir la résistance de ses chaînes, mais elle ne fit que s'entailler un peu la peau : une goutte de sang perla à son poignet droit, et roula avant de s'écraser contre le sommier. Elle cessa de bouger, s'étant placée sur le dos. C'était plus confortable que sur le ventre. Elle le sentait près d'elle, prêt à ... A quoi ? Elle n'en savait encore rien exactement. Des questions sur des tortures particulièrement délicieuses lui vinrent à l'esprit, mais elle lui laissait le choix. Il apprendrait qu'elle pouvait l'aiguillonner sur bien des choix, mais pas cette fois là. Cette fois-ci, c'était lui qui menait le jeu. Haletante de chaud, Jasper lui retira enfin son pull de sa tête et elle aspira une goulée d'air frais, le visage rougit par la chaleur.

    - T'es une petite pute de rêve, toi... j'vais devoir t'attacher pour être sûr que tu me refasses pas un coup pareil, mais rassure-toi : j'irai pas bien loin.

    Son vêtement était à présent sur ses poignets, dénudant son opulente poitrine qui pointait vers le haut, comme pour attirer l'attention. Sa peau luisait, et sa culotte trempait embaumait l'air d'une odeur de sexe enivrante. Girofle ne dit rien - il lui avait bien fait comprendre que c'était à lui de poser les questions, et qu'il n'aimait pas qu'on lui réponde. Il menait le jeu, en corps et en paroles. Elle fit juste un sourire amusé, plein d'une douceur mutine. Oui, elle savait qu'elle n'était qu'une pute. Elle vivait pour ce qui lui plaisait, pour ses désirs, prête à tout pour avoir ce qu'elle désirait. Elle le savait, et elle en jouait : ce n'était qu'utiliser à bon escient ce qu'on lui avait offert. Son corps.

    Jasper l'observait, et elle-même en faisait autant. Son menton était toujours recouvert de quelques gouttes de bave luisante ; et son visage reprenait des couleurs moins rouges, mais son regard était une invitation à toutes les débauches. Les mains de son maître se portèrent sur elle, et elle frémit à leur contact. Son coeur s'emballa quand une main lui prit le sein, tandis que l'autre s'approchait dangereusement de son sexe, posée sur sa cuisse, calmement, comme une grande araignée timide. Elle remua du bassin, l'invitant à la toucher. Son corps ondula sous les caresses, et quand des doigts insidieux pénétrèrent son intimité, elle ne put s'empêcher de pousser un léger cri, qui n'était pas sans rappeler le miaulement rauque des chattes en chaleur. Son vagin se contracta sur les intrus, comme pour leur interdire de s'en aller ; elle bougea son bassin pour qu'il la caresse de l'intérieur. Il la caressait, mais elle en voulait plus ! Ses narines palpitaient, et elle lui lança un long regard.

    - Oh maître ! Prenez-moi ! Mon sexe vous veut. Je vous désire tant ! Ma chatte dégouline pour vous, je n'attends que votre sexe. Je veux votre bite en moi !

    Chaque seconde qui passait lui devenait une torture ; tout son corps la brûlait de ce désir insatisfait. Son sexe se contractait par à coup, comme pour masquer ce vide qui la gênait. Elle voulait se sentir remplie de l'engin qu'elle avait sucé avec tant de vigueur. Elle ondula de nouveau, essayant de se coller à lui, le visage contracté sous l'effort qu'elle faisait pour ne pas se mettre à pleurer de frustration. Il la malmenait presque doucement, de ces tortures douces qui vous sont plus implacables qu'une bonne gifle. Son être tremblait de contenance. Elle tenta également de frotter son bassin contre celui de Jasper, mais ses menottes l'entravaient trop. Elle ne parvint qu'à s'entailler plus profondément, mais la douleur, loin de la calmer, aviva le feu qui brûlait en elle. Elle se mit à gémir, entre ronronnements et bruits de douleur, de frustration, de désir.

    Elle s'était crue la plus forte. Elle s'était donnée à lui, avait certes imaginé qu'il la ferait vibrer mais pas à ce point là. Elle avait cru qu'elle le dominait de par son expérience. De par sa perversité, même si elle n'était qu'une Neko et lui le maître. Mais à cet instant, elle le sut, aussi clairement que possible. Il avait gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeSam 2 Juin 2012 - 18:58

J'crois qu'elle est à bout, là. C'est pas gentil de faire attendre une dame comme ça.


Jasper ne savait pas comment être gentil. Il savait comment donner l'impression d'être la personne la plus aimable et la plus serviable au monde, mais dans une situation comme celle-ci, il jetait son masque de côté et se retrouvait complètement incapable de démontrer ne serait-ce qu'une parcelle d'altruisme. Cependant, même s'il était très capable d'ignorer les suppliques de son esclave qui se tortillait de plaisir sous lui, il savait qu'il n'arriverait pas à résister encore bien longtemps. Il aimait réellement faire durer le plaisir, mais Girofle l'avait pris de cours, l'avait tellement allumé qu'il savait qu'il ne pourrait plus rien lui faire sans avoir une envie envahissante de lui enfoncer son membre dans le premier orifice venu. Peut-être était-ce elle qui était attachée sur son lit, complètement sans défense, mais c'était lui qui n'arrivait tout simplement plus à garder son calme froid habituel, lui qui allait devoir changer ses méthodes parce qu'il avait tout simplement beaucoup trop envie de se vider le sac.

T'as toujours été un as du compromis, non?

Choisissant de laisser la pression décanter pendant quelques instants, Jasper fit mine d'ignorer les demandes insistantes de la neko et continua à tâter l'étroitesse de ses lèvres avec ses doigts, les enfonçant aussi loin que possible à chaque lente poussée, frôlant le clitoris avec son pouce pour jeter encore plus d'huile sur le feu. Le jeune homme, adepte du "multitasking", porta en même temps sa bouche aux seins appétissants de Girofle pour poser sa langue, puis ses lèvres aux mamelons durcis de l'hybride, les léchant avec avidité sans aucune crainte d'en mettre un peu partout autour, en autant que ça suffise à arracher quelques autres gémissements à la pauvre chatte attachée aux barreaux du lit. Ses dents frôlaient parfois le téton de l'esclave, et il en mordit légèrement un entre deux léchées pour entendre la réaction que cela susciterait. Il ne voulait pas encore la pousser à bout, toutefois, et ralentissait le rythme chaque fois qu'il la sentait sur le point d'exploser sous lui, voulant en garder un peu pour la suite qui se devait d'être magistrale. Il avait, après tout, une réputation à maintenir, surtout auprès de cette petite cheerleader qui avait décidé de le vénérer dès qu'elle l'avait aperçu. Il était si bien parti : ce serait un drame de la décevoir, après tout.

Quand il sentit les effets de la langue aguicheuse de Girofle s'estomper peu à peu, Jasper ne perdit pas une seconde de plus et interrompit son petit jeu, laissant un peu de bave sur le mamelon de l'esclave, retirant ses doigts de sa culotte humide. Il essuya ceux-ci presque dédaigneusement sur la cuisse de l'hybride, laissant une petite traînée de fluides collants et odorants sur la peau basanée. Le jeune homme saisit ensuite sa neko par les hanches et les cuisses, s'ôtant de sur elle un instant pour la retourner sur le ventre, dos à lui, non sans tâter ses fesses rondes et à moitié visibles, partiellement couvertes par le sous-vêtement. Jasper s'empressa de le retirer, tirant sur le tissu sans aucune douceur afin de l'abaisser, le faisant glisser à petits coups sur les cuisses de Girofle, révélant le postérieur et le sexe mouillé de sa neko, n'arrêtant que lorsque la culotte se trouva au niveau de ses genoux. Son esclave dénudée, Jasper s'allongea de nouveau sur elle, son membre encore dur pressé contre les fesses chaudes de la petite tentatrice.

Légèrement haletant, la bouche contre l'oreille de Girofle, Jasper lui chuchota :

- Tu sais que t'es sacrément vulgaire? Ça change des petites écolières qui savent qu'hurler.

Puis, sans attendre, Jasper saisit les cuisses de la neko et les tira vers lui, la forçant à se placer sur ses genoux, les menottes retenant ses poignets. Ainsi placée, ses fesses bombées vers l'arrière, sa chatte dégoulinante bien en évidence, l'hybride avait peu de possibilités de mouvement : ses poignets étaient déjà tirés au maximum par les chaînes et les mains de son maître la retenaient vers l'arrière. L'une d'elles se posa sur la fesse droite de Girofle, la tâtant un instant avant de se retirer brusquement, pour ensuite revenir avec force, frappant de plein fouet du plat de la paume, administrant une fessée sonore qui laissa rapidement une marque rougeâtre à peine visible en raison du teint foncé de la neko. Jasper multiplia les claques pendant quelques secondes, toujours au même endroit, frappant sans cesse sur le point sensible jusqu'à ce que les cris de douleur lui semblent satisfaisant.

Ce ne fut qu'à ce moment là qu'il s'approcha davantage de Girofle, à genoux, et qu'il pressa le bout de son membre contre les lèvres humides et étroites de l'esclave, le faisant glisser dans le sexe de la neko sans aucune difficulté, l'enfonçant aussi profondément que possible dans l'orifice chaud et glissant. Il ne put retenir un soupir de satisfaction en se sentant pénétrer le corps de l'hybride, savourant l'intense sensation que procurait le vagin qui s'étirait légèrement pour l'accueillir, se refermant instantanément sur lui. Son instinct prenant le dessus, il se mit à effectuer des mouvements de va-et-vient, non sans envoyer une dernière claque sur la fesse rougie de son esclave, poussant un grognement de satisfaction alors qu'il accéléra lentement sa cadence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeDim 10 Juin 2012 - 19:28

    Jasper faisait durer le plaisir, de toute évidence, au grand dam de la Neko, qui le sentait la fouailler de ses doigts inquisiteurs, faisant naître en elle des vagues de plaisir déferlantes ; la bouche de son nouveau maître se porta à ses mamelons, nouveaux défis pour lui et elle pensa perdre la tête quand ses dents frôlèrent ses tétons érigés, petits centres de plaisir. Il léchait, il mordait, il la doigtait sévère, et c'était bon à en pleurer. Son bas-ventre était aussi tendu qu'il l'aurait pu, mais ce n'était pas avec des préliminaires qu'elle pouvait atteindre l'orgasme ; il ne faisait que la titiller, comme on taquine un chien avec un os. C'était incroyable ; habituellement, on lui sautait dessus, et en quelques minutes, c'était fini. On se servait d'elle comme d'une poubelle à foutre ; on se vidait en elle. Ou alors on tentait de lui faire plaisir, et au final, elle simulait. Elle avait déjà eu des orgasmes, et éprouvait parfois du plaisir. C'était agréable, et elle n'était pas devenue nymphomane pour rien, toujours à l'affût de ce qui pourrait l'exciter et lui procurer du plaisir. Mais là ! Là c'était incroyable. Elle n'en revenait pas, devenait folle ; Jasper la faisait attendre, l'excitant, la tentant, sans pour autant satisfaire ses besoins. Il savait comment jouer avec elle, et dans ce jeu il était le maître, le gagnant.

    Puis tout se stoppa, et se fut comme si le monde s'effondrait. Non ! Non ! Elle n'était certes pas satisfaite, mais que les doigts experts quittent sa culotte, non ! Elle le voulait encore, elle voulait sentir sa langue sur elle, le voir la manger toute crue. Elle n'avait pas la force d'ouvrir les yeux, prête à exploser - en pleurs ou en cris, elle ne savait pas. Elle bouillait de l'intérieur, c'était atroce. Et si bon à la fois ! Entre les mains de Jasper, elle se retrouva sur le ventre, ne voyant plus ce qu'il faisait ; ses caresses sur ses cuisses et ses fesses la brûlèrent littéralement, faisant inonder son entrejambe ; son vagin tremblait, se contractait sur un sexe qu'elle désirait ardemment. Sa culotte glissa doucement, et Girofle poussa un gémissement de désir ; quand elle sentit le membre dur contre ses fesses, ce fut une explosion dans son bas-ventre : elle le voulait en elle ! Cette sensation douce, palpitante, contre ses fesses, si proche de son anus ... Qu'il la prenne, par devant, par derrière, mais qu'il enfonce son sexe quelque part, dans l'un de ses trous ! Elle devenait folle, ses pensées ne s'occupaient plus que du sexe contre elle, et son corps tremblant et suant se contractait parfois, incontrôlable.

    - Tu sais que t'es sacrément vulgaire? Ça change des petites écolières qui savent qu'hurler.


    Ce souffle chaud provoqua un frisson dans tout son corps ; humide, chaud, ce simple bruit, sussuré contre son oreille, était une tentation lascive. Girofle ne put lui répondre qu'un gémissement suppliant, trop perdue pour lui donner des mots compréhensibles.

    On la tira en arrière, et ses poignets râpèrent un instant sur le métal ; la douleur l'aiguillonna légèrement mais elle était trop obstinée, trop concentrée sur son corps ardent ; Jasper la caressait de nouveau, une fesse, un frôlement de peau ; un claquement. Girofle poussa un cri de surprise et de joie : il la fessait ! Elle sentit le rouge monter sur son postérieur, tandis qu'il recommençait, sans aucune douceur, lui mettant le derrière à nu, brûlant, sa peau rougie douloureuse, et le simple courant d'air créée entre deux va et vient lui arrachait un cri de douleur et de plaisir ; son anus s'était mis lui aussi à palpiter. Habituellement les fessées menaient souvent à une sodomie sauvage. Ses trous n'en pouvaient plus, et leur maîtresse non plus ; elle haletait sous les coups qui provoquaient en elle des étincelles de plaisir évident ; elle se contractait sans plus rien contrôler. La fessée cessa, enfin et déjà à la fois, et elle se demanda si il en aurait fini un jour avec elle, si il comptait mettre son sexe en elle un jour. La réponse ne tarda pas. Il enfonça son sexe profondément en elle, et le vagin se contracta autour de lui, comme pour lui interdire de partir. Tout le corps de la Neko se banda, tandis qu'elle ressentait une vague de plaisir plus importante, et qu'elle retenait un cri entre ses dents :

    - Oh oui !

    D'instinct, ses fesses se levèrent du dessus du sexe, et elle se rabaissa violemment, le sexe de Jasper s'enfonçant dedans avec des bruits obscènes et humides. C'était si bon ! Son corps réagissait à présent, sans plus personne au volant ; ses seins ballotaient devant, et son visage était humide de salive et ses yeux à demi-fermés étaient luisant de larmes de frustration et à présent de plaisir. Elle haletait, faisant des va et vient avec son corps, écartant les cuisses autant qu'elle pouvait pour l'accueillir tout au fond. La main de Jasper venait parfois se poser sans tendresses sur ses fesses, y administrant une tape violente, qui lui arrachait des cris de plaisir. La Neko caressa de sa queue de chat le torse de son maître, tout en sentant le sexe de Jasper faire naître en elle les prémices de l'orgasme ; il l'avait si bien chauffée, si bien fait attendre qu'elle n'en pouvait déjà plus ; son clitoris était gonflé, gorgé de désir, et alors qu'elle continuait plus rapidement ses coups de hanche, son vagin se contractant autour du sexe, elle connut un orgasme si intense que ses pensées se déconnectèrent un instant ; elle bascula un instant en avant mais se retint comme elle put ; ses bras s'entaillèrent aux menottes, et c'est, les seins collés au lit, le sexe toujours en elle, qu'elle continua ses mouvements, ressentant en elle des sensations électriques, qu'elle n'avait jamais ressenti. Girofle haletait, et son corps était si trempé qu'elle dégoulinait sur le lit, y laissant une trace sombre.

    - Oh ... HAAA !


    Elle criait à présent sans retenue, gémissant, criant le nom de Jasper, essayant d'étouffer les bruits preuve de son plaisir. Mais ce n'était pas possible de se retenir ; le sexe en elle était gonflé à bloc, et elle sentait ses fesses cuisantes qui s'écrasaient contre le bassin de son maître ; le frottement créait une douleur plaisante. Elle avait envie que ça ne s'arrête jamais ; hélas la fatigue commençait à pointer le bout de son nez, et elle avait du mal à reprendre son souffle, perdu à la fois à cause du plaisir déferlant, sauvage, bestial, et à cause de ses muscles qui fatiguaient. Mais elle continuerait : elle voulait faire jouir Jasper comme il l'avait fait jouir elle ; il lui avait offert ce qu'elle avait toujours désiré : une séance de jambes en l'air inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeLun 11 Juin 2012 - 18:44

Feisty.


Jasper n'avait jamais eu de mal à s'abandonner. Il s'abandonnait quotidiennement, plusieurs fois par jour, pour se rappeler qui il était, qu'il y avait quelqu'un de bien réel sous les multiples masques avec lesquels il jonglait. Cependant, c'était seulement lors de tels moments qu'il sentait qu'il était véritablement lui-même. Il n'avait plus aucun mal, plus aucune honte à l'admettre. Il avait mis ça de côté quand il avait décidé de passer à l'acte pour la première fois et jamais, de toute sa vie, il n'avait eu de regrets ou d'hésitations quant à ses pratiques hédonistes. À côté de ce genre de délires euphoriques, la vie quotidienne semblait beaucoup trop ennuyeuse, fade, dénuée de toute forme de plaisir concret. Il ne déprimait pas pour autant, mais s'assurait de profiter autant que possible de ce qu'il pouvait obtenir.

Et même s'il ne l'avait pas voulu, il aurait été difficile de ne pas céder. Il comprenait enfin l'intérêt que tout les gens autour de lui semblaient porter aux nekos, lui qui les avait toujours observé avec une curiosité mêlée d'un léger dédain, lui qui les considérait comme des prostituées de luxe et rien de plus. Il réalisait désormais qu'il avait eu tort. Girofle n'était pas qu'une jeune fille légèrement dysfonctionnelle, une simple junkie du sexe avec une queue et des oreilles : elle avait littéralement été conçue dans le simple but de lui plaire, à lui et à tous les autres qui auraient la chance de la trouver. Il oublia toutes ses inquiétudes, toutes les réserves qu'il avait eues quelques temps plus tôt face à cette créature en cage qui le suppliait de la ramener chez lui. Il oublia que toute cette histoire était beaucoup trop belle pour être vraie. Il oublia tout ça pendant quelques minutes et se fit un plaisir de faire crier son esclave autant qu'il le pouvait, la pénétrant avec ardeur tout en palpant son corps quasi-parfait, scientifiquement approuvé.

Tu crois que le proprio va encore se plaindre à cause du bruit?

Jasper avait toujours aimé les cris. Il se fichait bien du ton qu'ils prenaient ou de la sensation qui les provoquait, tant qu'ils étaient bien forts. Lui, il n'en poussait jamais, voulant pleinement savourer ces sons qui provenaient de la gorge de Girofle alors qu'il s'enfonçait en elle. Les réactions qu'eut la neko sous lui furent une assez grande preuve de son efficacité et, quand il la sentit se tendre, en plein orgasme, il songea pendant un instant à arrêter, à la laisser profiter de ce qu'il lui donnait pour ensuite recommencer, faire durer le plaisir...

Mais tu peux en garder un peu pour la prochaine fois, non?

Difficile de résister à Spoiled dans ces cas-là. Jasper était un éternel égoïste, que ce soit au lit ou ailleurs, mais il n'avait aucune envie d'arrêter ce qu'il venait de commencer. Il ne voulait pas se retirer et patienter. Il ne voulait pas attendre. Il voulait qu'elle crie, plus fort, là, maintenant. Il eut à peine le temps de donner quelques autres poussées avec ses hanches qu'il se sentit exploser, complètement à bout, et fut incapable de garder la bouche fermée, pantelant contre l'oreille de sa nouvelle acquisition, s'agrippant de plus belle à sa peau alors qu'il lui offrit quelques dernières poussées, s'effondrant littéralement sur elle après quelques secondes de climax.

Tick tick boom.


Il lui fallut un bon moment avant qu'il ne décide de se traîner un peu plus loin et il resta ainsi étendu sur l'hybride, son torse suintant appuyé contre le dos humide de Girofle, tous deux haletants comme des bêtes affamées. Aucune réflexion. Léthargie totale. Bien-être. Sentiment sincère que les choses auraient difficilement pu se passer mieux.

Dès qu'il arriva à quitter le corps chaud sous lui, Jasper se laissa tomber sur le dos à côté de la neko et tâta aveuglément près du matelas pendant quelques instants, sortant une petite clé d'on-ne-sait-où. Nonchalamment, il la porta aux menottes qui retenaient Girofle attachée et, après quelques essais à l'aveuglette, arriva à les déverrouiller. Il jeta ensuite la clé un peu plus loin sur le tapis et se laissa retomber sur le matelas, à côté de son esclave, fixant le plafond, soufflant encore légèrement, totalement amorphe.

Je ne sais pas si tu te souviendras longtemps de cette petite aventure, mais ton matelas, lui, risque d'en garder des souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeLun 11 Juin 2012 - 19:01

    Jasper, derrière elle, la tâtait, caressait son corps luisant de sueur, et ces simples caresses attisaient le feu en elle. Elle avait rarement été aussi heureuse ; elle avait trouvé celui qui lui correspondait. Elle ne croyait pas en l'amour, bien trop blasée de sentiments pour en éprouver vis-à-vis d'autres gens qu'elle, elle avait le point commun avec lui d'être égoïste dans son plaisir. Cependant, là, c'était autre chose. Ce qu'elle éprouvait, elle voulait aussi le donner ; c'était un instant à la fois intense et enivrant. Elle haletait, criait ; et lui derrière, il continuait. Quand elle jouit, elle crut qu'il allait arrêter, stopper son orgasme pour la titiller encore, ou bien même l'empêcher? Ca aurait sûrement été son genre. Mais non, il continua à enfoncer son sexe dans le sien, perpétuant cette sensation de chaleur si douce, et bientôt, son orgasme à lui arriva. Elle sentit la giclée de sperme dans sa chatte, et c'était une agréable sensation qui lui provoqua des frissons. Elle avait le sperme de son maître, en elle ! Elle n'eut pas la force de se redresser sur les coudes, et en sentant Jasper s'effondrer à moitié sur elle, elle ne bougea plus, profitant de ce contact chaud, humide ; son maître.

    Combien de temps ils restèrent ainsi ? Elle ne saurait le dire ; ils somnolaient à moitié, totalement vidés par leurs efforts. Jasper sortit d'elle et roula sur le côté ; elle essaya de s'étirer mais ces menottes, amusantes jusqu'alors, devinrent ce qu'elles étaient réellement : des entraves. Cependant, Jasper prit la clé et ouvrit la porte à la liberté de ses poignets. Elle les ramena contre elle, et observa les striures de sang séché qui les ornait. Elle s'allongea à quelques centimètres de Jasper, essayant de reprendre son souffle, ses oreilles collées à ses cheveux poisseux. La semence coula le long de sa jambe et elle sourit ; elle se mit bien en vue de son maître, un peu sur le côté, jambes écartées pour qu'il puisse profiter du spectacle. Elle enfonça deux doigts dans son sexe suintant ; puis elle les amena à ses bouches et les suça avec délice, en regardant bien dans les yeux Jasper. Puis, quand elle eut finit, à force de ce manège, de nettoyer son sexe de la semence, elle s'étala près de lui, ronronnant à voix basse, bienheureuse.

    Elle n'osa rien dire ; c'était à lui de parler après tout. Il était le maître, il ordonnait. La queue, blanche, battait l'air, tandis qu'elle fermait les yeux puis les rouvrait, dans son envie d'observer le visage vidé de son maître ; elle ressentait encore un fond d'envie, mais c'était juste par principe : il l'avait satisfaite au delà de ses désirs.

    - Je savais que j'étais vôtre, quand je vous ai vu. Je suis née pour être à vous, murmura t-elle doucement, entre ses petites dents. Sa langue avait encore le goût délicieusement salé du sperme de son maître ; oh oui, il était son Clyde, et ce petit numéro de jambes en l'air n'était que le prélude d'amusements bien plus extraordinaires. Elle saignerait pour lui, elle torturerait pour lui, elle ou d'autres ; elle imaginait déjà bien des choses, sexuelles ou non ; elle le devinait bestial, son tigre, sa bête. Une de ses mains frôla son torse, presque timidement ; elle ne savait pas vraiment si elle avait le droit de se montrer si familière. Qu'il la frappe, si il ne désirait pas la sentir près de lui ; elle accepterait les coups, ne serait-ce que pour rester près de lui, près de son Dieu.

    - Je suis à vous, comme jamais je n'ai été à un autre. Ma vie vous appartient, mais mon corps et mon âme. L'argent ne m'avait jamais achetée , mais vous, mon Tigre, mon Dieu, vous êtes mon maître. Nous allons nous amuser, je le sens ! fit-elle finalement avec un petit rire cristallin, qui disait bien qu'elle était totalement tarée et que ses amusements n'avaient rien de sain - pour les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeLun 11 Juin 2012 - 22:10

Jasper n'était pas un as de la conversation. Il n'en avait jamais été un. Lorsqu'il était lui-même et qu'on tentait d'entrer dans sa bulle, de le faire parler, d'obtenir une parcelle de son attention dispersée, il arrivait rarement à feindre l'intérêt. Lorsqu'il choisissait d'être lui-même, c'était parce qu'il n'avait pas envie de discuter, tout simplement. Il passait ses journées à discuter et à être quelqu'un d'autre, après tout.

Seulement, c'était dans le sexe qu'il atteignait sa véritable personne, l'état dans lequel il se sentait vrai, sincère, réel. Cet état, il l'entretenait aussi longtemps que possible, tout comme la plupart des gens cherchent à prolonger l'orgasme, puis le sentiment de bien-être qui le suit. Généralement, il tentait donc de faire prolonger le plaisir en taquinant sa victime qui, toujours sous le choc, se remettait bien souvent des émotions puissantes et terrifiantes qui venaient de lui être imposées. Parfois, il quittait tout simplement les lieux, laissant sa pauvre proie traumatisée à l'endroit auquel il l'avait trouvée. Égoïste pur et simple. Solitaire. Certain que personne ne pouvait réellement le comprendre. Sentiment perpétuel d'être un loup dissimulé dans le plus grand troupeau de moutons de l'existence.

Il ne savait pas lui-même pourquoi il avait détaché Girofle, se demandant s'il avait bien fait alors que l'esclave s'étirait près de lui, se léchant, lui donnant un dernier petit numéro pour clore leur spectacle. Jasper l'observait avec attention, mû par une fascination perverse mêlée d'un certain dégoût. Il adorait placer ses partenaires, consentants ou non, dans des positions plutôt dégradantes, mais de voir l'hybride lécher sa semence avec avidité avait quelque chose de surréaliste, d'impensable. Une seconde plus tôt, le petit numéro de nymphomane désespérée que lui livrait Girofle avec passion lui semblait être la chose la plus excitante qu'il aie jamais vu. Maintenant qu'il avait retrouvé sa lucidité, il avait l'impression que tout cela était grotesque, absurde, presque pathétique. Il réalisait que cette créature semblait totalement accro, comme si elle n'était que temporairement satisfaite. Comme si... elle ne vivait que pour ça.

Pendant un instant, Jasper eut l'impression de se voir. Puis, cette pensée quitta son esprit aussi vite qu'elle y fut entrée. Ils n'avaient rien en commun. Elle semblait vivre pour servir, tandis qu'il vivait pour asservir. Ils étaient peut-être faits l'un pour l'autre, mais à ses yeux, ils ne seraient jamais semblables.

Alors vint le pillow talk. Alors, elle ouvrit sa bouche et se mit à le glorifier, le vénérer, lui dire qu'elle ne vivait plus que pour lui. Elle continua à lui dire exactement tout ce qu'elle lui avait dit avant qu'il ne décide d'en faire son jouet, comme si rien n'avait changé. Comme si, en plus d'être une pauvre junkie en manque, elle était aussi profondément soumise, dépendante de quelqu'un, masochiste. Jasper avait déjà rencontré une masochiste, une jeune femme qui hurlait de douleur lorsqu'il lui faisait mal, mais ça... c'était un tout autre niveau de soumission. C'était presque... non, c'était malsain. C'était troublant.

Too hot to handle?

Lorsqu'elle s'approcha de lui pour poser une main sur sa peau, il attendit qu'elle ne termine de le vénérer avant de tendre sa main vers le visage de son esclave, refermant son pouce et son index sur la mâchoire inférieure de Girofle, la réduisant au silence tout en lui tenant fermement la bouche. Il plongea son regard dans le sien, autoritaire, légèrement irrité.

- Tu veux me faire plaisir? Arrête ça. Arrête de faire des courbettes devant moi et de me dire que je suis ceci ou cela. J'ai pas besoin de ça. La dernière chose dont j'ai besoin, c'est quelque chose qui dépend de moi.

Il n'aimait pas les gens, en général. Il n'aimait pas grand chose, mais il aimait encore moins les gens, surtout ceux qui le remarquaient, qui s'intéressaient à lui. Il ne les comprenait pas, car lui s'intéressait rarement aux gens pour de bonnes raisons. Qu'on lui accorde autant d'attention le rendait inconfortable, et les constants louanges de Girofle l'énervaient autant qu'elles le troublaient. Les doigts du jeune homme lâchèrent rapidement la mâchoire de l'esclave avant de retomber sur le matelas, léthargiques. Les yeux de Jasper étaient cependant toujours dirigés vers ceux de sa nouvelle acquisition. Il avait traité Girofle comme un sex toy et c'était une excellente chose, mais maintenant, il avait eu ce qu'il voulait. Maintenant, il devait rencontrer celle qui allait très probablement vivre avec lui, apprendre à la connaître, et la façon dont elle agissait le faisait douter. Si la créature qu'il avait acheté n'était qu'une prostituée servile, il savait qu'il se lasserait très vite de sa compagnie, même avec le corps de rêve qu'elle possédait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeLun 11 Juin 2012 - 22:32

    Girofle s'était douté que ses paroles n'intéresseraient pas Jasper ; et ce fut effectivement le cas. Néanmoins, ce qu'elle ressentait ne pouvait être contenu. Certes, il lui avait fait l'amour comme personne, mais il n'y avait pas que cela ; il semblait être un compagnon bienvenu dans sa débauche de dépravée. Elle était née pour être soumise, et c'était à lui qu'elle voulait l'être. Quand il lui prit la mâchoire, elle se tut, se mordant la langue avec ses petits crocs pointus. Elle goûta la saveur de son sang, métallique, tout en soutenant le regard de son maître. Il s'imposait, à présent qu'il avait fini de jouer. Il avait eu ce qu'il voulait ; à présent, c'était moins drôle.

    - Tu veux me faire plaisir? Arrête ça. Arrête de faire des courbettes devant moi et de me dire que je suis ceci ou cela. J'ai pas besoin de ça. La dernière chose dont j'ai besoin, c'est quelque chose qui dépend de moi.

    Elle continua de l'observer ; c'était donc ça. Il avait peur qu'elle soit dépendante de lui, qu'elle soit toujours collée à ses basques ? Elle renifla un peu, sentant avec délice l'odeur de leur ébats, puis se leva pour se rhabiller ; elle alla chercher ses vêtements qui avaient atterrit un peu partout ; ses gestes étaient félins et graciles, à la fois précieux et dangereux. Elle remit donc ses vêtements, en ignorant presque Jasper, puis avec une inspiration, elle calma son côté nymphomane pour faire ressortir celui de la garce.

    - Te faire plaisir ? Mais c'est déjà fait mon chou. Non ? fit-elle avec un sourire amusé. Son ton n'était pas insolent - pas vraiment, mais on pouvait deviner une lueur narquoise dans ses yeux. T'es mon maître, et je te suis soumise. C'est ma nature. Cependant, ne crois-pas que, parce que je te vénère et que tu es mon Dieu, je te suivrais tout le temps. J'ai d'autres choses à faire : torturer des écureuils, manger des souris, faire du mal aux gens. Mo agenda est chargé. Je ferais ce que tu m'ordonneras. Je suis à toi ; néanmoins j'aime aussi avoir un peu de liberté. Je préfère te la demander gentiment plutôt que de te faire des coups de putes dans le dos.

    Elle s'étira une seconde, avant de reprendre, comme si elle énonçait une liste de course :

    - Je sens bien que t'es comme moi. Nie le ou non ; toi aussi tu aimes faire souffrir, tu recherches du sexe, consentant ou non. On baisera quand tu voudras ; j'pourrais même jouer les prudes si t'aimes ça. Tu me seras pas fidèle , moi non plus. Mais crois-moi, quand je dis qu'on a un potentiel, à deux, on en a un. Je devine en toi mon dieu, et que ça te fasse plaisir ou pas de l'entendre, rien à foutre.

    Elle avait toujours fait comme elle le sentait ; qu'il la frappe, le plus violemment possible, et elle réagira bien pire encore. Elle était une salope soumise, mais quand venait le temps d'ouvrir sa grande gueule, elle montrait les crocs. Le petit jeu était fini ; elle imposait ses règles elle aussi. Bombant fièrement le torse, elle attendit calmement qu'il lui hurle dessus et qu'il la frappe pour la soumettre de nouveau. Il n'aurait que deux choix : se la mettre à dos, et alors là il vivrait un enfer, et celui de l'accepter comme elle était. Une nymphomane, totalement tordue, qui adorait torturer les gens quels qu'ils soient et qui venait de trouver son maître en la matière. Oh, bien sûr, même si il choisissait la première option, elle resterait soumise, mais ça serait une autre histoire sur bien des points. Malgré son apparence frêle et fragile, elle avait bien des arguments à opposer. Sa queue fouette l'air ; elle n'était pas vraiment énervée, elle voulait juste clarifier les choses. Allait-il accepter sa proposition ? Il n'allait quand même pas lui ordonner de rester chez lui à faire le ménage et le repassage pendant que lui, il sortait et s'amusait dehors ? C'était digne d'une série télé, et c'était son enfer à elle. Repensant à tous ces maîtres qui s'étaient agenouillés devant elle, prêt à lui offrir tout ce qu'elle désirait, elle songea qu'elle n'avait pas juste trouvé un maître. Elle avait aussi trouvé un nouveau geôlier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Anonymous



Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitimeLun 25 Juin 2012 - 23:40

N'ayant jamais été une personne très expressive, en plus de l'orgasme qui faisait office de puissant tranquillisant, Jasper fut seulement capable de hausser un sourcil en réponse au discours surprenant de Girofle. Cependant, en son for intérieur, le jeune homme était aussi surpris que s'il avait soudainement été interpellé par un oreiller, comme si un objet qu'il avait jugé sans intérêt devenait soudainement beaucoup plus complexe et mystérieux. Il eut beaucoup de mal à croire que l'hybride complètement soumise s'adressait maintenant à lui comme l'aurait fait une adolescente réclamant son indépendance.

C'est une bonne chose, ou une mauvaise chose?


Visiblement, il était tombé sur un sacré numéro et il commençait lentement à comprendre pourquoi il avait réussi à obtenir Girofle en rabais. Ne sachant pas trop s'il devait prendre ce qu'elle lui racontait au sérieux, Jasper se laissa lentement tomber sur le côté sans la quitter des yeux, la main fouillant dans la poche des jeans qu'il avait retirés afin d'en sortir un paquet de cigarettes et un briquet, en plaçant une entre ses dents avant de l'allumer, se laissant retomber sur le matelas, assis le dos contre le tas d'oreillers, peu dérangé par l'odeur qui planait autour du lit. Il laissa une volute de fumée s'échapper de sa bouche tout en observant sa neko, l'air particulièrement sceptique.

- Faire du mal aux gens? Du genre, comme ça? Gratuitement? Je vois pas l'intérêt, à moins que ça te donne du matériel pour te toucher la nuit. Si t'es vraiment du genre sado, on risque de pas très bien s'entendre. J'aime pas la compétition.

Avait-il vraiment besoin de le préciser? Non. Elle devait bien le savoir, ou alors elle semblait l'avoir deviné. Il ne pouvait pas nier que l'esclave qu'il venait de ramener chez lui semblait avoir, tout comme lui, un certain don pour comprendre la psychologie humaine. Peut-être n'avait-elle pas son calme, sa patience et sa logique froide, mais elle semblait réellement avoir un certain potentiel. Restait maintenant à savoir si son sadisme était réel ou si elle essayait simplement d'avoir l'air intimidante, mais ce serait bien assez facile à tester.

Oui, il allait bien devoir la tester.

- En fait... oublie c'que j'ai dit. J'adore la compétition quand elle a un aussi beau cul.

Tapotant la cigarette du bout du doigt pour faire tomber l'extrémité calcinée dans le cendrier près du lit, le jeune homme décocha un petit sourire à son esclave, ne s'apprêtant visiblement pas à l'empêcher de faire quoi que ce soit. Nu sur le matelas taché, fumant à l'intérieur, totalement zen, il semblait être le seul et unique roi de son petit monde légèrement pathétique et complètement nihiliste dans lequel Girofle venait de mettre le pied. Visiblement, il ne semblait pas la considérer comme un envahisseur. Au contraire, il s'adressait à elle d'égal à égal, ne la considérant pas réellement comme son esclave. Pas beaucoup plus qu'il ne considérait la totalité des gens qu'il rencontrait comme des esclaves potentiels, du moins.

- Je vais être très sincère avec toi. J'le serai toujours, d'ailleurs. J'ai choisi d'acheter une neko parce que j'en avais marre de toujours être seul ici, et les gens qui me visitent restent généralement pas assez longtemps pour que je m'amuse vraiment. Ce que je veux chez toi, j'te le dirai pas, parce que ça risque de changer souvent. Si t'es intéressante, alors on pourrait bien sortir ensemble une fois de temps en temps, faire des trucs que les gens jeunes et cons font. Si t'es ennuyeuse, j't'utiliserai d'une façon intéressante, c'est tout. J'suis créatif. J'ai réussi à m'amuser avec des filles beaucoup moins bonnes que toi. Pour le reste, fais c'que tu veux, tant que ça me fasse pas trop chier.

Son expression sérieuse disparut en même temps que les derniers centimètres de sa cigarette et il l'émietta dans la cendrier avant de reprendre un air plus amical.

- Bienvenue chez toi, en passant. C'est petit, c'est un peu crade, mais c'est mieux qu'une cage. Tu t'installes où tu veux.

Jasper se demandait comment Girofle allait s'établir dans son nouveau milieu. Elle n'avait absolument rien en commun avec Ayame. Il n'espérait plus vraiment que sa première neko ne revienne chez lui, mais si c'était le cas, il se demandait vraiment comment il allait faire pour qu'elles cohabitent sans mettre le feu à l'appartement. Chose certaine, qu'Ayame revienne ou non, les choses allaient devenir très intéressantes. Elles l'étaient déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Empty
MessageSujet: Re: Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]   Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crash Test [pv Girofle Satoya - Hentaï Rough]
» Hentaï
» Hentaï RP
» Oops! this is hentaï, partenariat ?
» La passion...[Shi Raynid] Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty Neko :: 
Amis et détente
 :: Corbeille :: RPs terminés
-